Nouveau compte courant pour nos clients de BinckBank – Saxo Bank

Suite à l’acquisition de BinckBank par Saxo Bank en 2019, les deux entités ont développé une nouvelle plateforme de services comme banque dépositaire appelée Saxo Bank Saxoportfolio et ont décidé de migrer tous les comptes de BinckBank vers cette nouvelle plateforme Saxo Bank. Pour les clients d’Indexa avec Binckbank comme banque dépositaire, cette migration se réalisera le 31 octobre 2022.

Photo du siège de Saxo Bank à Hellerup, Copenhague, Danemark

Un nouveau compte courant pour chaque client à partir du 31/10/2022

La principale amélioration qu’apporte cette migration est que désormais, chaque client de compte-titre auprès de BinckBank aura désormais un compte courant à son nom chez Saxo Bank associé à son compte-titre. Au lieu de devoir virer l’argent sur un compte omnibus au nom de BinckBank en indiquant votre numéro de compte-titre, comme jusqu’ici, vous pourrez désormais virer l’argent sur votre propre compte, sans devoir faire attention à la communication du virement. C’est plus simple et c’est plus sûr, et ce nouveau compte n’implique pas de frais supplémentaires.

L’IBAN de votre nouveau compte courant sera disponible à partir du 31/10/2022 sur votre espace personnel \ « Effectuer un apport »:

  • Jusqu’au 27/10/2022 : rien ne change. Vous pouvez réaliser des virements vers le compte de BinckBank en communicant votre numéro de compte titre.
  • Du 27 au 31/10/2022 : nous vous recommandons de ne pas réaliser de nouveaux virements vers le compte de BinckBank (ils pourraient être refusés).
  • À partir du 01/11/2022 : vous pouvez réaliser vos nouveaux apports par virement vers votre nouveau compte courant auprès de Saxo Bank.

Que faire si vous avez des versements périodiques ?

Au cas où vous auriez des versements périodiques en faveur de votre compte BinckBank, assurez-vous de remplacer le compte bénéficiaire par votre nouveau compte IBAN chez Saxo Bank. De cette manière, les montants seront immédiatement transférés sur le bon compte. Vous pourrez facilement trouver votre nouveau numéro de compte IBAN à partir du 31/10/2022 dans votre espace personnel \ « Effectuer un apport ».

Vous restez sous contrat chez BinckBank

Tous vos comptes restent des comptes belges, sous contrat chez BinckBank N.V. (agissant sous sa succursale belge) comme c’est le cas aujourd’hui. Les avoirs conservés chez BinckBank sont protégés par Le Système de Garantie des Dépôts légal néerlandais, sous la surveillance de De Nederlandsche Bank (DNB). Saxo Bank est le nom commercial de BinckBank N.V.

Indexa continuera de gérer votre compte-titre et votre portefeuille de fonds comme jusqu’ici.

Conditions générales

Dans le cadre de la migration, les conditions générales sont mises à jour et modifiées en fonction des conditions générales de Saxo Bank. Vous pouvez consultez la documentation correspondante.

Suite à la migration, les tarifs de BinckBank et Saxo Bank ne changeront pas pour les clients d’Indexa.

À propos de Saxo Bank

Saxo Bank est une banque danoise spécialisée en trading et investissements. Avec plus de 30 ans d’expérience, Saxo a actuellement plus de 85 milliards d’euros d’actifs de clients sous sa garde, de plus de 850 mille clients. Saxo est fournisseur de plus de 200 banques et brokers et plus de 400 intermédiaires financiers. Saxo Group a un ratio de capital de 29,1%, un des plus élevé parmi les banques européennes.

N’hésitez pas à nous contacter si vous avez la moindre question.

Le 1er semestre de 2022 a été négatif, bien qu’une rentabilité positive soit la norme

Dans le dernier rapport de rentabilité de janvier 2022, nous avons fait le point sur les rentabilités très positives de 2021 et des six premières années de l’histoire d’Indexa. Comme nous nous efforçons toujours de le faire lorsque les rentabilités sont positives, nous avons alors averti :

  1. L’avenir pourrait ne pas être aussi bon
  2. À un moment donné dans le futur, la rentabilité des portefeuilles sera bien pire, c’est sûr.
  3. Les rentabilités passées ne doivent pas être extrapolées, car les rentabilités passées ne sont pas une garantie des rentabilités futures.
  4. L’important est d’avoir le profil de risque adéquat pour être en mesure de supporter les pertes lorsqu’elles surviennent.

