Le 1er semestre de 2022 a été négatif, bien qu’une rentabilité positive soit la norme

Dans le dernier rapport de rentabilité de janvier 2022, nous avons fait le point sur les rentabilités très positives de 2021 et des six premières années de l’histoire d’Indexa. Comme nous nous efforçons toujours de le faire lorsque les rentabilités sont positives, nous avons alors averti :

  1. L’avenir pourrait ne pas être aussi bon
  2. À un moment donné dans le futur, la rentabilité des portefeuilles sera bien pire, c’est sûr.
  3. Les rentabilités passées ne doivent pas être extrapolées, car les rentabilités passées ne sont pas une garantie des rentabilités futures.
  4. L’important est d’avoir le profil de risque adéquat pour être en mesure de supporter les pertes lorsqu’elles surviennent.

Ce moment peu réjouissant dans le futur est arrivé rapidement. On ne savait pas quand, mais on savait que ça allait arriver à un moment donné.

Cette première moitié de 2022 a connu des rentabilités négatives, causées par des baisses simultanées des fonds d’actions et d’obligations. Par conséquent, les baisses sont similaires dans tous les portefeuilles, quel que soit leur niveau de risque. Il s’agit d’un cas relativement rare et nous tenons donc à rappeler qu’il est normal (au sens de le plus fréquent) que les rentabilités soient positives.

A continuation, nous nous rappellerons également que le plus important pour la rentabilité à long terme est d’avoir le profil de risque adéquat pour pouvoir résister aux chutes du marché et ne pas retirer notre investissement prématurément.

Mais auparavant, nous voulons replacer les chutes observées actuellement dans leur contexte pour montrer qu’elles se situent pour la plupart dans la normalité, malgré le sentiment d’exception que certains investisseurs peuvent percevoir.

Ces chutes se situent dans la normalité

Cette crise boursière n’est qu’une crise de plus. Comme les précédentes, elle sera derrière nous tôt ou tard, bien que personne ne sache quand.

Chaque année, nous mettons à jour nos pronostics de rentabilité et de risque attendus à long terme pour les portefeuilles. Les pronostics de rentabilité que nous avons publiés en janvier 2022 comprenaient le graphique suivant pour les portefeuilles entre 10 mille et 100 mille euros :

De ce fait, nous considérons que ces rendements, bien que négatifs, se situent dans un scénario normal.

Rentabilité et retraits

En octobre 2021, nous avons publié que les apports nets des clients d’Indexa ne suivent plus le marché. Ce fut une excellente nouvelle, bien que nous ayons noté que les retraits avaient augmenté lors de fortes baisses de marché (notamment lors de la crise de la COVID-19 en mars 2020). Avec les ralentissements de 2022, nous avons observé que les retraits ont à nouveau augmenté, mais dans une moindre mesure qu’en 2020, comme nous le verrons plus loin. Nous avons encore du travail à faire pour tenter d’atténuer ce comportement, car il pénalise la rentabilité des portefeuilles à long terme.

Le mois ayant enregistré les sorties les plus importantes depuis le lancement d’Indexa, en pourcentage des actifs, reste le mois de mars 2020 (4,6 % de retrait sur le volume total), en plein milieu de la crise de la COVID-19, tandis que la rentabilité du portefeuille 6/10 sur les 12 mois suivants a été la plus élevée de l’histoire d’Indexa (+24%).

Depuis le début de l’année 2022, le mois qui a enregistré le plus de retraits sur les actifs est mars 2022 (2,1 % de retraits), bien en dessous des retraits de mars 2020 (4,6 %), mais au-dessus de ce qui est habituellement un mois typique pour les retraits (0,8 % environ). C’est pourquoi nous tenons de nouveau à rappeler aux clients qui sont d’avis que  « les choses vont empirer» et « qu’il est trop risqué de détenir des investissements maintenant », que la réalité est que personne ne sait si le marché va monter ou baisser. Ce que nous savons, c’est qu’essayer de prédire ce qui va se passer et essayer d’agir en conséquence, ce que l’on appelle souvent le market timing, conduit à un biais comportemental, qui prive en moyenne les investisseurs de 1 % à 1,5 % de rentabilité annualisée.

D’après notre expérience, si vous avez le profil de risque adéquat, vous pouvez éviter de vendre aux mauvais moments et cela améliorera votre performance à long terme. En outre, les cotisations régulières vous permettent d’effectuer des investissements programmés à partir de votre banque, réduisant ainsi le stress de décider si c’est le meilleur ou le pire moment pour le faire.

Nous disposons d’une liste des plus fortes chutes de marché historiques où vous pouvez passer en revue les crises passées pour vous faire une idée de l’ampleur des chutes qui pourraient surgir à l’avenir.

Amélioration des pronostics de rentabilité

L’une des conséquences des chutes de marché, notamment dans le cas des chutes du prix des obligations, est l’amélioration de la rentabilité espérée au cours des prochaines années. Ces dernières années, dans notre actualisation annuelle des pronostics de rentabilité par classe d’actif que nous publions en début d’année, nous avons toujours souligné qu’après des hausses, les pronostics baissaient. Avec les baisses de ces derniers mois, c’est le contraire qui se produit : les pronostics de rentabilité sont désormais susceptibles d’être plus élevés. Bien que nous ne sachions pas ce que l’avenir nous réserve, il est fort probable que les pronostics de rentabilité de l’année prochaine soient plus élevés que ceux de l’année précédente.

Rentabilité du semestre

Au premier semestre 2022, la rentabilité du portefeuille le plus conservateur a été de -11,6% et le plus agressif de -12,5%, ce qui en fait le pire semestre en termes de rentabilité depuis que nous avons lancé notre service en 2015. Cela contraste avec 2021, où nous avons connu la deuxième meilleure année en termes de rentabilité de nos portefeuilles.

Jusqu’à présent, cette année, nous avons enregistré une performance légèrement inférieure à celle des fonds de référence européens. Plus précisément, de 1,4 et 1,5 point de pourcentage (p.p.) de plus que leur benchmark (indice de référence) pour les portefeuilles n° 10 et 9 (où nous gérons le plus d’actifs) à 2,3 p.p. de moins que le benchmark pour les portefeuilles n° 4 et 5. Il s’agit du premier semestre depuis 2015 où nos portefeuilles ont en moyenne sous-performé leur benchmark. Nous savions que cela arriverait un jour ou l’autre, même si c’est une situation peu habituelle. Sur de courtes périodes, les économies de frais sont moins pertinentes. Sur le long terme, tous nos portefeuilles restent bien au-dessus de leur indice de référence, comme nous le verrons plus loin.

Cette sous-performance par rapport aux benchmarks, notamment dans les profils conservateurs, est principalement due au fait que les fonds obligataires de nos portefeuilles ont une duration moyenne de 7 ans, alors que les fonds de banques ont tendance à avoir des durations plus courtes. D’autres années, comme en 2018, cette duration plus élevée nous a permis d’obtenir une rentabilité nettement plus élevée que la moyenne des fonds comparables.

Il convient de rappeler que la duration de nos fonds obligataires est de 7 ans car la duration moyenne du marché obligataire mondial est de 7 ans. Notre objectif est de reproduire, dans la mesure du possible, la richesse mondiale en obligations et en actions. Nous pensons également que les obligations à long terme constituent la meilleure alternative pour diversifier le risque d’un investissement en actions.

Afin de bien évaluer les rentabilités, il est toujours conseillé d’analyser la période la plus longue possible. Au cours de nos 6 années et demie d’activité, nous avons observé que la différence de rentabilité de nos portefeuilles avec l’indice de référence reste positive dans tous les cas, malgré les baisses de 2022, obtenant entre 1,9 p.p. et 4,5 p.p. de plus en rentabilité annualisée.

Nous allons maintenant examiner de plus près les rentabilité du premier semestre 2022 et des six dernières années et demie pour nos différents portefeuilles de fonds d’investissement :

Portefeuilles de fonds d’investissement (Belgique)

Au cours du premier semestre 2022, la rentabilité de nos portefeuilles de 10 à 100 mille euros s’est située entre -11,6% et -12,5% :

  • 11,6% pour le portefeuille le moins risqué (profil 1/10)
  • 12,5% pour le portefeuille le plus risqué (profil 10/10)

Benchmark : les indices de références de nos portefeuilles sont Morningstar Obligations Internationales Couvertes EUR (pour nos portefeuilles 1 et 2), Morningstar Allocation Prudente Internationale EUR (pour nos portefeuilles 3 à 5), Morningstar Allocation Modérée Internationale EUR (pour les portefeuilles 6 à 8) et Morningstar Allocation Agressive Internationale EUR (pour les portefeuilles 9 et 10). Morningstar est le fournisseur d’information sur les fonds d’investissement leader en Europe. Il s’agit des benchmarks qui représentent le mieux la rentabilité moyenne des fonds d’investissement en Europe.

L’année 2022 a été négative tant pour les actions que pour les obligations. Les actions ont enregistré des rentabilités allant de -15,8% (actions globales à petite capitalisation) à -3,1% (actions du Pacifique sauf Japon). Du côté des obligations, les rentabilités ont varié de -20,7% (obligations des pays émergents) à -6,9% (obligations européennes liées à l’inflation).

Noms Classe d’actif Rentabilité S1-2022 (%)
Fonds d’actions  
Vanguard Global Stk Idx Eur -Acc Actions globales -13,5%
Vanguard European Stk Idx Eur – Acc Actions Europe -13,7%
Vanguard US 500 Stk Idx Eur – Acc Actions Etats-Unis -13,2%
Vanguard Japan Stk Idx Eur – Acc Actions Japon -13,3%
Vanguard Emrg Mk Stk Idx Eur – Acc Actions économies émergentes -10,4%
Vanguard Pacific Ex-Japan Stk Idx Eur – Acc Actions Pacifique sauf Japon -3,1%
Vanguard Global Small Cap Idx Eur – Acc Actions globales à petite capitalisation -15,8%
Fonds d’obligations  
Vanguard Global Bnd Idx Eur – Acc Obligations globales à long terme -11,1%
Vanguard Euro Inv Gr Bnd Idx Eur – Acc Obligations Entreprises Européennes -12,1%
iShares EM Gov Bnd Idx -I2 Eur Hdg Obligations pays émergents couvertes en Euro -20,7%
Vanguard Eur Gv Bnd Idx – Acc Obligations Etats Européens -12,2%
Vanguard Euroz Inf Lk Bnd Idx Eur – Acc Obligations européennes liées à l’inflation -6,9%
Vanguard U.S. Gv Bnd Idx Eur Hdg – Acc Obligations États-Unis couvertes en euros -9,8%
iShares US Corporate Bnd Idx Eur Hdg – Acc Obligations d’Entreprises États-Unis couvertes en euros -14,2%

Quant au benchmark, il a enregistré, au cours des 6 premiers mois de 2022, une rentabilité comprise entre -9,6% et -13,9% :

  • -10,1% pour le benchmark des portefeuilles 1 à 2
  • -9,6% pour le benchmark des portefeuilles 3 à 5
  • -12,0% pour le benchmark des portefeuilles 6 à 8
  • -13,9% pour le benchmark des portefeuilles 9 à 10

En moyenne, au cours des 6 premiers mois de 2022, la rentabilité de nos portefeuilles a été inférieure de 0,8 p.p. à celle des benchmarks.

Rentabilités cumulées

Comme nous l’avons souligné au début de l’article, bien que les rentabilités du premier semestre 2022 soient négatives, si nous évaluons les rentabilités depuis que nous avons lancé Indexa fin 2015, nous pouvons constater qu’en moyenne, les portefeuilles Indexa ont obtenu une rentabilité annuelle supérieure de 3,2 p.p. aux fonds européens comparables.

Cela signifie qu’après six ans et demi, et à la suite à d’une forte baisse des marchés, les portefeuilles Indexa ont obtenu une rentabilité de 3,2 p.p. de plus chaque année (supérieure aux 2,7 p.p. de rentabilité supplémentaire que nous attendions lors du lancement d’Indexa Belgique), ce qui équivaut à une rentabilité cumulée moyenne de 31,6 % pour les portefeuilles Indexa contre 7,2 % pour les indices de référence. Fait remarquable, après 6 ans et demi d’investissement, les investisseurs des fonds d’investissement européens comparables les plus conservateurs étudiés par Morningstar (le fournisseur d’information sur les fonds leader en Europe) ont affiché des rentabilités négatives. C’est un phénomène très courant chez les clients qui viennent à Indexa en provenance d’autres entités : les années sont passées mais la rentabilité n’a pas accompagné. Une fois encore, l’importance de payer moins de frais et de se diversifier est soulignée.

