2022 a été négatif, bien qu’une rentabilité positive soit la norme

Dans notre article sur les rentabilités du premier semestre 2022, nous avons noté que le début de l’année était marqué par la chute simultanée des actions et des obligations, une situation très inhabituelle. Par conséquent, les chutes des profils conservateurs et agressifs au cours de ce premier semestre ont été similaires.

Le second semestre 2022 a continué dans la même veine, laissant une année de rentabilités exceptionnellement négatives (le portefeuille moyen 6 a chuté de -13,6%), et en dehors des intervalles normaux espérés que nous avons publiés plus tôt dans l’année dans notre article « Actualisation 2022 des pronostics de rentabilité à long terme ».

L’année 2022 figurera dans l’histoire comme l’une des seules années où les obligations mondiales ont davantage chuté que les actions mondiales. Dans le graphique, nous comparons la rentabilité annuelle entre l’indice des actions globales MSCI World et l’indice des obligations globales LEGATREH depuis 2000. L’année 2022 se distingue comme étant la seule année où les rentabilités des deux classes d’actif sont négatives et aussi importantes.

Toutefois, compte tenu des données de rentabilité depuis 2000, la corrélation entre les actions et les obligations est négative et la présence d’obligations dans des portefeuilles diversifiés reste, selon nous, la meilleure alternative pour réduire le risque d’un portefeuille. Dans l’article Pourquoi incluons-nous des obligations dans les portefeuilles ? nous expliquons cela plus en détail.

2022 a été une année inhabituellement négative…

Chez Indexa, nous adaptons les poids des classes d’actif aux différents profils afin que nos clients ne subissent pas une volatilité supérieure à celle qu’ils peuvent supporter et ne retirent donc pas leur investissement prématurément.

Ces calculs de volatilité sont effectués en utilisant des probabilités statistiques avec un intervalle de confiance de 95%. Cela signifie que 5 % des années, la rentabilité peut être supérieure ou inférieure au minimum ou au maximum prévu, ou en d’autres termes, 1 fois tous les 40 ans, la rentabilité peut être inférieure à la rentabilité minimum prévue.

Cette année 2022 a été l’une de ces années où les profils les plus conservateurs ont connu des rentabilités sortant de la normale. Il s’agit d’un événement improbable et difficile à assumer, mais qui devait arriver un jour ou l’autre.

…ce qui améliore les pronostics de rentabilité

Nous ne savons pas ce que nous réserve l’année 2023. Nous ne savons pas si l’inflation va continuer à augmenter ou si elle diminuera, ou si plusieurs pays vont entrer en récession. Personne ne le sait. Il est impossible de prédire l’évolution future du marché. Ce que nous savons, c’est qu’il est normal de voir des rentabilités annuelles positives car, sur le long terme, la rentabilité espérée des marchés est positive.

Quel que soit l’avenir qui se dessine au cours des prochaines années, les clés pour obtenir les rentabilités que nous recherchons sont le temps, la diversification et les faibles coûts. Et c’est ce que nous continuons à offrir : des portefeuilles diversifiés au niveau mondial, composés de fonds indexés à faible coût, qui permettent à nos clients de rester investis suffisamment longtemps pour atteindre leurs objectifs financiers.

Nous publierons bientôt une mise à jour des pronostics de rentabilité des grands gestionnaires de fonds pour les prochaines années. Comme nous l’avons déjà mentionné à d’autres occasions, lorsque le marché chute, ces pronostics augmentent. Bien que nous ne sachions pas ce que l’avenir nous réserve, les récentes baisses des obligations et des actions rendent plus probable une augmentation des rentabilités du portefeuille dans le futur.

Rentabilité

En 2022, la rentabilité des portefeuilles de fonds a été comprise entre -15,2% pour le portefeuille de profil 1 et -12,4% pour le portefeuille de profil 10, et la rentabilité du portefeuille moyen 6 a été de -13,6%, ce qui en fait la pire année en termes de rentabilité depuis que nous avons lancé notre service en 2015. Cependant, si l’on regarde la rentabilité des portefeuilles depuis 2015, la rentabilité du portefeuille moyen 6 s’est élevée à un cumul de +31,6%.