Ce moment peu réjouissant dans le futur est arrivé rapidement. On ne savait pas quand, mais on savait que ça allait arriver à un moment donné.

Cette première moitié de 2022 a connu des rentabilités négatives, causées par des baisses simultanées des fonds d’actions et d’obligations. Par conséquent, les baisses sont similaires dans tous les portefeuilles, quel que soit leur niveau de risque. Il s’agit d’un cas relativement rare et nous tenons donc à rappeler qu’il est normal (au sens de le plus fréquent) que les rentabilités soient positives.

A continuation, nous nous rappellerons également que le plus important pour la rentabilité à long terme est d’avoir le profil de risque adéquat pour pouvoir résister aux chutes du marché et ne pas retirer notre investissement prématurément.

Mais auparavant, nous voulons replacer les chutes observées actuellement dans leur contexte pour montrer qu’elles se situent pour la plupart dans la normalité, malgré le sentiment d’exception que certains investisseurs peuvent percevoir.

Ces chutes se situent dans la normalité

Cette crise boursière n’est qu’une crise de plus. Comme les précédentes, elle sera derrière nous tôt ou tard, bien que personne ne sache quand.

Chaque année, nous mettons à jour nos pronostics de rentabilité et de risque attendus à long terme pour les portefeuilles. Les pronostics de rentabilité que nous avons publiés en janvier 2022 comprenaient le graphique suivant pour les portefeuilles entre 10 mille et 100 mille euros :

De ce fait, nous considérons que ces rendements, bien que négatifs, se situent dans un scénario normal.

Rentabilité et retraits

En octobre 2021, nous avons publié que les apports nets des clients d’Indexa ne suivent plus le marché. Ce fut une excellente nouvelle, bien que nous ayons noté que les retraits avaient augmenté lors de fortes baisses de marché (notamment lors de la crise de la COVID-19 en mars 2020). Avec les ralentissements de 2022, nous avons observé que les retraits ont à nouveau augmenté, mais dans une moindre mesure qu’en 2020, comme nous le verrons plus loin. Nous avons encore du travail à faire pour tenter d’atténuer ce comportement, car il pénalise la rentabilité des portefeuilles à long terme.

Le mois ayant enregistré les sorties les plus importantes depuis le lancement d’Indexa, en pourcentage des actifs, reste le mois de mars 2020 (4,6 % de retrait sur le volume total), en plein milieu de la crise de la COVID-19, tandis que la rentabilité du portefeuille 6/10 sur les 12 mois suivants a été la plus élevée de l’histoire d’Indexa (+24%).

Depuis le début de l’année 2022, le mois qui a enregistré le plus de retraits sur les actifs est mars 2022 (2,1 % de retraits), bien en dessous des retraits de mars 2020 (4,6 %), mais au-dessus de ce qui est habituellement un mois typique pour les retraits (0,8 % environ). C’est pourquoi nous tenons de nouveau à rappeler aux clients qui sont d’avis que  « les choses vont empirer» et « qu’il est trop risqué de détenir des investissements maintenant », que la réalité est que personne ne sait si le marché va monter ou baisser. Ce que nous savons, c’est qu’essayer de prédire ce qui va se passer et essayer d’agir en conséquence, ce que l’on appelle souvent le market timing, conduit à un biais comportemental, qui prive en moyenne les investisseurs de 1 % à 1,5 % de rentabilité annualisée.

D’après notre expérience, si vous avez le profil de risque adéquat, vous pouvez éviter de vendre aux mauvais moments et cela améliorera votre performance à long terme. En outre, les cotisations régulières vous permettent d’effectuer des investissements programmés à partir de votre banque, réduisant ainsi le stress de décider si c’est le meilleur ou le pire moment pour le faire.