Vous trouverez ci-dessous une comparaison de la rentabilité corrigée par le risque des portefeuilles à l’aide du ratio de Sharpe (rentabilité / risque) :

On constate qu’en six ans et demi d’activité, Indexa a obtenu un ratio de Sharpe compris entre 0,30 et 0,57 (proche du 0,46 espéré à long terme pour des investissements diversifiés en actions et obligations), alors que les benchmarks ont actuellement un ratio de Sharpe très faible (entre -0,22 et +0,33). Cela signifie que les investisseurs, avec Indexa, obtiennent dans leurs portefeuilles la rentabilité du risque offerte par le marché, tandis que les investisseurs dans les fonds communs de placement européens subissent le même risque, mais la rentabilité se perd en frais.

Portefeuilles de plus de 100 mille euros et de moins de 10 mille euros

Nous gérons de manière très similaire les trois tailles de portefeuilles que nous utilisons chez Indexa : les portefeuilles inférieurs à 10 mille euros, les portefeuilles entre 10 mille et 100 milles euros et les portefeuilles supérieurs à 100 mille euros. La principale différence est, dans les portefeuilles de plus de 10 ou 100 mille euros, l’ajout d’autres classes d’actifs afin d’accroître encore plus la diversification.

Ci-dessous, vous pouvez voir les différentes rentabilités annuelles des différents portefeuilles en fonction du profil au cours des cinq années et demie où ils ont été en activité (du 31/12/2016 au 30/06/2022) :

Les différences entre les portefeuilles de plus de moins de 10 mille euros, de plus de 10 mille euros et de plus de 100 mille euros ne sont pas très appréciables : entre -0,3 point de pourcentage (p.p.) et 0,0 p.p. par an pour les portefeuilles de plus de 100 mille euros et entre -0,5 p.p. et +0,7 p.p. pour les portefeuilles de moins de 10 mille euros, en comparaison avec les portefeuilles de 10 à 100 mille euros.

→ Si vous n’avez pas encore de compte Indexa Capitalvous pouvez essayer gratuitement notre test de profil investisseur (2 minutes) et voir quel portefeuille nous vous proposons, avec une diversification maximale, et avec des coûts radicalement bas.

Analyse de la composition de nos portefeuilles 2022

Dans ce nouvel article, nous allons analyser et souligner les principales différences entre nos portefeuilles d’il y a quatre ans et ceux d’aujourd’hui.

Chez Indexa, nous construisons des portefeuilles en utilisant des fonds indexés mondialement diversifiés. Les portefeuilles actuels sont composés de 2 à 12 fonds d’investissement qui cherchent chacun à répliquer le comportement d’une classe d’actif, par exemple, les actions européennes ou les obligations des États-Unis.

Cette façon de voir les portefeuilles nous permet d’avoir une vue d’ensemble de l’investissement que nous faisons, bien qu’elle ne permette pas de savoir exactement dans quelles entreprises nous investissons ou à quels gouvernements nous ou entreprises nous prêtons de l’argent. Nous allons maintenant examiner les différentes expositions d’un portefeuille type et les comparer au portefeuille type que nous avions il y a 4 ans.

Pour illustrer notre propos, nous choisissons un portefeuille 6/10 pour les comptes entre 10 et 100 mille euros. Ce portefeuille investit dans les classes d’actifs suivantes :

Classe d’actif 04/2018 05/2022 Différence
Total actions 52% 52% 0%
Actions Europe 13% 12% -1%
Actions États-Unis 26% 25% -1%
Actions pays émergents 8% 6% -2%
Actions Japon 5% 4% -1%
Actions globales à petite capitalisation 0% 5% 5%
Total obligations 48% 48% 0%
Obligations d’entreprises européennes 9% 9% 0%
Obligations d’États européens 16% 13% -3%
Obligations européennes liées à l’inflation 23% 5% -18%
Obligations d’entreprises États-Unis couvertes en EUR 0% 8% 8%
Obligations d’États-Unis couvertes en EUR 0% 13% 13%

Comme on peut le voir dans le tableau ci-dessus, il existe des différences significatives dans la pondération des différentes classes d’actif. Néanmoins, la distribution entre actions et obligations a été maintenue à 52 % et 48 % respectivement, ce qui maintient ce portefeuille à un risque moyen.

En termes de poids par actif, on note que dans les actions, la classe « Actions globales à faible capitalisation » a été ajoutée, en échange d’une diminution du poids de toutes les autres classes d’actions. Nous l’avons fait parce que nos portefeuilles n’étaient exposés qu’aux sociétés à grande et moyenne capitalisation, mais pas aux sociétés à petite capitalisation.

En ce qui concerne le poids part actif des obligations, deux nouvelles catégories d’obligations des États-Unis ont été ajoutées, l’une pour les entreprises et l’autre pour le gouvernement des États-Unis. En contrepartie, la pondération des fonds d’obligations d’État européennes et d’obligations liées à l’inflation a été réduite. Ces deux classes ont été ajoutées pour inclure une diversification entre les obligations européennes et étatsuniennes et ainsi diversifier le risque de crédit.

Vous pouvez en savoir plus à ce sujet dans notre article  » Incorporation d’obligations des États-Unis et d’actions d’entreprises à petite capitalisation« .

Émetteurs principaux

À continuation, nous allons analyser les principaux émetteurs de ce portefeuille. Un émetteur est l’entité qui émet des actions ou des obligations auxquelles les investisseurs peuvent souscrire. Il s’agit principalement de gouvernements, d’entreprises et d’entités supranationales (telles que l’Union européenne). Les 30 premiers émetteurs sont :

Ces 30 émetteurs représentent 41,9 % du portefeuille. Ce portefeuille compte 7.165 sociétés (actions) et 2.923 émetteurs d’obligations. Il s’agit donc d’un portefeuille très diversifié.

Dans les premières positions, on trouve les obligations d’État. Le premier, dont le poids est nettement supérieur aux autres, est celui des obligations d’État états-uniennes, qui représentent 13,2 % du portefeuille. Viennent ensuite les pays européens tels que la France, l’Italie, l’Allemagne et l’Espagne, qui représentent 15,4 %. Les émissions des gouvernements belge et néerlandais occupent des positions plus modestes, avec un poids combiné de 1,4 %. L’ensemble des entités supranationales que nous avons actuellement en Europe, la Banque Européenne d’Investissement, les obligations de l’Union Européenne et le Fonds Européen de Stabilité Financière, représentent également un poids important dans le portefeuille, soit 0,9 %. Les obligations d’État européennes dans leur ensemble représentent 21,8 % du portefeuille total. Le pourcentage total d’obligations d’État dans ce portefeuille est de 36,8 %.

En termes d’entreprises, les premières places sont occupées par Apple, Microsoft, Alphabet (Google) et Amazon. Les entreprises technologiques représentent 5 % du portefeuille. Par la suite, et avec de petites représentations de moins de 0,5 % par entreprise, nous trouvons des entreprises telles que Tesla, de l’industrie automobile, des entreprises financières telles que JPMorgan Chase, Berkshire Hathaway et Bank of America, les compagnies pétrolières Exxon Mobil et Shell, ainsi que des entreprises du secteur technologique telles que Taiwan Semiconductor, Nvidia, Meta Platform (Facebook) et ASML (circuits intégrés), et des entreprises pharmaceutiques telles que UnitedHealth, Johnson & Johnson, Roche et AstraZeneca.

Les seules entreprises européennes figurant dans cette liste des principaux émetteurs représentent un total de 1,8% : deux entreprises suisses, Nestlé et Roche, avec un poids total de 0,8%, l’entreprise britannique Shell, et l’entreprise néerlandaise ASML, premier producteur mondial de circuits intégrés avec un poids de 0,3 % chacune.

La seule société asiatique de cette liste est Taiwan Semiconductor, un fondeur de semi-conducteurs, qui représente 0,4 % du portefeuille.

Le graphique ci-dessous montre, par émetteur, les principales différences entre le portefeuille actuel et celui que nous avions il y a 4 ans :

Dans ce graphique, nous voyons que la principale différence est la diminution drastique du poids des obligations européennes, qui diminuent de 18,5 points de pourcentage, et l’augmentation significative de 13,2 points de pourcentage des obligations d’État des États-Unis. Cela a permis de diversifier considérablement le risque de crédit du portefeuille.

Les sociétés asiatiques telles que Tencent, Alibaba et Samsung Electronics et les sociétés financières telles que Wells Fargo et HSBC ne figurent plus parmi les principaux émetteurs du portefeuille. Et de nouveaux émetteurs tels que Tesla, Nvidia et ASML apparaissent. Il convient également de mentionner la montée en puissance des sociétés pharmaceutiques au cours de cette période, puisqu’elles apparaissent dans la liste des principaux émetteurs tels que UnitedHealth, Roche et AstraZeneca, qui n’apparaissaient pas auparavant, et qui, avec Johnson & Johnson, représentent désormais 1,2 % du portefeuille. Ce changement est dû au fait que la capitalisation des entreprises entrant dans la liste a augmenté de manière substantielle au cours de cette période et, surtout, a augmenté plus que celles qui en sortent.

Compte tenu de ce qui précède et en rappelant qu’il y a quatre ans, les 30 premiers émetteurs du portefeuille représentaient 46,7 %, nous pouvons conclure que le nouveau portefeuille est plus diversifié qu’il y a quatre ans par émetteur, par zone géographique et par classe d’actif.

Secteurs principaux

Si nous effectuons l’analyse globale par secteur pour le portefeuille actuel, nous pouvons constater que les principales positions sont occupées par les gouvernements européens (y compris les entités supranationales ou les émetteurs soutenus par des gouvernements) avec 21,8 %, le gouvernement des États-Unis avec 15,0 %, les sociétés industrielles représentant 11,7 % du portefeuille et enfin les sociétés financières et les compagnies d’assurance représentant 11,5 %.

Le graphique ci-dessous montre une comparaison du portefeuille actuel avec le portefeuille d’il y a 4 ans en utilisant la sectorisation GICS (Global Industry Classification Standard) :

La plus grande différence est à nouveau l’ajout de la classe d’actif des gouvernements des États-Unis, puisqu’il y a 4 ans, nous n’avions pas cette classe d’actif, ce qui a significativement affecté la diminution du poids des gouvernements européens.

L’autre différence majeure réside dans le poids du secteur industriel, qui passe de 5,6% à 11,7% dans le portefeuille actuel. La raison principale en est que dans le fonds d’obligations d’entreprises états-uniennes récemment ajouté, 41,9 % des obligations sont de sociétés industrielles.

Les autres secteurs plus fortement représentés dans le portefeuille actuel qu’il y a 4 ans sont les services de communication, en raison de l’essor des services Internet, et les compagnies d’électricité, avec une différence de 1,8 % et 0,5 % respectivement. Comme on pouvait s’y attendre, les sociétés pharmaceutiques représentent 0,6 point de pourcentage de plus dans le portefeuille actuel qu’il y a 4 ans.

Ci-dessous figurent les entreprises les plus pertinentes par secteur dans le portefeuille actuel :

Secteur Poids Principaux exemples
Gouvernements Europe 21,8% France, Italie, Allemagne, Espagne
Gouvernements États-Unis 15,0% Gouvernements États-Unis
Industriels 11,7% Siemens, Airbus, General electric, Caterpillar
Sociétés financières et d’assurance 11,5% Berkshire Hathaway, JPMorgan Chase, Bank of America
Technologie de la información 10,0% Apple, Microsoft, Nvidia, ASML
Pharmaceutique 6,5% Jhonson & jhonson, UnitedHealth, Roche, AstraZeneca
Consommation discrétionnaire 6,0% Amazon, Tesla, Toyota, Home depot, Louis Vuitton
Consommation de base 4,0% Nestlé, Procter & Gamble, Coca-cola, Pepsi, Unilever
Services de communication 3,8% Alphabet (Google), Meta platform (Facebook), Verizon, Tencet
Matériaux 2,8% Linde, Air liquide, Rio Tinto, Shin-etsu chemical
Énergie 2,8% ExxonMobil, Shell, Chevron, Totalenergies
Électricité et gaz 2,5% Naxtera Energy, Iberdrola, Enel, National Grid
Immobilier 1,6% American Tower, Prologis, Crown Castle, Equinix

Nous choisissons les classes d’actifs et les indices, et non les émetteurs ou les secteurs.