En revanche, pour la première fois depuis les 7 années où nous proposons ce service, en 2022 nos portefeuilles ont obtenu des rentabilités inférieures à celles des fonds de référence européens dans la plupart des profils. En moyenne 1,3 points de pourcentage (p.p.) de moins. Nous savions que cela se produirait un jour ou l’autre sur de courtes périodes, car l’impact des économies de frais de gestion et de la diversification se fait sentir surtout sur le long terme. À long terme, tous nos portefeuilles restent bien au-dessus de leur benchmark, en moyenne 2,9 p.p. de plus par an.

Ces rentabilités inférieures aux indices de référence en 2022 sont principalement dues au fait que les fonds obligataires de nos portefeuilles ont une durée moyenne de 7 ans, alors que les fonds bancaires ont tendance à avoir des durées plus courtes. La raison pour laquelle nous avons une durée moyenne de 7 ans est que la durée moyenne des obligations globales est de 7 ans. Nous cherchons à reproduire, autant que possible, la richesse mondiale, tant en obligations qu’en actions. D’autre part, en 2022, la rentabilité des actions européennes a dépassé celle des actions américaines et les banques ont tendance à avoir un biais local, européen, dans leurs investissements.

Portefeuilles de fonds d’investissement

En 2022, la rentabilité de nos portefeuilles de 10 à 100 mille euros s’est située entre -15,2 % y -12,4 % :

  • -15,2 % pour le portefeuille à plus faible risque (profil 1/10)
  • -12,4 % pour le portefeuille à plus haut risque (profil 10/10)

* Benchmark

: les indices de références de nos portefeuilles sont Morningstar Obligations Internationales Couvertes EUR (pour nos portefeuilles 1 et 2), Morningstar Allocation Prudente Internationale EUR (pour nos portefeuilles 3 à 5), Morningstar Allocation Modérée Internationale EUR (pour les portefeuilles 6 à 8) et Morningstar Allocation Agressive Internationale EUR (pour les portefeuilles 9 et 10). Morningstar est le fournisseur d’information sur les fonds d’investissement leader en Europe. Il s’agit des benchmarks qui représentent le mieux la rentabilité moyenne des fonds d’investissement en Europe.

L’année 2022 a été négative tant pour les actions que pour les obligations. La rentabilité des actions varie de -15,1% (actions des pays émergents) à +0,1% (actions du Pacifique hors Japon). Du côté des obligations, la rentabilité varie de -19,9% (obligations des marchés émergents couvertes en euros) à -10,3% (obligations européennes indexées sur l’inflation).

Noms Classe d’actif

Rentabilité 2022 (%)

Fonds d’actions
Vanguard Global Stk Idx Eur – Acc Actions globales

-12,8

Vanguard European Stk Idx Eur – Acc Actions Europe

-9,2

Vanguard US 500 Stk Idx Eur – Acc Actions États-Unis

-13,2

Vanguard Japan Stk Idx Eur – Acc Actions Japon

-11,3

Vanguard Emrg Mk Stk Idx Eur – Acc Actions pays émergents

-15,1

Vanguard Pacific Ex-Japan Stk Idx Eur – Acc Actions Pacifique sauf Japon

0,1

Vanguard Global Small Cap Idx Eur – Acc Actions globales à petite capitalisation

-13,5

Fonds d’obligations

Vanguard Global Bnd Idx Eur – Acc Obligations globales à long terme

-15,1

Vanguard Euro Inv Gr Bnd Idx Eur – Acc Obligations d’entreprises européennes

-15,2

iShares EM Gov Bnd Idx -I2 Eur Hdg – Acc Obligations pays émergents couvertes en Euro

-19,8

Vanguard Eur Gov Bnd Idx – Acc Obligations d’États européens

-18,3

Vanguard Euroz Inf Lk Bnd Idx Eur – Acc Obligations européennes liées à l’inflation