Nous disposons d’une liste des plus fortes chutes de marché historiques où vous pouvez passer en revue les crises passées pour vous faire une idée de l’ampleur des chutes qui pourraient surgir à l’avenir.

Amélioration des pronostics de rentabilité

L’une des conséquences des chutes de marché, notamment dans le cas des chutes du prix des obligations, est l’amélioration de la rentabilité espérée au cours des prochaines années. Ces dernières années, dans notre actualisation annuelle des pronostics de rentabilité par classe d’actif que nous publions en début d’année, nous avons toujours souligné qu’après des hausses, les pronostics baissaient. Avec les baisses de ces derniers mois, c’est le contraire qui se produit : les pronostics de rentabilité sont désormais susceptibles d’être plus élevés. Bien que nous ne sachions pas ce que l’avenir nous réserve, il est fort probable que les pronostics de rentabilité de l’année prochaine soient plus élevés que ceux de l’année précédente.

Rentabilité du semestre

Au premier semestre 2022, la rentabilité du portefeuille le plus conservateur a été de -11,6% et le plus agressif de -12,5%, ce qui en fait le pire semestre en termes de rentabilité depuis que nous avons lancé notre service en 2015. Cela contraste avec 2021, où nous avons connu la deuxième meilleure année en termes de rentabilité de nos portefeuilles.

Jusqu’à présent, cette année, nous avons enregistré une performance légèrement inférieure à celle des fonds de référence européens. Plus précisément, de 1,4 et 1,5 point de pourcentage (p.p.) de plus que leur benchmark (indice de référence) pour les portefeuilles n° 10 et 9 (où nous gérons le plus d’actifs) à 2,3 p.p. de moins que le benchmark pour les portefeuilles n° 4 et 5. Il s’agit du premier semestre depuis 2015 où nos portefeuilles ont en moyenne sous-performé leur benchmark. Nous savions que cela arriverait un jour ou l’autre, même si c’est une situation peu habituelle. Sur de courtes périodes, les économies de frais sont moins pertinentes. Sur le long terme, tous nos portefeuilles restent bien au-dessus de leur indice de référence, comme nous le verrons plus loin.

Cette sous-performance par rapport aux benchmarks, notamment dans les profils conservateurs, est principalement due au fait que les fonds obligataires de nos portefeuilles ont une duration moyenne de 7 ans, alors que les fonds de banques ont tendance à avoir des durations plus courtes. D’autres années, comme en 2018, cette duration plus élevée nous a permis d’obtenir une rentabilité nettement plus élevée que la moyenne des fonds comparables.

Il convient de rappeler que la duration de nos fonds obligataires est de 7 ans car la duration moyenne du marché obligataire mondial est de 7 ans. Notre objectif est de reproduire, dans la mesure du possible, la richesse mondiale en obligations et en actions. Nous pensons également que les obligations à long terme constituent la meilleure alternative pour diversifier le risque d’un investissement en actions.

Afin de bien évaluer les rentabilités, il est toujours conseillé d’analyser la période la plus longue possible. Au cours de nos 6 années et demie d’activité, nous avons observé que la différence de rentabilité de nos portefeuilles avec l’indice de référence reste positive dans tous les cas, malgré les baisses de 2022, obtenant entre 1,9 p.p. et 4,5 p.p. de plus en rentabilité annualisée.

Nous allons maintenant examiner de plus près les rentabilité du premier semestre 2022 et des six dernières années et demie pour nos différents portefeuilles de fonds d’investissement :

Portefeuilles de fonds d’investissement (Belgique)

Au cours du premier semestre 2022, la rentabilité de nos portefeuilles de 10 à 100 mille euros s’est située entre -11,6% et -12,5% :

  • 11,6% pour le portefeuille le moins risqué (profil 1/10)
  • 12,5% pour le portefeuille le plus risqué (profil 10/10)

Benchmark : les indices de références de nos portefeuilles sont Morningstar Obligations Internationales Couvertes EUR (pour nos portefeuilles 1 et 2), Morningstar Allocation Prudente Internationale EUR (pour nos portefeuilles 3 à 5), Morningstar Allocation Modérée Internationale EUR (pour les portefeuilles 6 à 8) et Morningstar Allocation Agressive Internationale EUR (pour les portefeuilles 9 et 10). Morningstar est le fournisseur d’information sur les fonds d’investissement leader en Europe. Il s’agit des benchmarks qui représentent le mieux la rentabilité moyenne des fonds d’investissement en Europe.