Le processus de construction des portefeuilles chez Indexa ne sélectionne pas les émetteurs ou les secteurs dans lesquels investir. Notre construction de portefeuille choisit des classes d’actifs, comme les actions des États Unis par exemple. Pour chaque classe d’actif, nous choisissons un indice, le plus représentatif, par exemple l’indice S&P 500 pour les actions états-uniennes, et un fonds, celui qui correspond le mieux à cet indice en termes de coût, de liquidité et de tracking error. Dans nos portefeuilles, nous avons choisi le fonds Vanguard US 500 Stk Idx Eur – Ins pour représenter la catégorie des actions de sociétés cotées aux Etats-Unis.

Les actions et obligations dans lesquelles nos clients sont investis sont donc celles indexées par l’indice de référence. Cet indice est défini par des sociétés de construction d’indices, comme Standard and Poors dans le cas de l’indice S&P 500. Et, en général, elles sélectionnent les sociétés ayant la plus grande capitalisation boursière et la plus grande liquidité ou les obligations ayant le plus grand volume émis et la plus grande liquidité.

Quant au poids de chaque émetteur dans leurs indices, il est défini de la même manière, par la capitalisation boursière de chaque société dans leur indice, et par le montant émis de chaque obligation au sein de l’indice. Ainsi, les grandes entreprises et les grands émetteurs auront plus de poids dans les indices.

Portefeuilles de moins de 10 mille euros

Dans les portefeuilles de moins de 10 mille euros, l’exposition aux actions utilise un fonds d’actions mondiales de pays développés, Vanguard Global Skt Idx Eur – Ins, de sorte qu’il y a également une exposition à des zones géographiques telles que le Pacifique ex – Japon ou le Canada.  Par exemple, des investissements sont également réalisés dans des sociétés telles que Royal Bank of Canada, Enbridge, South32 ou Commonwealth Bank of Australia.

L’exposition aux obligations est également mise en œuvre par le biais d’un fonds obligataire mondial, Vanguard Global Bnd Idx Eur – Ins, de sorte que ces portefeuilles seront exposés à d’autres gouvernements développés, tels que le Japon, le Canada ou d’autres pays du Pacifique.

Ce portefeuille compte 1559 sociétés (actions) et 2861 émetteurs d’obligations.

Portefeuilles de plus de 100 mille euros

Les portefeuilles de plus de 100 mille euros sont investis dans les mêmes actifs que les portefeuilles de 10 à 100 mille euros, ainsi que dans des actions du Pacifique ex-Japon, et dans des obligations de pays émergents en devise locale. Par conséquent, ils sont également exposés aux émissions gouvernementales de pays tels que le Mexique, la Chine ou le Brésil. Ce portefeuille comprend 7287 entreprises (actions) et 3005 émetteurs d’obligations.

Si vous n’êtes pas encore client d’Indexa Capital, découvrez quel portefeuille de fonds indexés mondialement diversifié nous vous recommandons en effectuant notre bref test de profil investisseur (2 min), afin de voir quel portefeuille nous pouvons vous proposer, ses pronostics de rentabilité, ses coûts. Sans engagement et sans devoir nous transmettre de données personnelles.

L’importance de l’allocation stratégique d’actifs

Le modèle de gestion que nous proposons chez Indexa Capital vise à apporter une gestion académique reconnue, indexée et économique à tout investisseur, quel que soit son patrimoine. Dans ce post, nous verrons comment l’allocation stratégique apporte de la valeur à long terme et comment, en moyenne, l’allocation tactique réduit la rentabilité.

Dans la littérature financière, on peut trouver une manière de catégoriser le processus d’investissement d’un portefeuille qui sera très utile pour expliquer le modèle de gestion d’Indexa Capital. Il s’agit d’un processus d’investissement à trois niveaux : l’allocation stratégique d’actifs, l’allocation tactique d’actifs et la sélection de valeurs.

En résumé, le processus à trois niveaux est le suivant :

  1. Allocation stratégique d’actifs (qui fait partie du modèle Indexa) :
    Tout d’abord, nous estimons le profil investisseur du client et, sur la base de ce profil, l’allocation stratégique d’actifs est établie. Par exemple, 60% d’actions et 40% d’obligations.
  2. Allocation tactique d’actifs (exclue du modèle Indexa) :
    En fonction de la situation du marché, le gestionnaire peut adapter ces pourcentages dans une fourchette fixe. Par exemple, augmenter temporairement les actions à 70% au lieu de 60%. C’est l’allocation tactique d’actifs.
  3. Sélection de valeurs (exclue du modèle Indexa) :
    Le gestionnaire sélectionne certaines valeurs (actions ou obligations) en particulier pour réaliser l’investissement : par exemple les actions Google, les actions Apple, les prêts au gouvernement allemand, … Cela correspond à la sélection de valeurs.

Importance de l’allocation stratégique d’actifs

La gestion d’Indexa Capital est fermement ancrée dans l’évidence que ce qui est le plus important pour la rentabilité à long terme d’un portefeuille est, d’une part, l’exposition aux marchés (être investi) et, d’autre part, le profil de risque attribué au client, c’est-à-dire l’allocation stratégique d’actifs.

Comme le montre le graphique ci-dessous, les études (voir détails à la fin de l’article) montrent qu’environ 90% de la variabilité de la rentabilité d’un portefeuille dans le temps est expliquée par l’allocation stratégique et la variabilité des indices de référence et que seulement 10% est expliquée par les deux autres facteurs (allocation tactique et sélection de valeurs).

Il est donc beaucoup plus important de comprendre le profil de risque de l’investisseur, qui déterminera l’allocation stratégique d’actifs (90 % de la variabilité de la rentabilité), que de déplacer les pondérations ou de sélectionner les actifs (seulement 10 % de la variabilité de la rentabilité).

Risques de l’allocation tactique d’actifs

Les deux dernières étapes du processus de gestion, à savoir l’allocation tactique d’actifs et la sélection d’actifs, également connues sous le nom de gestion active, apportent, selon nous, une valeur très limitée et, généralement, nettement inférieures aux coûts (de transaction et de gestion) de cette gestion active. Dans un précédent article, nous avons analysé cette hypothèse en montrant comment les investisseurs de fonds de gestion active obtiennent en moyenne une rentabilité bien inférieure à celle de leur indice.

Études sur l’importance de l’allocation stratégique d’actifs

L’importance de l’allocation stratégique d’actifs peut être analysée sous trois angles distincts : la variabilité de la rentabilité d’un portefeuille dans le temps, la variabilité de la rentabilité de fonds d’investissement sur la même période et la rentabilité absolue du portefeuille.

En examinant les ouvrages consacrés à l’importance de l’allocation stratégique d’actifs, on constate que les portefeuilles diversifiés ont tendance à évoluer en corrélation avec les indices des marchés financiers. Dans ce sens, [Brinson, Hood et Beebower, 1986], en utilisant des données de 1974 à 1983, montrent que les facteurs déterminants pour expliquer la variabilité de la rentabilité d’un portefeuille dans le temps sont à 93,6% l’allocation stratégique, 1,7% l’allocation tactique et 4,2% la sélection de valeurs. Des années plus tard, [Brinson, Singer et Beebower, 1991] ont à nouveau mené la même étude avec des données actualisées de 1978 à 1987 et ont obtenu des résultats très similaires : l’allocation stratégique d’actifs représente 91,5% des facteurs déterminants de la performance du portefeuille. [Ibbotson et Kaplan, 2000] ont mené une étude similaire dans laquelle ils ont démontré que 81,4% de la variabilité dans le temps d’un fonds d’investissement s’explique par la politique d’investissement du fonds. De même, [Davis, Kinniry et Sheay, 2007], en utilisant les données des fonds nord-américains sur la période 1966-2006, fournissent des preuves que 89,3% de la volatilité des fonds dans le temps est due à la volatilité de l’indice de référence.

Récemment, [Xiong, Ibbotson, Idzorek et Chen, 2010], ont nuancé les études antérieures, en montrant qu’environ 75 % de la variation des rendements des séries temporelles d’un fonds typique est en fait expliquée par le mouvement général du marché (et non par l’allocation stratégique), la partie restante étant répartie plus ou moins également entre l’allocation d’actifs et la gestion active. Ainsi, les premières études ont attribué à l’allocation d’actifs ce qui est en réalité dû à l’exposition au marché elle-même. De notre opinion, tout semble démontrer qu’environ 90 % de la variabilité dans le temps de la rentabilité d’un portefeuille est déterminée par l’exposition au marché et la sélection du profil de risque.

La branche de la littérature qui analyse la variabilité de la rentabilité des fonds d’investissement sur une même période calcule jusqu’à quel point la politique d’investissement du fonds (allocation stratégique) explique les rendements entre les fonds. Ces études établissent que les pourcentages sont beaucoup plus faibles, par exemple [Jahnke, 1997] estime que 40% s’expliquent par l’allocation stratégique. De même, Ibbotson et Kaplan (2000) ont relevé, en utilisant les données d’un large univers de fonds mixtes sur une période de 10 ans, qu’environ 40 % de la variation des rendements sur la même période s’explique par la politique d’investissement. Dans une étude similaire, [Vardharaj et Fabozzi, 2007] ont constaté qu’environ 33 % à 75 % de la variation du rendement du fonds est attribuable à des différences dans l’allocation stratégique. Par conséquent, la réalisation de cette analyse, qui élimine le comportement du marché, montre également que l’allocation stratégique d’actifs est très pertinente.

Enfin, comme le montrent [Ibbotson et Kaplan, 2000], la réponse à la question « quel pourcentage en moyenne de ma rentabilité provient de mon allocation stratégique d’actifs ? » est très simple : 100 %. En définitive, la politique d’allocation d’actifs nous donne le rendement passif du marché et l’allocation tactique d’actifs et la sélection d’actifs, l’excédent de rentabilité (ou alpha). Les marchés financiers étant un jeu à somme nulle, c’est-à-dire que ce que certains gestionnaires gagnent plus, d’autres le perdent, avant frais, la rentabilité globale doit être celle du marché. Par conséquent, en moyenne, la politique d’allocation d’actifs passive devrait déterminer 100 % des rendements avant frais.

Références :

Brinson, Gary P., L. Randolph Hood, y Gilbert L. Beebower, 1986. Determinants of Portfolio Performance. Financial Analysts Journal 42(4): 39–48.

Brinson, Gary P., Brian D. Singer, y Gilbert L. Beebower, 1991. “Determinants of Portfolio Performance II: An Update.” Financial Analyst Journal, vol. 47, no. 3 (May/June): 40-48.

Davis, Joseph H., Francis M. Kinniry Jr., y Glenn Sheay, 2007. The Asset Allocation Debate: Provocative Questions, Enduring Realities. Valley Forge, Pa.: The Vanguard Group. Originally published as Tokat, Y., Wicas, N, and Kinniry, F., 2006: The Asset Allocation Debate: A Review and Reconciliation. Journal of Financial Planning , 19(10): 52-63. This paper is a revised and updated version.

Ibbotson , Roger G. y Kaplan, Paul D., 2000. Does Asset Allocation Policy Explain 40, 90, or 100 Percent of Performance?, Financial Analysts Journal, Vol. 56, No. 1 (Jan. – Feb., 2000), pp. 26-33.

Jahnke, William W., 1997. The Asset Allocation Hoax. Journal of Financial Planning 10(1): 109-13.

Vardharaj, Raman, and Frank J.Fabozzi. 2007. “Sector, Style,Region: Explaining Stock Allocation Performance.”Financial Analysts Journal, vol. 63, no. 3 (May/June): 59–70.

Xiong, James, Roger G. Ibbotson, Thomas Idzorek, y Peng Chen. 2010. “The Equal Importance of Asset Allocation and Active Management.”Financial Analysts Journal , vol. 66, no. 2 (March/April): 22–30.

Obligations et indexation

Au cours des quatre premiers mois de l’année 2022, les actions ont chuté, mais les obligations aussi. Les chutes de marché ont d’ailleurs été quelque peu supérieures pour les obligations. C’est pourquoi tous les profils de risque, plus ou moins élevés, enregistrent des pertes en ce début d’année.

Dans ce contexte, certains clients se posent des questions et dans cet article nous avons voulu y répondre.