-10,3

Vanguard US Gov Bnd Idx Eur Hdg – Acc Obligations d’États-Unis couvertes en EUR

-14,6

iShares US Corporate Bnd Idx Eur Hdg -Ins Acc Bonos Empresas EEUU Cubiertos a Euro

-16,7

Quant au benchmark des portefeuilles, il a obtenu pour l’année 2022 une rentabilité comprise entre -10,8 % et -13,9 % :

  • -13,2 % pour le benchmark des portefeuilles 1 et 2
  • -10,8 % pour le benchmark des portefeuilles 3 à 5
  • -12,7 % pour le benchmark des portefeuilles 6 à 8
  • -13,9 % pour le benchmark des portefeuilles 9 et 10

En moyenne, en 2022, la rentabilité de nos portefeuilles a été inférieure de 1,3 p.p. à celle des indices de référence.

Rentabilités cumulées

Comme nous l’avons souligné au début de l’article, bien que les rentabilités en 2022 aient été négatives, si nous évaluons les rentabilités depuis que nous avons lancé Indexa fin 2015, nous pouvons constater qu’en moyenne, les portefeuilles Indexa ont surperformé les fonds européens comparables de 2,9 p.p. par an.

Cela signifie qu’après sept ans, et suite à une forte baisse du marché, nos portefeuilles ont obtenu 2,9 p.p. de rentabilité supplémentaire en moyenne par an (proche de la rentabilité supplémentaire de 3,1 p.p. que nous avions prévue lors du lancement d’Indexa), ce qui équivaut à une rentabilité cumulée moyenne de 29,3 % pour les portefeuilles Indexa contre une rentabilité cumulée de 5,9 % pour les indices de référence. Fait remarquable, après sept ans d’investissement, les investisseurs dans les fonds d’investissement les plus conservateurs étudiés par Morningstar ont affiché des rendements négatifs. Cette situation est très fréquente chez les clients provenant d’autres entités qui s’adressent à Indexa : les années passent, mais les rentabilités ne viennent pas. Une fois encore, cela souligne l’importance de payer moins de frais et de diversifier.

Vous trouverez ci-dessous une comparaison de la rentabilitié corrigée par le risque des portefeuilles en utilisant le ratio de Sharpe (rendement / risque) :

On constate qu’en sept ans d’existence, Indexa a obtenu un ratio de Sharpe compris entre 0,12 et 0,52 (proche du 0,46 espéré à long terme pour des investissements diversifiés en actions et obligations), alors que les indices de référence ont actuellement un ratio de Sharpe très faible (entre -0,31 et +0,30). Cela signifie que les investisseurs avec Indexa obtiennent au sein de leurs portefeuilles la rentabilité corrigée par le risque offerte par le marché, tandis que les investisseurs dans les fonds d’investissement européens subissent le même risque, mais la rentabilité est perdue en frais.

Portefeuilles de plus de 100 mille euros et de moins de 10 mille euros

Nous réalisons une gestion très similaire dans les trois tailles de portefeuilles que nous utilisons chez Indexa : les portefeuilles de moins de 10 mille euros, les portefeuilles entre 10 mille et 100 mille euros et les portefeuilles de plus de 100 mille euros. La principale différence est que dans les portefeuilles plus importants, nous pouvons ajouter d’autres classes d’actif afin d’accroître la diversification.

Ci-dessous, vous pouvez voir les différentes rentabilités annuelles des différents portefeuilles en fonction du profil investisseur au cours de leurs six années d’existence (du 31/12/2016 au 31/12/2022) :

Les différences entre les portefeuilles inférieurs à 10 mille euros, supérieurs à 10 mille euros et supérieurs à 100 mille euros sont faibles : entre -0,2 point de pourcentage (p.p.) et +0,0 p.p. par an pour les portefeuilles supérieurs à 100 mille euros et entre -0,4 p.p. et +0,5 p.p. pour les portefeuilles inférieurs à 10 mille euros.

Si vous n’avez pas encore de compte chez Indexa Capital, vous pouvez essayer gratuitement notre test de profil investisseur et voir quel portefeuille nous vous recommanderions, avec une diversification maximale, et des frais radicalement bas.

Laisser un commentaire