L’année 2022 a été négative tant pour les actions que pour les obligations. Les actions ont enregistré des rentabilités allant de -15,8% (actions globales à petite capitalisation) à -3,1% (actions du Pacifique sauf Japon). Du côté des obligations, les rentabilités ont varié de -20,7% (obligations des pays émergents) à -6,9% (obligations européennes liées à l’inflation).

Noms Classe d’actif Rentabilité S1-2022 (%)
Fonds d’actions  
Vanguard Global Stk Idx Eur -Acc Actions globales -13,5%
Vanguard European Stk Idx Eur – Acc Actions Europe -13,7%
Vanguard US 500 Stk Idx Eur – Acc Actions Etats-Unis -13,2%
Vanguard Japan Stk Idx Eur – Acc Actions Japon -13,3%
Vanguard Emrg Mk Stk Idx Eur – Acc Actions économies émergentes -10,4%
Vanguard Pacific Ex-Japan Stk Idx Eur – Acc Actions Pacifique sauf Japon -3,1%
Vanguard Global Small Cap Idx Eur – Acc Actions globales à petite capitalisation -15,8%
Fonds d’obligations  
Vanguard Global Bnd Idx Eur – Acc Obligations globales à long terme -11,1%
Vanguard Euro Inv Gr Bnd Idx Eur – Acc Obligations Entreprises Européennes -12,1%
iShares EM Gov Bnd Idx -I2 Eur Hdg Obligations pays émergents couvertes en Euro -20,7%
Vanguard Eur Gv Bnd Idx – Acc Obligations Etats Européens -12,2%
Vanguard Euroz Inf Lk Bnd Idx Eur – Acc Obligations européennes liées à l’inflation -6,9%
Vanguard U.S. Gv Bnd Idx Eur Hdg – Acc Obligations États-Unis couvertes en euros -9,8%
iShares US Corporate Bnd Idx Eur Hdg – Acc Obligations d’Entreprises États-Unis couvertes en euros -14,2%

Quant au benchmark, il a enregistré, au cours des 6 premiers mois de 2022, une rentabilité comprise entre -9,6% et -13,9% :

  • -10,1% pour le benchmark des portefeuilles 1 à 2
  • -9,6% pour le benchmark des portefeuilles 3 à 5
  • -12,0% pour le benchmark des portefeuilles 6 à 8
  • -13,9% pour le benchmark des portefeuilles 9 à 10

En moyenne, au cours des 6 premiers mois de 2022, la rentabilité de nos portefeuilles a été inférieure de 0,8 p.p. à celle des benchmarks.

Rentabilités cumulées

Comme nous l’avons souligné au début de l’article, bien que les rentabilités du premier semestre 2022 soient négatives, si nous évaluons les rentabilités depuis que nous avons lancé Indexa fin 2015, nous pouvons constater qu’en moyenne, les portefeuilles Indexa ont obtenu une rentabilité annuelle supérieure de 3,2 p.p. aux fonds européens comparables.

Cela signifie qu’après six ans et demi, et à la suite à d’une forte baisse des marchés, les portefeuilles Indexa ont obtenu une rentabilité de 3,2 p.p. de plus chaque année (supérieure aux 2,7 p.p. de rentabilité supplémentaire que nous attendions lors du lancement d’Indexa Belgique), ce qui équivaut à une rentabilité cumulée moyenne de 31,6 % pour les portefeuilles Indexa contre 7,2 % pour les indices de référence. Fait remarquable, après 6 ans et demi d’investissement, les investisseurs des fonds d’investissement européens comparables les plus conservateurs étudiés par Morningstar (le fournisseur d’information sur les fonds leader en Europe) ont affiché des rentabilités négatives. C’est un phénomène très courant chez les clients qui viennent à Indexa en provenance d’autres entités : les années sont passées mais la rentabilité n’a pas accompagné. Une fois encore, l’importance de payer moins de frais et de se diversifier est soulignée.