“Ces chutes sont-elles normales pour les profils conservateurs ?”

“Si les taux d’intérêt vont augmenter, pourquoi investissez-vous dans des obligations ?”

“Pourquoi ne cherchez-vous pas une meilleure alternative aux obligations, comme les fonds monétaires ?”

« Ces chutes sont-elles normales pour les profils conservateurs ? »

Celles-ci sont normales et correspondent aux pronostics de rentabilité et volatilité, même si elles sont relativement élevées et se produisent actuellement de façon progressive.

Rentabilité du portefeuille 1 sur 10 de taille 10 à 100 k €, du 31/12/2015 au 31/03/2022

En ce qui concerne notre profil 1 de portefeuilles de 10 mille à 100 mille euros, le pronostic de volatilité est de 4,1%. Nous nous attendons donc à ce qu’une fois tous les 40 ans, la perte soit supérieure à -7,3%. Au cours des 12 mois allant du 30/04/2021 au 30/04/2022, la chute a été de -5,0%, ce qui est dans l’intervalle de rentabilité attendue.

La perte cumulée maximale de ce profil (maximum drawdown) s’est produite pendant le COVID entre le 20/02/2020 et le 23/03/2020 et s’est élevée à -9,4%. Ainsi, au cours des 6 années d’existence d’Indexa, nous avons déjà vu des pertes plus élevées pour ce profil, même s’il est bon de rappeler que nous pourrions voir des pertes plus élevées à l’avenir.

Point positif, en 2019, la rentabilité du profil 1 a été de +8,9% et la rentabilité annuelle du 31/12/2015 au 31/03/2022 a été de +2,4% annuel, bien supérieure à la rentabilité des fonds obligataires mixtes internationaux comparables, qui a été de près de 0,3 % (Morningstar Obligations Internationales Couvertes EUR).

Si les taux d’intérêt vont augmenter, pourquoi investissez-vous dans des obligations ?

La hausse des taux d’intérêt obligataires à court terme ne signifie pas que le prix des obligations à long terme va baisser.

On s’attend actuellement à ce que la Banque centrale européenne, sous la pression d’une inflation élevée, augmente les taux à court terme. Comme tout le monde le sait déjà, cela se reflète déjà dans le prix actuel des obligations, qui ont chuté pour s’adapter à cette nouvelle réalité depuis le début de l’année.

Pour que les obligations continuent à baisser, il faut que les pronostics de hausses de taux soient encore plus élevées que les pronostics actuels (que les pronostics de hausses soient plus rapides ou plus forts que ce qui est pronostiqué actuellement). Et cela, personne ne peut le savoir.

Certains pensent qu’ils peuvent mieux anticiper l’évolution future des obligations que celle des actions parce que, à tort, ils croient que savoir ce que vont faire les taux à court terme est ce qui est le plus important. Comme les banquiers centraux vous disent ce que les taux à court terme vont faire, il y a généralement une bonne visibilité sur l’évolution future de ces derniers.

Comme nous l’avons déjà dit à maintes reprises, il est impossible de connaître l’évolution future des marchés, car toute information pertinente sera rapidement intégrée par tous les participants.

Si ce n’était pas le cas, il y aurait de nombreux gestionnaires d’actifs avec des rentabilité supérieures à celles des fonds indexés obligataires, et nous savons que ce n’est pas le cas. Les fonds actifs ont habituellement la flexibilité d’avoir une pondération plus ou moins grande dans les obligations à long et à court terme. Ces dernières années, ils se sont systématiquement trompés en prévoyant une hausse des taux qui n’a commencé à se produire que récemment. Là encore, personne ne peut prédire avec certitude l’évolution future des taux d’intérêt à long terme.

Enfin, il convient de rappeler que la principale raison d’inclure des obligations dans les portefeuilles est qu’un client au profil conservateur ne doit pas être à 100% en actions. En mars dernier, nous avons expliqué les raisons pour lesquelles nous pensons que les obligations sont la meilleure option. Il est important de se rappeler que dans d’autres situations, les obligations se sont effectivement décorrélées des actions : le Brexit en 2017 ou la crise du COVID en 2020.

“Pourquoi ne cherchez-vous pas une meilleure alternative aux obligations, comme les fonds monétaires ?”

La réponse à cette question dépend de si vous envisagez d’investir dans des fonds monétaires pour la situation actuelle ou de manière permanente.

Si vous cherchez à investir dans des fonds monétaires de manière tactique, vous tentez de faire du market timing avec la durée des obligations (acheter des obligations à court terme maintenant pour acheter des obligations à long terme plus tard). En règle générale, vous perdrez de l’argent au cours de ce processus, tout comme avec le market timing sur les actions. Cette position est d’autant plus renforcée par le fait que ceux qui cherchent des alternatives aux obligations maintenant, le font après les chutes, tout comme lorsque le marché boursier chute, certains clients veulent moins d’actions. Dans le même ordre d’idées, il convient de rappeler que lorsque les obligations baissent, le pronostic de rentabilité augmente, ce qui signifie qu’en cas de vouloir réagir en conséquence, il faudrait investir davantage dans les obligations après une baisse, et non moins.

Si vous cherchez à investir stratégiquement dans des portefeuilles conservateurs en obligations à court terme (fonds monétaires) pour réduire le risque (et donc le pronostic de rentabilité), cette proposition est tout à fait raisonnable. Le niveau minimum de risque et de rentabilité a été défini par Indexa sur la base de ce que nous considérons comme un pronostic de rentabilité minimale pour nos clients (0,6 % pour le profil 1 en 2022), mais c’est un choix certains pourraient avoir une autre opinion. En tous cas, si nous voulions réduire le risque du profil plus conservateur (et sa rentabilité espérée), la première étape serait de réduire le poids des actions, car le risque espéré (volatilité) du fonds d’actions est de 14,3 %, alors que le risque du fonds d’obligations est de 3,4 %.

Enfin, il convient de rappeler que les fonds obligataires investissent également en partie dans des obligations à court terme (dans la proportion qui correspond à la taille de l’émission).

Conclusion

Après les chutes d’une classe d’actifs, on se demande souvent s’il faut la conserver dans le portefeuille ou attendre un meilleur moment pour y investir. Qu’il s’agisse d’une action ou d’une obligation.

Dans ces cas, il convient de se rappeler que le marché est une structure extrêmement efficace pour intégrer de nouvelles informations. Tout pari que nous prenons sur le marché est un biais que nous donnons au portefeuille et qui peut fonctionner bien ou mal, mais en moyenne a tendance à mal fonctionner, car notre tendance est de suivre les rentabilités passées dans nos décisions, tant pour les actions que pour les obligations, ce qui nous conduit à acheter haut et à vendre bas.

Si vous n’êtes pas encore client d’Indexa Capital, découvrez quel portefeuille de fonds indexés mondialement diversifié nous vous recommandons en effectuant notre bref test de profil investisseur (2 min). Sans engagement et sans devoir nous transmettre de données personnelles.

Allocation optimale des classes d’actif

La répartition des classes d’actif est l’art de combiner les actifs pour obtenir une rentabilité maximale pour un niveau de risque donné. Avec des actifs plus diversifiés pour chaque niveau de risque, nous sommes en mesure d’élaborer un portefeuille dont la rentabilité espérée est plus élevée, quel que soit le niveau de risque choisi.

Une fois les classes d’actif identifiées, nous devons déterminer les pondérations de chaque classe pour chaque profil investisseur. Le processus est divisé en deux étapes :

  1. Définir le poids total des actions et des obligations pour chaque profil. Pour cette étape, il existe deux options différentes : il est possible de définir un poids cible pour chaque profil (par exemple, 10% d’actions pour le profil 1, 20% pour le profil 2, etc.) ou bien d’utiliser le modèle de Markowitz. Chez Indexa Capital, la procédure que nous utilisons est celle décrite par Markowitz [Markowitz, 1952] et par Black-Litterman (pdf). Nous définissons le niveau de risque minimum (volatilité) souhaité pour le portefeuille le plus conservateur et le niveau de risque maximum souhaité pour le portefeuille le plus agressif et le nombre de profils souhaité, et nous laissons l’algorithme d’optimisation définir les pondérations des actions pour chaque profil. Pour ce faire, il est nécessaire d’estimer la rentabilité et le risque de chaque classe d’actif (voir ci-dessous). L’avantage d’utiliser le modèle de Markowitz est de garantir que la différence de risque entre les profils 1 et 2 soit la même qu’entre les profils 2 et 3 (alors que la première option ne le garantit pas), mais l’inconvénient est de rendre le processus plus complexe à réaliser et à expliquer.
  1. Répartir le poids des actions et des obligations entre les différentes classes d’actif correspondantes. Pour cette étape, la meilleure option est de donner à chaque classe d’actifs le poids qui lui correspond en fonction de sa capitalisation totale. Par exemple, si les actions des Etats-Unis représentent 55 % de la capitalisation mondiale, leur pondération devrait être proche de 55 %. Cela ne doit pas être une correspondance exacte, car la fiscalité rend certaines régions relativement moins attractives pour certains investisseurs. Par exemple, en tant qu’investisseur de fonds européens, 30 % des dividendes des actions américaines sont perdus à cause de la double imposition de ces dividendes pour les investisseurs qui ne résident pas aux États-Unis. Il est donc nécessaire dans ce cas-ci de réduire quelque peu le poids optimal définit par marché.

Dans le cas des obligations, la procédure est similaire bien qu’il y ait plus d’options sur la façon de définir l’importance d’une classe d’actif, comme par exemple le montant émis des obligations ou leur valeur de marché actuelle.

Dans le cas où il est nécessaire d’utiliser le modèle de Markowitz, les éléments requis pour trouver le poids de chaque classe d’actif pour un niveau de risque donné sont les suivants :

  • Le profil d’investisseur du client
  • Le pronostic de rentabilité à long terme de chaque classe d’actif
  • La matrice de variance-covariance des classes d’actif (risque)

Ces données sont obtenues d’une part, en observant le passé et, d’autre part, en incluant les pronostics concernant l’avenir et en analysant les pondérations du marché. Elles sont supervisées par le

Le modèle de Markowitz établit une relation entre le pronostic de rentabilité que nous espérons obtenir avec chaque classe d’actif et le risque que l’inclusion de cette classe d’actif apporte au portefeuille. De cette façon, nous pouvons obtenir le portefeuille qui, pour un niveau de risque prédéfini, peut nous offrir la meilleure rentabilité espérée. D’autre part, à partir de l’ensemble des pondérations des actifs dans l’économie, en faisant le calcul inverse, avec le modèle de Black-Litterman nous pouvons obtenir des prévisions de rentabilité pour les différentes classes d’actif que nous utilisons pour le pronostic de rentabilité.

Pronostic de rentabilité et de risque à long terme pour chaque classe d’actif

Pronostic de rentabilité

La première étape de la répartition des actifs consiste à pronostiquer une rentabilité annuelle moyenne à long terme pour chaque classe d’actif. Ce pronostic est basé sur les estimations disponibles des principales sociétés de gestion et d’analyse, sur la rentabilité historique de chaque classe d’actif et sur les perspectives macroéconomiques à long terme. Ces pronostics de rentabilité ont un horizon d’investissement de plus de 10 ans et les aspects suivants sont pris en compte :

  • Pour les classes d’actif obligataires, c’est principalement le taux d’intérêt à long terme qui est pris en compte. Par exemple, si les obligations du gouvernement allemand offrent actuellement un taux d’intérêt de 1%, la rentabilité attendue de cet actif sera de 1%.
  • Dans le cas des actions, différents modèles tels que la méthode Gordon-Shapiro peuvent être utilisés. Une bonne option (celle utilisée par Indexa) consiste également à des pronostics de rentabilité à long terme des grandes sociétés de gestion telles que Vanguard, JP Morgan, Franklin Templeton et State Street Global TripAdvisor (SSGA).

Pronostic de risque

Le risque d’une classe d’actif est estimé sur la base de sa volatilité historique. Ensuite, le risque de cette même classe d’actif au sein d’un portefeuille est estimé sur la base de sa volatilité historique et de sa corrélation avec chacune des autres classes d’actif. Les estimations de volatilités et corrélations sont généralement réalisées sur la base des volatilités et corrélations historiques.

Les pronostics de rentabilité et de volatilité que nous avons attribués aux différentes classes d’actif à l’heure actuelle peuvent être consultés sur la page de notre modèle de gestion.

Comme vous pouvez le voir dans le lien, l’augmentation du poids des actions dans les portefeuilles entre les différents niveaux de risque n’est pas constante. Nous avons donc utilisé la méthode de Markowitz. La pondération de chacune des différentes régions d’actions est similaire à leur pondération dans la capitalisation mondiale, mais nous avons appliqué une limite de 35% du portefeuille pour les actions américaines, pour tenir compte de la perte d’une partie du dividende en tant qu’investisseur européen et pour assurer une certaine diversification géographique des portefeuilles.

Cette allocation d’actif se traduit dans nos portefeuilles par une grande diversification avec plus de  5 000 positions (2 000 actions d’entreprises et 3 000 obligations comprenant également une certaine exposition aux obligations d’États européens, aux obligations liées à l’inflation et à la dette de grandes entreprises européennes) dans plus de 100 pays.

Si vous avez déjà un portefeuille ouvert avec nous, vous pouvez consulter les nouveaux pronostics de votre portefeuille depuis votre espace personnel \ Plan.

Si vous n’êtes pas encore indexé avec nous : n’hésitez pas à réaliser notre bref test de profil investisseur (2 minutes) pour découvrir quel portefeuille nous pouvons vous offrir, ses pronostics de rentabilité, ses coûts, … sans engagement et sans devoir nous transmettre de données personnelles.

Présentation de nos portefeuilles de fonds ISR

Au cours de nos six années et demie d’existence, on nous a demandé à plusieurs reprises pourquoi nous n’avions pas un portefeuille de fonds intégrant des critères d’Investissement Socialement Responsable (ISR), critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance, également appelés ESG. La raison en était qu’il n’existait pas une gamme suffisamment large de fonds indexés ISR pour offrir à nos clients un portefeuille mondialement diversifié et à faible coût. Cependant, l’offre a augmenté récemment et nous pensons que le moment est venu de commencer à proposer à nos clients des portefeuilles de fonds indexés à biais ISR.

10 portefeuilles ISR

Pour les clients qui préfèrent limiter leurs investissements aux secteurs et aux entreprises qui intègrent davantage de critères ISR, nous avons créé dix portefeuilles de fonds indexés ISR, un pour chaque profil de risque de 1 à 10.

Les fonds qui composent le portefeuille excluent généralement les industries controversées en termes de durabilité, de gouvernance et de responsabilité sociale (par exemple, le tabac, les armes, les énergies non renouvelables ou la pornographie). Ils excluent également les entreprises dont le comportement ou les produits compromettent l’environnement et la santé des personnes (par exemple, violations des droits de l’homme, exclusion de collectifs de personnes, atteintes à la santé publique, etc.) Les critères ISR utilisés sont décrits plus en détail ci-dessous dans la rubrique « Critères de sélection ISR ».

Coûts, diversification et pronostic de rentabilité des fonds ISR

Après avoir analysé en profondeur la gamme de fonds indexés ISR disponibles en Europe, nous avons pu constituer un portefeuille suffisamment diversifié et à moindre coût, avec lequel nous pouvons travailler confortablement.

Il convient toutefois de noter que les fonds indexés ISR sont de plus petite taille que les fonds indexés sur la capitalisation et que les coûts de ces fonds sont plus élevés. Ce point est important car des coûts plus élevés pénaliseront inévitablement les pronostics de rentabilité et volatilité.

Il convient également de noter que les fonds axés sur l’ISR sont un peu moins diversifiés que les fonds indexés non ISR et présentent donc un risque un peu plus élevé.

Bien qu’il n’y ait pas encore d’études suffisamment concluantes, avec des coûts plus élevés et une diversification moindre, il est probable qu’à long terme, les fonds ISR finissent par avoir un rapport rentabilité/risque inférieur à celui des fonds indexés sans biais ISR.

Sélection des fonds ISR

Pour sélectionner les fonds ISR qui composent nos portefeuilles, nous avons utilisé les critères de sélection suivants :

  • Liquidité (taille du fonds).
  • Frais (coûts du fonds).
  • Critères ISR suivis par l’indice de référence.
  • Diversification de l’indice et du fonds (concentration dans les 10 plus grandes positions, concentration géographique, concentration sectorielle, concentration par émetteur…).
  • Suivi de l’indice (tracking error) : différence de volatilité et de performance du fonds ISR par rapport à son indice de référence ISR et de l’indice de référence par rapport à  » l’indice parent « . L' »indice parent » est l’indice initial à partir duquel les critères d’exclusion de l’ISR sont appliqués.

Pour des raisons de simplicité, de minimisation des coûts et de choix limité, nous avons décidé de construire un seul portefeuille avec quatre fonds diversifiés par géographie et par classe d’actifs :

  • Pour les actions, nous choisissons un fonds ISR d’actions mondiales et un fonds ISR d’actions d’économies émergentes, tous deux de Vanguard.
  • En ce qui concerne les obligations, nous avons choisi un fonds ISR d’obligations d’entreprises mondiales de iShares (Blackrock). Pour compléter la diversification des obligations, nous avons ajouté un fonds d’obligations gouvernementales mondiales d’Amundi.

Ces quatre instruments sont décomposés ci-dessous :

Classe d’actif

Nom de l’instrument

Indice de référence

Actions globales ISR

Vanguard ESG Dev.World Stk Idx Eur -Acc

FTSE Developed All Cap Choice Index

Actions économies émergentes ISR

Vanguard ESG Emrg Mk Stk Idx Eur -Acc

FTSE Emerging All Cap Choice Index

Obligations d’entreprises globales ISR

iShares ESG Global Corp Bnd Idx Eur Hdg

Bloomberg Barclays Global Aggregate Corporate Index

Obligations gouvernementales globales

Amundi JPM Global Gov Bnd Idx Eur Hdg

JPM GBI Global Traded Index Hedged EUR

Pour obtenir la pondération, nous avons essayé de nous différencier le moins possible des portefeuilles de fonds non ISR de 10 mille à 100 mille euros. Par exemple, les pondérations des obligations et des actions sont les mêmes dans les deux cas.

Coûts des portefeuilles ISR

En comparant les coûts des portefeuilles de fonds ISR et les coûts actuels des portefeuilles de fonds de 10 mille à 100 mille euros, nous observons qu’en moyenne les coûts des fonds ISR sont 0,07 points de pourcentage plus chers (moyenne des portefeuilles non ISR 0,08% contre moyenne des portefeuilles ISR 0,15%).

Cela est dû au fait que les sociétés de construction d’indices effectuent une analyse détaillée en matière de durabilité, de gouvernance et de responsabilité sociale des entreprises du marché avant de construire l’indice ISR, ce qui entraîne des coûts plus élevés que les indices construits par pondération de la capitalisation, et que les fonds ISR sont actuellement de plus petite taille que les fonds non ISR.

Bien que l’allocation d’actifs des portefeuilles de fonds ISR soit similaire à celle des portefeuilles de fonds de 10 mille à 100 mille euros et que les pronostics de rentabilité et volatilité brutes soient donc similaires, en raison des coûts plus élevés des instruments présentant des caractéristiques ISR, le pronostic de rentabilité nette de ces portefeuilles est légèrement inférieur au pronostic de rentabilité nette des portefeuilles de fonds de 10 mille à 100 mille euros.

Critères de sélection ISR

Pour les actions mondiales et émergentes, le critère ISR utilisé chez Vanguard pour la construction de l’indice consiste en l’exclusion des entreprises de l' »indice parent » appartenant aux catégories  » problèmes de produits  » (Énergie non renouvelable, Vice adulte ou Armes) ou  » problèmes de conduite  » (Controverse ou Diversité), données qui proviennent de la société MSCI. La diversification géographique et sectorielle est légèrement affectée par rapport à l' »indice parent », car Vanguard ne limite pas les pondérations par pays ou par secteur. Les composantes du fonds sont rééquilibrées chaque année. De plus amples informations sont disponibles sur le site Vanguard ISR (lien en anglais).

En ce qui concerne les obligations d’entreprises mondiales, le critère ISR utilisé par Blackrock pour le fonds consiste à exclure les entreprises appartenant aux catégories de la production d’armes, des composants nucléaires, de l’extraction de charbon, de la production de tabac ou qui sont en conflit avec les principes de l’ONU des entreprises des secteurs de l’industrie, de l’énergie et des services financiers. Les données ISR proviennent de MSCI. Le fonds est rééquilibré mensuellement. De plus amples informations sont disponibles sur le site Blackrock SRI (lien en anglais).

Caractéristiques des fond des portefeuilles ISR

1. Fonds ISR d’actions mondiales

Il s’agit du fonds Vanguard ESG Dev.World Stk Idx Eur -Acc (ISIN IE00B5456744), qui suit l’indice FTSE Developed All Cap Choice en euros, lequel suit la performance des actions de pays développés, y compris toutes les tailles d’entreprises (petites, moyennes et grandes capitalisations) à l’exclusion de certaines entreprises qui ne répondent pas aux critères ISR. Il compte 2920 millions d’euros (M€, au 28/02/2022) d’actifs sous gestion et présente des coûts relativement faibles pour l’environnement ISR (Total Expense Ratio, TER, de 0,13%). Le fonds suit bien l’indice avec un écart de suivi (tracking error) de 0,29 %.

C’est un fonds diversifié puisque les 10 principales positions représentent 18% du fonds, qui investit au total dans plus de 4200 actions. La principale exposition géographique est les États-Unis avec 66 %, suivis de l’Europe avec 17 %. Les critères ISR utilisés par Vanguard sont clairs : un total de 853 entreprises représentant 18% sont retirées de l’indice « parent » du FTSE Developed All Cap Index. Les principales exclusions sont Johnson & Johnson et Walmart (exclus en raison de problèmes liés à la violation des principes de l’ONU), Berkshire (exclu parce qu’il est investi dans des entreprises d’extraction de combustibles fossiles et de production d’énergie nucléaire), Exxon et Chevron (exclus parce qu’il s’agit d’entreprises d’extraction de combustibles fossiles).

Les 10 principales positions de l' »indice parent » représentent 14 % du fonds (5 711 positions au total). La principale exposition géographique est les États-Unis avec 64 %, suivis de l’Europe avec 16 %.

En comparant l’indice ISR à l’indice « parent », nous observons une légère surpondération des États-Unis (66 % contre 64 %), des sociétés technologiques (24 % contre 20 %) et des biens de consommation discrétionnaire (16 % contre 13 %, les biens de consommation discrétionnaire étant des biens de consommation non essentiels tels que les vêtements, les loisirs et l’automobile). En revanche, une sous-pondération des entreprises industrielles (11 % contre 14 %).

En termes de rentabilité sur les 5 dernières années, on constate une amélioration entre l’indice ISR et l' »indice mère » de 1,3 point de pourcentage par an (12,4% contre 11,1%). La volatilité est similaire entre les deux indices (12,6% contre 12,9%). Toutefois, il convient de rappeler que les rentabilités passées ne sont pas un indicateur fiable des rendements futurs. Il est probable que le fonds ISR ait surperformé au cours des 5 dernières années en raison du boom de l’investissement ISR, et que ce différentiel de performance passé ne sera pas maintenu à l’avenir.

2. Fonds d’actions émergentes ISR

Il s’agit du fonds Vanguard ESG Emrg Mk Stk Idx Eur -Acc (ISIN IE00BKV0W243), qui suit l’indice FTSE Emerging All Cap Choice en EUR et réplique le comportement des entreprises des pays émergents, comprenant toutes les tailles d’entreprises (petites, moyennes et grandes capitalisations). Il compte 345 millions d’euros (au 28/02/2022) d’actifs sous gestion et a des coûts relativement faibles pour le secteur de l’ISR (TER 0,18%). Le fonds suit bien l’indice avec un tracking error de 0,19%.

Il s’agit d’un fonds diversifié puisque les 10 principales positions représentent 28% du fonds, qui investit dans plus de 2720 sociétés. La principale exposition géographique est la Chine à 52 %, suivie de Taïwan à 20 %, puis de l’Inde à 10 %.

En conservant les critères d’exclusion de Vanguard, 742 sociétés représentant 15 % de l' »indice parent » sont exclues. Les principales exclusions sont Reliance, Vale et Gazprom (exclues pour être des sociétés d’extraction de combustibles fossiles), Tata Consultancy (exclue pour être une société de conseil aux sociétés de production d’énergie nucléaire et pour des questions liées à la violation des principes de l’ONU) et Saudi Basics (exclue pour des problèmes liés à la violation des principes de l’ONU).