Vous trouverez ci-dessous une comparaison de la rentabilité corrigée par le risque des portefeuilles à l’aide du ratio de Sharpe (rentabilité / risque) :

On constate qu’en six ans et demi d’activité, Indexa a obtenu un ratio de Sharpe compris entre 0,30 et 0,57 (proche du 0,46 espéré à long terme pour des investissements diversifiés en actions et obligations), alors que les benchmarks ont actuellement un ratio de Sharpe très faible (entre -0,22 et +0,33). Cela signifie que les investisseurs, avec Indexa, obtiennent dans leurs portefeuilles la rentabilité du risque offerte par le marché, tandis que les investisseurs dans les fonds communs de placement européens subissent le même risque, mais la rentabilité se perd en frais.

Portefeuilles de plus de 100 mille euros et de moins de 10 mille euros

Nous gérons de manière très similaire les trois tailles de portefeuilles que nous utilisons chez Indexa : les portefeuilles inférieurs à 10 mille euros, les portefeuilles entre 10 mille et 100 milles euros et les portefeuilles supérieurs à 100 mille euros. La principale différence est, dans les portefeuilles de plus de 10 ou 100 mille euros, l’ajout d’autres classes d’actifs afin d’accroître encore plus la diversification.

Ci-dessous, vous pouvez voir les différentes rentabilités annuelles des différents portefeuilles en fonction du profil au cours des cinq années et demie où ils ont été en activité (du 31/12/2016 au 30/06/2022) :

Les différences entre les portefeuilles de plus de moins de 10 mille euros, de plus de 10 mille euros et de plus de 100 mille euros ne sont pas très appréciables : entre -0,3 point de pourcentage (p.p.) et 0,0 p.p. par an pour les portefeuilles de plus de 100 mille euros et entre -0,5 p.p. et +0,7 p.p. pour les portefeuilles de moins de 10 mille euros, en comparaison avec les portefeuilles de 10 à 100 mille euros.

→ Si vous n’avez pas encore de compte Indexa Capitalvous pouvez essayer gratuitement notre test de profil investisseur (2 minutes) et voir quel portefeuille nous vous proposons, avec une diversification maximale, et avec des coûts radicalement bas.

Présentation de nos portefeuilles de fonds ISR

Au cours de nos six années et demie d’existence, on nous a demandé à plusieurs reprises pourquoi nous n’avions pas un portefeuille de fonds intégrant des critères d’Investissement Socialement Responsable (ISR), critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance, également appelés ESG. La raison en était qu’il n’existait pas une gamme suffisamment large de fonds indexés ISR pour offrir à nos clients un portefeuille mondialement diversifié et à faible coût. Cependant, l’offre a augmenté récemment et nous pensons que le moment est venu de commencer à proposer à nos clients des portefeuilles de fonds indexés à biais ISR.

10 portefeuilles ISR

Pour les clients qui préfèrent limiter leurs investissements aux secteurs et aux entreprises qui intègrent davantage de critères ISR, nous avons créé dix portefeuilles de fonds indexés ISR, un pour chaque profil de risque de 1 à 10.

Les fonds qui composent le portefeuille excluent généralement les industries controversées en termes de durabilité, de gouvernance et de responsabilité sociale (par exemple, le tabac, les armes, les énergies non renouvelables ou la pornographie). Ils excluent également les entreprises dont le comportement ou les produits compromettent l’environnement et la santé des personnes (par exemple, violations des droits de l’homme, exclusion de collectifs de personnes, atteintes à la santé publique, etc.) Les critères ISR utilisés sont décrits plus en détail ci-dessous dans la rubrique « Critères de sélection ISR ».

Coûts, diversification et pronostic de rentabilité des fonds ISR

Après avoir analysé en profondeur la gamme de fonds indexés ISR disponibles en Europe, nous avons pu constituer un portefeuille suffisamment diversifié et à moindre coût, avec lequel nous pouvons travailler confortablement.

Il convient toutefois de noter que les fonds indexés ISR sont de plus petite taille que les fonds indexés sur la capitalisation et que les coûts de ces fonds sont plus élevés. Ce point est important car des coûts plus élevés pénaliseront inévitablement les pronostics de rentabilité et volatilité.