Les 10 principales positions de l' »indice parent » représentent 24% du fonds (total de 3510 positions). La principale exposition géographique est la Chine avec 52%, suivie de Taiwan avec 20%, puis de l’Inde avec 10%.

Si l’on compare l’indice ISR à l' »indice parent », on observe une légère surpondération de la Chine (43 % contre 40 %), des entreprises technologiques (28 % contre 25 %) et des entreprises financières (18 % contre 16 %). En revanche, une sous-pondération en Inde (20% contre 18%) et au Brésil (4% contre 26%).

En termes de rentabilité sur l’année écoulée (le fonds n’existe que depuis le début de l’année 2021), en comparant l’indice ISR et l’indice « parent », nous constatons une rentabilité annualisée très similaire de 13,4% et 13,7% respectivement. La volatilité est également similaire d’un indice à l’autre, 16,1% contre 16,3%.

3. Fonds d’obligations d’entreprises mondiales ISR

Il s’agit du fonds iShares ESG Global Corp Bnd Idx Eur Hdg de Blackrock (ISIN IE00BJN4RG66), qui suit l’indice Bloomberg Barclays Global Aggregate Corporate (un indice non-ISR) et réplique la performance des obligations d’entreprises mondiales en EUR et couvertes en EUR. Il détient 816 millions d’euros (au 28/02/2022) d’actifs sous gestion et des coûts relativement bas pour l’environnement ISR à revenu fixe (TER 0,16%). Le fonds suit bien l’indice avec un écart de suivi de 0,12 %.

Il s’agit d’un fonds très diversifié, les 10 principales positions représentant 1,1% du fonds (total de 5600 positions de plus de 1260 sociétés). Il a une durée de 7,09 ans et un yield (intérêt annuel moyen) de 1,6%. La principale exposition géographique est les États-Unis avec 52 %, suivis de l’Europe avec 21 %.

Comme expliqué dans la section « Critères de sélection ISR », les critères d’exclusion de Blackrock sont clairs : 755 entreprises sont retirées de l’indice de référence et les principales exclusions sont Porche et Walmar (exclues en raison de problèmes liés à la violation des principes des Nations unies), Royal Dutch (exclue pour son activité d’extraction de combustibles fossiles), Boeing (exclue pour avoir un pourcentage de ses bénéfices provenant d’armes controversées) et Brithish American Tocabo (exclue pour son activité de tabac).

L’indice de référence a une durée de 7,14 ans et un yield de 1,62%. La principale exposition géographique est les États-Unis avec 54 %, suivis de l’Europe avec 21 %.

Le fonds a été lancé en février 2021 et depuis lors, les rentabilités obtenues par le fonds par rapport à l’indice sont positives, respectivement 3,7% et 4,1%. Dans le cas de ce fonds, il n’y a pas d’indice ISR, le fonds effectue le filtre ISR sur l’indice Parent directement.

4. Fonds d’obligations gouvernementales mondiales (non-ISR)

Il s’agit du fonds Amundi JPM Global Gov Bnd Idx Eur Hdg (ISIN LU0389812693), qui suit le JPM GBI Global Traded Index Hedged EUR et réplique la rentabilité des obligations d’Etat mondiales couvertes en EUR. Elle gère 2330 millions d’euros (au 28/02/2022) d’actifs. Il s’agit d’un fonds très diversifié, les 10 principales positions représentant 1,58% du fonds. Les coûts du fonds sont de 0,20%. Le fonds suit bien l’indice avec un écart de suivi de 0,20 %.

Un portefeuille de fonds ISR est-il meilleur qu’un portefeuille de fonds « traditionnel » ?

Cela dépend de chaque investisseur et du risque qu’il veut assumer. D’une part, nous savons qu’un portefeuille de fonds ISR a des coûts plus élevés et une diversification moindre qu’un portefeuille de fonds indexés pondérés en fonction de la capitalisation, ce qui nous amène à penser qu’à long terme, les rentabilités par rapport au risque seront inférieures. En outre, le processus de création des indices doit encore être affiné et dépend de la transparence des données et de l’algorithme d’évaluation des entreprises d’analyse, un processus plus complexe que le processus de pondération par capitalisation suivi par les indices « traditionnels ».

En revanche, en faveur de l’intégration de critères ISR, il s’agit de récompenser les entreprises cotées en bourse qui intègrent mieux les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance d’entreprise dans leur gestion. En introduisant un biais ISR dans l’investissement, l’investisseur encourage davantage d’entreprises à adopter ces critères et rend le capital plus cher pour les entreprises qui les intègrent dans une moindre mesure. Des études récentes montrent que les entreprises ayant une bonne notation ISR ont tendance à avoir une meilleure comptabilité financière à l’avenir (Khan, Serafeim et Yoon 2015).

Conclusion

À notre avis, l’investissement selon les critères de l’ISR est une tendance d’investissement qui restera avec nous à long terme. La décision individuelle d’y investir nous semble être une décision raisonnable que chacun peut prendre de son côté. Les deux choix d’investissement, avec ou sans biais ISR, nous semblent parfaitement raisonnables et c’est pourquoi nous avons décidé de les proposer à nos clients.

Chez Indexa, notre objectif est toujours d’offrir les meilleurs portefeuilles à nos clients, des portefeuilles diversifiés et avec les coûts les plus bas du marché, et c’est ce que nous faisons avec ce portefeuille de fonds ISR pour tous les investisseurs qui, en plus de rentabiliser leur investissement, veulent essayer de faire en sorte que leur investissement ait un impact plus positif sur notre planète et les personnes qui l’habitent.

Portefeuille de fonds : comment choisir le biais ISR

Si vous avez déjà votre portefeuille de fonds avec Indexa : Vous pouvez choisir d’introduire un biais ISR depuis votre espace personnel \ sélectionnant votre compte \ Plan \ Modifier mon profil investisseur \ Changer mes réponses.

Si vous n’êtes pas encore client d’Indexa Capital, vous pouvez effectuer notre bref test de profil investisseur (2 min) et choisir le portefeuille avec biais ISR ou non dans le parcours de souscription.

Pourquoi incluons-nous des obligations dans les portefeuilles ?

Bien qu’il s’agisse d’une question récurrente depuis le lancement d’Indexa en décembre 2015, nous recevons récemment davantage de consultations sur les raisons pour lesquelles nous détenons et maintenons des fonds obligataires dans nos portefeuilles. Dans cet article, nous allons expliquer pourquoi nous incorporons des obligations dans les portefeuilles.

Les raisons sont les suivantes :

  1. Il est nécessaire de rechercher un actif qui réduise le risque d’un portefeuille d’actions: la grande majorité des investisseurs n’a pas le profil de risque pour supporter un investissement à 100% en actions. Il est donc nécessaire d’ajouter au portefeuille une classe d’actifs qui diversifie le risque des actions.
  2. Elles constituent une classe d’actifs : les obligations constituent une classe d’actifs car, dans des conditions normales, elles génèrent un rendement du capital, offrent une diversification à un portefeuille d’actions et constituent un marché très profond.
  3. Il n’y a pas de meilleure alternative : bien que plusieurs segments des obligations aient une rentabilité espérée négative en ce moment (par exemple, les obligations d’État européennes), il n’y a pas de meilleure alternative pour réduire le risque d’un portefeuille d’actions.

Chacune de ces raisons est détaillée ci-dessous.

Il est nécessaire de rechercher un actif qui réduise le risque d’un portefeuille d’actions

La principale raison pour laquelle nous n’avons pas de portefeuilles investis à 100% en actions est la diversification. En général, les années boursières négatives tendent à l’être pour presque toutes les zones géographiques et les actifs à risque, et les baisses peuvent être de l’ordre de 40 % en un an. Très peu d’investisseurs sont capables de conserver un investissement de la totalité de leur patrimoine avec un tel niveau de volatilité. Si l’investissement est liquide (comme les portefeuilles de fonds), les investisseurs peuvent succomber à la peur, et vendre au pire moment, générant un écart comportemental qui réduit la rentabilité pour les investisseurs d’environ 1,5 point de pourcentage par an en moyenne.

Pendant ces périodes de chute des marchés boursiers, on assiste généralement à un phénomène de flight to quality ou de fuite vers la qualité. Dans ces scénarios, les investisseurs se ruent sur les actifs sûrs tels que les obligations d’État, ce qui entraîne une forte appréciation de ces dernières. Le graphique ci-dessous illustre cette corrélation négative entre les actions et les obligations, en montrant les données mensuelles entre l’année 2000 et 2021 de la rentabilité sur les 12 derniers mois d’un indice d’actions globales en euros (indice MSCI World) par rapport à la rentabilité sur les 12 derniers mois d’un indice d’obligations globales couvertes en euros (indice LEGATREH).

Comme on peut le constater, il existe une légère corrélation négative entre le comportement des actions et des obligations. Cela implique que lorsque les actions montent, les obligations ont tendance à baisser et vice versa.

Chez Indexa, nous cherchons à maximiser la rentabilité pondérée par le risque et à réduire le biais comportemental de nos clients. Le meilleur moyen d’y parvenir est de créer des portefeuilles équilibrés par classe d’actifs. Nous incluons donc un minimum d’obligations dans nos portefeuilles de fonds, entre 21% d’obligations pour le portefeuille 10/10 et 86% d’obligations pour le portefeuille 1/10.

Pourquoi ce pourcentage de 21% d’obligations dans le portefeuille 10 ?

Pour déterminer le pourcentage maximal et minimal d’obligations dans les portefeuilles de nos fonds, lorsque nous avons défini nos premiers portefeuilles en 2015, nous avons commencé par déterminer un niveau maximal et minimal de risque (volatilité). Nous avons décidé de travailler avec 10 profils de risque, allant d’une volatilité d’environ 4% pour le profil 1, le plus conservateur, à 13% pour le profil 10, le plus agressif.

Cette volatilité maximale de 13% équivaut à une perte annuelle de plus de 26% avec une probabilité de 95%, ce qui nous semble être un risque suffisant pour les clients les plus risqués de nos portefeuilles de fonds.

Pour atteindre cette volatilité maximale de 13%, avec les volatilités historiques de 2000 à 2015, le pourcentage d’obligations requis était de 21%. Nos portefeuilles comprennent donc un minimum de 21% d’obligations pour maintenir la perte annuelle en dessous de 26% avec une probabilité de 95%.

Les obligations sont une classe d’actifs

La définition d’une classe d’actifs est sujette à débat, mais fondamentalement, une classe d’actifs doit remplir trois conditions:

  • Diversification: la classe d’actif doit offrir une diversification dans le portefeuille, son évolution de prix doit être relativement peu corrélée avec le reste du portefeuille.
  • Retour: elle doit constituer une source de génération de rentabilité crédible.
  • Profondeur: elle doit être suffisamment importante pour constituer une part significative du portefeuille.

Dans le cas des obligations, deux sur trois (diversification et profondeur) sont conjoncturellement respectées pour certains segments tels que les obligations d’État européens, mais habituellement les trois sont respectées :

  • Diversification : offre une diversification à un portefeuille d’actions, par exemple.
  • Rentabilité : offre une rentabilité à long terme dérivée de la génération de liquidités de la part des entreprises ou des gouvernements sous la forme de coupons et de remboursements du principal.
  • Profondeur : les marchés obligataires européens se négocient en milliers de milliards d’euros.

Si l’une des trois caractéristiques n’est pas remplie, il est raisonnable de chercher une alternative, mais il n’en existe pas de meilleure.

Il n’y a pas de meilleure alternative

Cinq alternatives liquides pourraient être envisagées : garder l’argent dans une banque, garder l’argent en billets, inclure des obligations à court terme, ou acheter des matières premières ou des cryptomonnaies. Toutes ces options présentent davantage de problèmes :

  • Argent dans une banque : l’option consistant à laisser de l’argent en banque suppose, premièrement, un certain risque de crédit (bien qu’en dessous de 100 000 euros, il soit couvert par le fonds de garantie des dépôts), deuxièmement, l’argent en tant que tel n’a pas l’effet diversificateur lors de chutes boursières, que peuvent avoir les obligations à long terme (qui tendent à se revaloriser en cas de chute boursière), , et troisièmement, il est de plus en plus courant que les banques facturent les sommes laissées sur un compte courant (généralement 0,5 % par an).
  • Argent en billets : cette alternative assure une rentabilité espérée de 0% avec des billets de banque en euros, mais a des coûts de stockage et de sécurité, présente toujours un risque de vol. Nous ne la considérons donc pas comme une classe d’actifs car elle n’apporte pas une source de revenu. De plus les devises n’agissent pas comme diversificateur lors des chutes boursières.
  • Obligations à court terme : les obligations à court terme offrent une rentabilité espérée encore plus faible et diversifient également moins bien le portefeuille d’actions (elles s’apprécient généralement moins lorsque les actions baissent).
  • Matières premières : par exemple, l’or. Les matières premières ne sont pas une solution face au manque de rentabilité car elles ne génèrent pas de revenus, et ont également tendance à présenter une volatilité plus élevée que les actions.
  • Cryptomonnaies : nous les excluons pour les mêmes raisons que l’argent en banque ou en billets.

Dans certaines périodes, comme en 2021, les obligations à long terme afficheront des pertes, mais n’oubliez pas que cela se produit généralement en même temps que la hausse des actions. C’est précisément ce que l’on attend d’un actif diversifiant : il améliore le couple rendement / risque du portefeuille

Conclusion

Nous pensons qu’il n’y a pas de meilleure alternative que les obligations pour les investisseurs qui ont besoin de réduire le risque d’un portefeuille d’actions. Pour le moment, la rentabilité espérée de certains segments obligataires est négative, mais à un moment donné, cette situation reviendra à la normale.

Couvrir ou ne pas couvrir la devise

Lorsque vous souhaitez investir à l’échelle mondiale, il faut garder à l’esprit que la majorité de vos investissements ne seront pas libellés en euros et par conséquent, il faudra prendre des décisions quant au risque de fluctuation des taux de change. Principalement, il y a trois options :

  • Couvrir les devises.
  • Ne pas couvrir les devises.
  • Parfois couvrir et d’autres fois non, pour essayer de générer un peu plus de rentabilité.

La troisième option n’apporte pas de valeur à long terme, car il n’est pas possible de savoir à l’avance si une devise va s’apprécier ou se déprécier. En revanche, les deux premières options sont potentiellement valides. Dans cet article, nous allons expliquer pourquoi il est préférable de ne pas couvrir le risque de devise des investissements en actions mais qu’il est cependant préférable de le faire dans le cas des investissements en obligations.

La réponse rapide est de couvrir le risque de devises avec des assurances de change ayant un certain coût et davantage de coût signifie moins de rentabilité à long terme. Cependant, couvrir le risque de devise permet de réduire la volatilité de l’investissement et par conséquent il faut analyser comment la couverture affecte le rapport rentabilité/risque et ne pas seulement se fixer sur la rentabilité.

Investissements en actions

Pour illustrer ces résultats, nous analysons d’abord le risque et la rentabilité de l’indice S&P 500 à travers 3 classes du même fonds de Vanguard, depuis leur création (06/03/2006) :

  1. Classe en USD (dollar) : dans cette classe de fonds, l’investissement est directement réalisé dans les actions qui composent le S&P 500, le risque de devise n’est pas couvert et le fonds est libellé en dollar états-uniens. La rentabilité sera celle de l’indice S&P 500 moins les coûts du fonds.
  2. Classe couverte, en EUR (euro) : cette classe de fonds libellée en euros est couverte grâce à une assurance de change contre le risque de devise. La rentabilité devrait être similaire à celle d’un investissement dans la classe en USD, moins les coûts du fonds.
  3. Classe sans couverture, en EUR (celle de nos portefeuilles) : dans cette classe libellée en euros le risque de devise n’est pas couvert. Le taux de change affecte la rentabilité et par conséquent la rentabilité sera celle du S&P 500 en euros, moins les coûts du fonds.

Nous écartons la première alternative, car un investissement dans un fonds libellé en dollars étas-uniens (USD) entraîne d’importants coûts de transactions supplémentaires pour convertir les euros en dollars au moment de souscrire ou rembourser les fonds.

Le doute à lever est celui d’investir dans le fonds 2 (EUR avec une couverture de la devise) ou dans le fonds 3 (EUR sans couverture). Cependant, pour pouvoir estimer le coût de la couverture nous allons étudier la différence de rentabilité entre le fonds en USD (fonds 1) et le fonds couvert (fonds 2). Dans le graphique ci-dessous, nous pouvons observer chaque classe.

 

Comme nous pouvons le constater, le fonds en USD se sépare progressivement de la classe couverte en euros. Cela est du aux frais de transaction et aux coûts de couverture :

  1. Frais de transaction : il s’agit des frais facturés par le fournisseur de couverture.
  2. Coûts de couverture : ils se composent de la différenceentre le taux d’intérêtUSD et celui EUR (par exemple, un compte courant en USD rapporte désormais 1 % alors qu’un compte courant en EUR rapporte 0 %) et de la demande plus ou moins forte d’USD par rapport à l’EUR (mesurée par le cross currency basis spread). Pour la période étudiée, la différence moyenne de taux est d’environ 0,8 %.

Dans le tableau ci-dessous, nous comparons les rentabilités et les volatilités de trois investissements depuis leur création jusqu’au 01/09/2017 :

Rentabilité annuelle Volatilité Ratio de Sharpe
(rentabilité/risque)
Classe en USD 7,06% 18,0% 0,39
Classe couverte en EUR 5,85% 18,3% 0,32
Classe sans couverture EUR 7,74% 18,6% *0,42

Données Bloomberg. EUR. Période :03/11/2006 (création des fonds) au 01/09/2017.

Les résultats sont clairs : la classe couverte en euros a rapporté 5,85% tandis que la classe en USD a enregistré une rentabilité de 7,07%. De cette différence de 1,22%, le coût de la couverture est 0,8% et les frais de transaction sont d’environ 0,4% annuel. On constate également que la rentabilité entre la classe sans couverture en EUR et la classe en USD est très similaire (différence de 0,64%). Cela est une coïncidence, et dépend entièrement de la période choisie, mais reflète assez bien le comportement des devises « réserve » (USD, EUR, JPY, …) : elles ont tendance à fluctuer et à montrer un important retour à la moyenne, de sorte qu’à long terme, l’effet de la monnaie tend à être moins important.

Quant à la volatilité, nous pouvons constater que les 3 fonds ont pratiquement la même volatilité, les fluctuations de tous ces fonds sont donc très similaires.

En conclusion, comme la rentabilité a été moindre et que le risque est similaire, nous choisissons la classe en EUR sans couvrir le risque de devise, qui offre un meilleur rapport rentabilité / risque (ratio de Sharpe).

Cette analyse ne vaut que depuis la création des fonds (en 2006) et nous allons vérifier les conclusions auxquelles nous sommes parvenus en augmentant le temps de l’étude. Pour ce faire, nous avons réa     lisé la même analyse avec l’indice du S&P500 en USD et en EUR depuis la création de l’euro (08/01/1999), et les résultats sont très similaires :

Rentabilité annuelle Volatilité Ratio de Sharpe
S&P 500 USD 5,53% 17,6% 0,31
S&P 500 EUR sans couverture 5,38% 19,3% 0,28

La rentabilité est pratiquement la même avant les frais (notez que dans ce cas, aucun coût de couverture n’est appliqué parce-que nous comparons les indices au lieu de comparer des fonds) et la volatilité est également très similaire. La conclusion reste donc la même : le rapport rentabilité/risque de l’investissement en EUR avant frais est très similaire à celui de l’investissement en USD.

Investissements en obligations

Pour l’analyse de l’effet de la devise sur les obligations, nous allons utiliser un fonds de Pimco puisque nous n’avons pas trouvé de fonds indexés qui investissent dans des obligations ayant une classe couverte et une autre non couverte avec suffisamment de données historiques pour que l’analyse soit pertinente. Le fonds est Pimco Total Return Bond Clase E d’accumulation, qui investit principalement dans des émissions libellées en USD. Nous allons observer les effets de la devise en comparant les trois cas suivants :

  1. Investissement en USD sans couverture de la devise
  2. Investissement en EUR avec couverture de la devise
  3. Investissement en EUR sans couverture de la devise

 

De nouveau, nous observons comment les graphiques en USD et EUR couvert se séparent sous l’effet des frais et du coût de la couverture. Si vous comparez le rapport rentabilité / risque des 3 classes, vous pouvez voir une différence très importante par rapport aux actions : le risque de la classe en EUR sans couverture est sensiblement plus important (données entre le 31/03/2006 et le 01/09/2017).

Rentabilité annuelle Volatilité Ratio de Sharpe
1. Classe en USD 4,38% 4,0% 1,10
2. Classe couverte en EUR 3,91% 4,0% 0,98
3. Classe sans couverture en EUR 4,59% 9,9% 0,46

La volatilité de l’indice en EUR avec la devise couverte est 60% plus faible que la volatilité de l’indice en EUR avec la devise sans couverture. Cela fait de ce dernier presque une autre classe d’actif : si vous ne couvrez pas le risque de devise lors d’un investissement dans des obligations, vous investissez dans la devise, et non dans des obligations car le risque de change est très supérieur au risque des obligations. Pour cette raison, il est préférable de couvrir le risque de devise lors d’investissements dans des obligations. Sur le graphique précédent, vous pouvez noter que l’investissement qui ne couvre pas l’euro a un comportement très différent des deux autres.

Nous avons également réalisé une analyse sur le plus long terme en utilisant des indices. Nous utilisons l’indice Bloomberg « Barclays Global-Aggregate Total Return Index Value » qui se compose d’obligations émises par les plus grands émetteurs (États et entreprises) dans leur propre devise et qui inclut notamment des obligations en yens (JPY), en dollars (USD) et en euros (EUR). Nous observons l’effet de la devise dans les trois cas suivants :

  1. Investissement en USD sans couvrir les devises de l’indice
  2. Investissement en EUR en couvrant les devises
  3. Investissement en EUR sans couvrir les devises de l’indice

 

Comme nous pouvons l’observer sur le graphique ci-dessus, les 3 indices atteignent des rentabilités similaires (il faut cependant garder à l’esprit que ce sont des indices, il n’est donc pas pris en compte les coûts de couverture de l’investissement dans un fonds), mais la volatilité de l’indice avec la devise couverte est sensiblement plus faible (ligne bleue).

Dans le tableau suivant, nous quantifions ces données en comparant les rentabilités et les volatilités des trois indices depuis le 29/01/1999 jusqu’au 31/08/2017 :

Rentabilité annuelle (avant frais) Volatilité Ratio de Sharpe
1. Investisseur en USD sans couverture de devises 4,22% 5,7% 0,74
2. Investisseur en EUR avec couverture de devises 4,26% 2,8% 1,52
3. Investisseur en EUR sans couverture de devises 3,98% 6,8% 0,59

Nous obtenons de nouveau que la volatilité de l’indice en EUR avec la couverture de devises est 60% plus faible que celle de l’indice en EUR sans la couverture de devises. Pour cette raison, nous préférons couvrir le risque de devises pour les investissements dans des obligations.

Conclusion

Pour maximiser le rapport rentabilité / risque, il est préférable de choisir des fonds actions qui ne couvrent pas les devises, car la couverture a un coût élevé et n’améliore pas la rentabilité ni la volatilité à long terme. Mais il est cependant préférable de choisir des fonds qui couvrent les devises pour les obligations (excepté pour les obligations de pays émergents en devise locale) car dans le cas d’obligations la meilleure volatilité compense le coût de couverture des devises.

Si vous n’êtes pas encore client d’Indexa Capital, découvrez quel portefeuille de fonds indexés mondialement diversifié nous vous recommandons en effectuant notre bref test de profil investisseur (2 min).

Si vous êtes déjà client, n’hésitez pas à inviter vos amis pour bénéficier d’une réduction des frais de gestion d’Indexa, tant pour vous que pour eux.

Exposition de nos portefeuilles à la Russie

Depuis l’attaque de la Russie contre l’Ukraine il y a deux semaines (le 24/02/2022), certains clients nous ont posé les questions suivantes :

  • Quelle est l’exposition des portefeuilles d’Indexa à la Russie ?
  • Cherchons-nous à vendre les investissements en Russie?
  • Pouvons-nous offrir la possibilité de ne détenir aucune partie du portefeuille en Russie ?

Nous pensions attendre de pouvoir offrir des réponses complètes avant de publier cet article, mais en raison de la fréquence de ces différentes questions, nous avons préféré publier dès maintenant des réponses mêmes partielles, que nous serons amenés à compléter par la suite en fonction de l’évolution de la situation.