Il convient également de noter que les fonds axés sur l’ISR sont un peu moins diversifiés que les fonds indexés non ISR et présentent donc un risque un peu plus élevé.

Bien qu’il n’y ait pas encore d’études suffisamment concluantes, avec des coûts plus élevés et une diversification moindre, il est probable qu’à long terme, les fonds ISR finissent par avoir un rapport rentabilité/risque inférieur à celui des fonds indexés sans biais ISR.

Sélection des fonds ISR

Pour sélectionner les fonds ISR qui composent nos portefeuilles, nous avons utilisé les critères de sélection suivants :

  • Liquidité (taille du fonds).
  • Frais (coûts du fonds).
  • Critères ISR suivis par l’indice de référence.
  • Diversification de l’indice et du fonds (concentration dans les 10 plus grandes positions, concentration géographique, concentration sectorielle, concentration par émetteur…).
  • Suivi de l’indice (tracking error) : différence de volatilité et de performance du fonds ISR par rapport à son indice de référence ISR et de l’indice de référence par rapport à  » l’indice parent « . L' »indice parent » est l’indice initial à partir duquel les critères d’exclusion de l’ISR sont appliqués.

Pour des raisons de simplicité, de minimisation des coûts et de choix limité, nous avons décidé de construire un seul portefeuille avec quatre fonds diversifiés par géographie et par classe d’actifs :

  • Pour les actions, nous choisissons un fonds ISR d’actions mondiales et un fonds ISR d’actions d’économies émergentes, tous deux de Vanguard.
  • En ce qui concerne les obligations, nous avons choisi un fonds ISR d’obligations d’entreprises mondiales de iShares (Blackrock). Pour compléter la diversification des obligations, nous avons ajouté un fonds d’obligations gouvernementales mondiales d’Amundi.

Ces quatre instruments sont décomposés ci-dessous :

Classe d’actif

Nom de l’instrument

Indice de référence

Actions globales ISR

Vanguard ESG Dev.World Stk Idx Eur -Acc

FTSE Developed All Cap Choice Index

Actions économies émergentes ISR

Vanguard ESG Emrg Mk Stk Idx Eur -Acc

FTSE Emerging All Cap Choice Index

Obligations d’entreprises globales ISR

iShares ESG Global Corp Bnd Idx Eur Hdg

Bloomberg Barclays Global Aggregate Corporate Index

Obligations gouvernementales globales

Amundi JPM Global Gov Bnd Idx Eur Hdg

JPM GBI Global Traded Index Hedged EUR

Pour obtenir la pondération, nous avons essayé de nous différencier le moins possible des portefeuilles de fonds non ISR de 10 mille à 100 mille euros. Par exemple, les pondérations des obligations et des actions sont les mêmes dans les deux cas.

Coûts des portefeuilles ISR

En comparant les coûts des portefeuilles de fonds ISR et les coûts actuels des portefeuilles de fonds de 10 mille à 100 mille euros, nous observons qu’en moyenne les coûts des fonds ISR sont 0,07 points de pourcentage plus chers (moyenne des portefeuilles non ISR 0,14% contre moyenne des portefeuilles ISR 0,20%).

Cela est dû au fait que les sociétés de construction d’indices effectuent une analyse détaillée en matière de durabilité, de gouvernance et de responsabilité sociale des entreprises du marché avant de construire l’indice ISR, ce qui entraîne des coûts plus élevés que les indices construits par pondération de la capitalisation, et que les fonds ISR sont actuellement de plus petite taille que les fonds non ISR.

Bien que l’allocation d’actifs des portefeuilles de fonds ISR soit similaire à celle des portefeuilles de fonds de 10 mille à 100 mille euros et que les pronostics de rentabilité et volatilité brutes soient donc similaires, en raison des coûts plus élevés des instruments présentant des caractéristiques ISR, le pronostic de rentabilité nette de ces portefeuilles est légèrement inférieur au pronostic de rentabilité nette des portefeuilles de fonds de 10 mille à 100 mille euros.

Critères de sélection ISR

Pour les actions mondiales et émergentes, le critère ISR utilisé chez Vanguard pour la construction de l’indice consiste en l’exclusion des entreprises de l' »indice parent » appartenant aux catégories  » problèmes de produits  » (Énergie non renouvelable, Vice adulte ou Armes) ou  » problèmes de conduite  » (Controverse ou Diversité), données qui proviennent de la société MSCI. La diversification géographique et sectorielle est légèrement affectée par rapport à l' »indice parent », car Vanguard ne limite pas les pondérations par pays ou par secteur. Les composantes du fonds sont rééquilibrées chaque année. De plus amples informations sont disponibles sur le site Vanguard ISR (lien en anglais).

En ce qui concerne les obligations d’entreprises mondiales, le critère ISR utilisé par Blackrock pour le fonds consiste à exclure les entreprises appartenant aux catégories de la production d’armes, des composants nucléaires, de l’extraction de charbon, de la production de tabac ou qui sont en conflit avec les principes de l’ONU des entreprises des secteurs de l’industrie, de l’énergie et des services financiers. Les données ISR proviennent de MSCI. Le fonds est rééquilibré mensuellement. De plus amples informations sont disponibles sur le site Blackrock SRI (lien en anglais).

Caractéristiques des fond des portefeuilles ISR

1. Fonds ISR d’actions mondiales

Il s’agit du fonds Vanguard ESG Dev.World Stk Idx Eur -Acc (ISIN IE00B5456744), qui suit l’indice FTSE Developed All Cap Choice en euros, lequel suit la performance des actions de pays développés, y compris toutes les tailles d’entreprises (petites, moyennes et grandes capitalisations) à l’exclusion de certaines entreprises qui ne répondent pas aux critères ISR. Il compte 2920 millions d’euros (M€, au 28/02/2022) d’actifs sous gestion et présente des coûts relativement faibles pour l’environnement ISR (Total Expense Ratio, TER, de 0,13%). Le fonds suit bien l’indice avec un écart de suivi (tracking error) de 0,29 %.

C’est un fonds diversifié puisque les 10 principales positions représentent 18% du fonds, qui investit au total dans plus de 4200 actions. La principale exposition géographique est les États-Unis avec 66 %, suivis de l’Europe avec 17 %. Les critères ISR utilisés par Vanguard sont clairs : un total de 853 entreprises représentant 18% sont retirées de l’indice « parent » du FTSE Developed All Cap Index. Les principales exclusions sont Johnson & Johnson et Walmart (exclus en raison de problèmes liés à la violation des principes de l’ONU), Berkshire (exclu parce qu’il est investi dans des entreprises d’extraction de combustibles fossiles et de production d’énergie nucléaire), Exxon et Chevron (exclus parce qu’il s’agit d’entreprises d’extraction de combustibles fossiles).

Les 10 principales positions de l' »indice parent » représentent 14 % du fonds (5 711 positions au total). La principale exposition géographique est les États-Unis avec 64 %, suivis de l’Europe avec 16 %.

En comparant l’indice ISR à l’indice « parent », nous observons une légère surpondération des États-Unis (66 % contre 64 %), des sociétés technologiques (24 % contre 20 %) et des biens de consommation discrétionnaire (16 % contre 13 %, les biens de consommation discrétionnaire étant des biens de consommation non essentiels tels que les vêtements, les loisirs et l’automobile). En revanche, une sous-pondération des entreprises industrielles (11 % contre 14 %).

En termes de rentabilité sur les 5 dernières années, on constate une amélioration entre l’indice ISR et l' »indice mère » de 1,3 point de pourcentage par an (12,4% contre 11,1%). La volatilité est similaire entre les deux indices (12,6% contre 12,9%). Toutefois, il convient de rappeler que les rentabilités passées ne sont pas un indicateur fiable des rendements futurs. Il est probable que le fonds ISR ait surperformé au cours des 5 dernières années en raison du boom de l’investissement ISR, et que ce différentiel de performance passé ne sera pas maintenu à l’avenir.