Exposition des portefeuilles de fonds à la Russie

L’exposition de nos portefeuilles de fonds à la Russie avant le début de la guerre se situait entre 0,1% et 0,4% du portefeuille, selon la taille du portefeuille et du profil d’investisseur du client.

Nous avions quatre fonds avec une exposition marginale à la Russie avant le début de la guerre en Ukraine :

Le fonds d’obligations globales à long terme, Vanguard Global Bnd Idx Eur -Ins, indexé sur l’indice Barclays GA Float Adjusted Bond, qui pèse entre 21 et 86% des portefeuilles de fonds de moins de 10 mille euros, était exposé à 0,4% aux obligations russes, ce qui équivaut à entre 0,1 et 0,3% du portefeuille.

Le fonds d’actions des pays émergents Vanguard Emrg Mk Stk Idx Eur -Ins, indexé sur l’indice MSCI Emerging Markets, qui pèse entre 0 et 10% des portefeuilles de fonds de 10 à 100 mille euros, et entre 2 et 9% des portefeuilles de fonds de plus de 100 mille euros selon le profil d’investissement du client, avait une exposition de 3,3% aux actions russes, équivalente à entre 0,1 et 0,3% du portefeuille .

Le fonds d’obligations d’entreprises européennes, Vanguard Euro Inv Gr Bnd Idx Eur -Ins, indexé sur l’indice Barclays Euro Non-Government Bond, qui pèse entre 4 et 16% des portefeuilles de fonds de 10 à 100 mille euros, et entre 14 et 79% des portefeuilles de fonds de plus de 100 mille euros selon le profil investisseur du client, avait une exposition de 0,3% à la Russie, ce qui équivaut moins de 0,1% du portefeuille.

Le fonds d’obligations de pays émergents couverts en euros iShares EM Gov Bnd Idx -I2 Eur Hdg, indexé sur l’indice EMBI Global Diversified publié par JP Morgan, qui pèse entre 2 et 3% des portefeuilles de fonds de plus de 100 mille euros, selon le profil investisseur du client, avait une exposition de 3,1% aux actions russes, ce qui équivaut à moins de 0,1% du portefeuille.

Quant au fonds d’actions globales dans les portefeuilles de fonds de moins de 10 mille euros, Vanguard Global Stk Idx Eur -Ins, indexé sur l’indice MSCI World, qui pèse entre 14% et 79% des portefeuilles de moins de 10 mille euros, n’avait aucune exposition à la Russie, ou avait une exposition de moins de 0,1%.

Il n’y a pas d’exposition à la Biélorussie

Les fonds de nos portefeuilles ne sont pas exposés aux titres biélorusses (certains clients nous ont également demandé si nos portefeuilles comprenaient des investissements en Biélorussie, allié de la Russie dans cette guerre).

Changement dans les indices

Depuis le début de l’invasion russe en Ukraine le 24 février 2022, les marchés boursiers et obligataires russes sont fermés. Comme en cas de chocs extrêmes provoquant un manque de demande pour répondre à l’offre (vendeurs d’actions ou d’obligations), les cotations sont suspendues jusqu’à nouvel ordre. En conséquence de cette fermeture, les actions et obligations russes cotées sur les marchés russes deviennent illiquides, et si ce manque de liquidité perdure, elles se voient exclues des indices.

C’est ce qui s’est passé le 02 mars 2022 lorsque MSCI, le créateur des indices MSCI World et MSCI Emerging Markets, a exclu les titres russes des deux indices. Barclays n’a pas encore exclu les obligations russes de l’indice Barclays GA Float Adjusted Bond, sur lequel est indexé le fonds Vanguard Global Bnd Idx Eur -Ins dans nos portefeuilles de fonds de moins de 10 mille euros, et JP Morgan a décidé de conserver les obligations russes actuelles dans son indice obligataire des marchés émergents « EMBI Global Diversified Index » mais d’exclure les nouvelles émissions.

En conséquence de ce changement dans les indices, les fonds indexés sur ces indices devraient automatiquement vendre les titres exclus.

Les fonds ne peuvent pas vendre les valeurs qui sont sorties de l’indice

Toutefois, plusieurs raisons empêchent les fonds de vendre des actions ou des obligations russes en ce moment. La première est la fermeture des marchés russes, ce qui empêche la vente d’actions sur le marché. La deuxième est que, même si les marchés étaient ouverts, la Russie a interdit aux investisseurs étrangers la vente de titres russes. La troisième est, même si ces titres pouvaient être vendus en Russie, l’expulsion de la Russie du système interbancaire SWIFT qui empêcherait probablement les fonds d’investissement européens, domicilié en Irlande ou au Luxembourg, de pouvoir transférer l’argent en retour.

Une alternative pour les fonds serait de vendre ces titres, ou les droits économiques associés à ces titres, de manière privée, pour dénouer ces positions.

Les gestionnaires de fonds, Vanguard et iShares, n’ont pas encore publié ce qu’ils comptaient faire des titres russes. Il est fort probable qu’ils aient comptabilisé les investissements russes avec une valeur proche de zéro dans leur calcul quotidien de valeur liquidative des fonds. Nous ne manquerons pas de vous informer sur ce blog lorsqu’ils l’auront fait savoir.

Actualisation 11/03/2022: Vanguard a annoncé qu’ils procéderont à des ajustements des prix des sociétés russes en utilisant divers indicateurs de marché pour valoriser correctement les actifs, et qu’ils cesseront, lorsque cela sera possible, toute exposition aux actifs russes. D’autre part, iShares n’a pas encore publié sa procédure, mais il est fort probable qu’ils aient contabilisé les investissements russes avec une valeur théorique proche de zéro dans le calcul de la valeur liquidative quotidienne des fonds.

Aucun des fonds de nos portefeuilles a cessé d’être accessible pour la souscription ou le rachat

Les fonds d’investissement les plus exposés à la Russie ont dû cesser de publier leur valeur liquidative, et ne peuvent donc plus être souscrits ou rachetés. Ce n’est le cas d’aucun des fonds de nos portefeuilles, car ils étaient tous exposés à la Russie à hauteur de moins de 5 %.

Désormais, les fonds n’investissent plus dans les actions russes

En outre, les fonds qui comprenaient auparavant des actions ou des obligations russes n’y investissent plus, car elles sont sorties des indices qu’ils cherchaient à répliquer.

Les bénéfices de la diversification

Une fois de plus, les avantages de la diversification mondiale sont confirmés. Malgré une valeur proche de zéro d’une grande partie des actions et obligations russes, l’impact sur un portefeuille globalement diversifié géographiquement et par classe d’actif a été relativement réduit. Au cours des deux premiers mois de 2022, le portefeuille moyen d’Indexa (6/10) ne s’est déprécié que de 4,7%. Ces derniers jours, les obligations se sont à nouveau appréciées et ont servi de tampon contre la baisse.

Malgré tous les événements extrêmes du XXe siècle (comme par exemple la montée du communisme en Chine en 1949 ou la révolution soviétique en Russie en 1917), la rentabilité réelle (déduisant l’inflation) d’un investisseur indexé sur le monde entier de 1899 à 2018 a été de 5,0 % par an.

Cette malheureuse guerre de la Russie en Ukraine est un nouvel événement extrême qui a un impact sur la valeur des investissements, mais un portefeuille mondialement diversifié, géographiquement et par classe d’actif, est la meilleure option pour maximiser la rentabilité ajustée au risque à long terme.

Notre soutien aux victimes

Nous profitons de cette occasion pour adresser notre soutien, même si ce n’est que symbolique, à toutes les personnes qui souffrent de cette guerre et nous espérons qu’elle se terminera sous peu.

Actualisation 2022 des pronostics de rentabilité à long terme

Comme chaque année, nous avons actualisé les pronostics de rentabilité et de risque pour nos portefeuilles. L’objectif est que, chaque année, nous incluions les dernières informations disponibles afin d’estimer la rentabilité que nous pouvons espérer sur le long terme. Au cours des années précédentes, nous avons parlé de « perspectives » de rentabilité ou de rentabilité espérée à long terme, mais les termes « perspectives » ou « espéré » pourraient peut-être créer un faux sentiment de sécurité en termes de prévisions. Ce sont les termes couramment utilisés dans le secteur et dans la littérature académique, mais nous préférons désormais parler de « pronostics  » et d’”opinions  » des grands gestionnaires de fonds, ce qui, à notre avis, communique mieux le caractère incertain de ces données et le manque de pertinence de la rentabilité espérée par rapport à la rentabilité inespérée.

La méthodologie que nous utilisons pour calculer le pronostic de rentabilité et de risque est établie par notre conseil d’experts et est publiée sur la page de notre modèle de gestion. Pour estimer le pronostic de rentabilité à long terme des marchés d’actions, nous calculons la moyenne des opinions de quelques grandes maisons de gestion telles que Vanguard, JP Morgan, Franklin Templeton, State Street Global Advisors (SSGA) ou Blackrock, puis nous soustrayons les frais des fonds sélectionnés de nos portefeuilles. Ainsi, avant d’entrer dans les détails, il convient de rappeler que ces opinions sont celles des principaux gestionnaires de fonds, qu’elles ne constituent pas une garantie de rentabilité future et qu’elles ne sont donc absolument pas un indicateur fiable de la rentabilité future. D’autre part, la rentabilité réelle susceptible d’être atteinte différera de l’opinion moyenne des gestionnaires, car la rentabilité inespérée est beaucoup plus importante que la rentabilité espérée.

Cette année, les pronostics de rentabilité annuelle à long terme, que nous avons pris en compte pour les actions, sont les suivants :

Pour les classes d’actifs obligataires, nous prenons principalement en compte le taux d’intérêt à long terme. Par exemple, si les obligations d’entreprises européennes offrent actuellement un taux d’intérêt de 0,4%, la prévision de rentabilité à long terme de cet actif sera de 0,4% moins les frais du fonds sélectionné.

Ainsi, les prévisions de rentabilité à long terme pour les différentes classes d’actifs, actuelles et précédentes, sont les suivantes :

Comme on peut l’observer, les pronostics de rentabilité à long terme des actions sont généralement plus faibles qu’il y a un an en raison de la hausse des prix au cours de l’année passée. À l’inverse, les pronostics de rentabilité des obligations sont plus élevés en raison de la baisse généralisée des prix en 2021.

L’effet sur les pronostics de rentabilité de nos portefeuilles 10 à 100 mille euros (k€) est le suivant :

On constate que le pronostic de rentabilité est légèrement plus faible pour les portefeuilles les plus agressifs et augmente pour les portefeuilles les plus conservateurs. Avec ces nouvelles informations, nous ne voulons pas dire que nous savons ce qui va se passer à l’avenir, notamment à court terme, ni que nous incitons à réduire ou augmenter le risque des portefeuilles. Ces changements de pronostics ne sont donnés qu’à titre d’information et n’impliquent aucun changement dans les portefeuilles modèles attribués à nos clients, car notre modèle se base principalement sur la pondération des différentes classes d’actifs sur le marché et pas tant sur les pronostics de rentabilité à long terme.

Un exemple de l’insignifiance de ces actualisations peut être trouvé en utilisant les pronostics de volatilité pour le calcul des intervalles de pronostics de rentabilité. Pour un portefeuille 6/10, le pronostic de volatilité en mars 2021 était de 7,7% et en janvier 2022, est de 7,5%. Cela signifie qu’avec un niveau de confiance de 95%, l’intervalle de pronostic de la rentabilité qui se situait entre -13,0% et 17,3%, se situe maintenant entre -13,1% et 16,8%. Cette légère différence dans des intervalles aussi larges montre que la rentabilité inespérée est réellement plus importante que la rentabilité espérée.

Les pronostics pour les autres portefeuilles, de moins de 10 mille euros, de plus de 100 mille euros, sont tous disponibles sur notre page de modèle de gestion.

Si vous avez déjà un portefeuille ouvert avec nous, vous pouvez consulter les nouveaux pronostics de votre portefeuille depuis votre espace personnel \ Plan.

Si vous n’êtes pas encore indexé avec nous : n’hésitez pas à réaliser notre bref test de profil investisseur (2 minutes) pour découvrir quel portefeuille nous pouvons vous offrir, ses pronostics de rentabilité, ses coûts, … sans engagement et sans devoir nous transmettre de données personnelles.