2. Fonds d’actions émergentes ISR

Il s’agit du fonds Vanguard ESG Emrg Mk Stk Idx Eur -Acc (ISIN IE00BKV0W243), qui suit l’indice FTSE Emerging All Cap Choice en EUR et réplique le comportement des entreprises des pays émergents, comprenant toutes les tailles d’entreprises (petites, moyennes et grandes capitalisations). Il compte 345 millions d’euros (au 28/02/2022) d’actifs sous gestion et a des coûts relativement faibles pour le secteur de l’ISR (TER 0,18%). Le fonds suit bien l’indice avec un tracking error de 0,19%.

Il s’agit d’un fonds diversifié puisque les 10 principales positions représentent 28% du fonds, qui investit dans plus de 2720 sociétés. La principale exposition géographique est la Chine à 52 %, suivie de Taïwan à 20 %, puis de l’Inde à 10 %.

En conservant les critères d’exclusion de Vanguard, 742 sociétés représentant 15 % de l' »indice parent » sont exclues. Les principales exclusions sont Reliance, Vale et Gazprom (exclues pour être des sociétés d’extraction de combustibles fossiles), Tata Consultancy (exclue pour être une société de conseil aux sociétés de production d’énergie nucléaire et pour des questions liées à la violation des principes de l’ONU) et Saudi Basics (exclue pour des problèmes liés à la violation des principes de l’ONU).

Les 10 principales positions de l' »indice parent » représentent 24% du fonds (total de 3510 positions). La principale exposition géographique est la Chine avec 52%, suivie de Taiwan avec 20%, puis de l’Inde avec 10%.

Si l’on compare l’indice ISR à l' »indice parent », on observe une légère surpondération de la Chine (43 % contre 40 %), des entreprises technologiques (28 % contre 25 %) et des entreprises financières (18 % contre 16 %). En revanche, une sous-pondération en Inde (20% contre 18%) et au Brésil (4% contre 26%).

En termes de rentabilité sur l’année écoulée (le fonds n’existe que depuis le début de l’année 2021), en comparant l’indice ISR et l’indice « parent », nous constatons une rentabilité annualisée très similaire de 13,4% et 13,7% respectivement. La volatilité est également similaire d’un indice à l’autre, 16,1% contre 16,3%.

3. Fonds d’obligations d’entreprises mondiales ISR

Il s’agit du fonds iShares ESG Global Corp Bnd Idx Eur Hdg de Blackrock (ISIN IE00BJN4RG66), qui suit l’indice Bloomberg Barclays Global Aggregate Corporate (un indice non-ISR) et réplique la performance des obligations d’entreprises mondiales en EUR et couvertes en EUR. Il détient 816 millions d’euros (au 28/02/2022) d’actifs sous gestion et des coûts relativement bas pour l’environnement ISR à revenu fixe (TER 0,16%). Le fonds suit bien l’indice avec un écart de suivi de 0,12 %.

Il s’agit d’un fonds très diversifié, les 10 principales positions représentant 1,1% du fonds (total de 5600 positions de plus de 1260 sociétés). Il a une durée de 7,09 ans et un yield (intérêt annuel moyen) de 1,6%. La principale exposition géographique est les États-Unis avec 52 %, suivis de l’Europe avec 21 %.

Comme expliqué dans la section « Critères de sélection ISR », les critères d’exclusion de Blackrock sont clairs : 755 entreprises sont retirées de l’indice de référence et les principales exclusions sont Porche et Walmar (exclues en raison de problèmes liés à la violation des principes des Nations unies), Royal Dutch (exclue pour son activité d’extraction de combustibles fossiles), Boeing (exclue pour avoir un pourcentage de ses bénéfices provenant d’armes controversées) et Brithish American Tocabo (exclue pour son activité de tabac).

L’indice de référence a une durée de 7,14 ans et un yield de 1,62%. La principale exposition géographique est les États-Unis avec 54 %, suivis de l’Europe avec 21 %.

Le fonds a été lancé en février 2021 et depuis lors, les rentabilités obtenues par le fonds par rapport à l’indice sont positives, respectivement 3,7% et 4,1%. Dans le cas de ce fonds, il n’y a pas d’indice ISR, le fonds effectue le filtre ISR sur l’indice Parent directement.

4. Fonds d’obligations gouvernementales mondiales (non-ISR)

Il s’agit du fonds Amundi JPM Global Gov Bnd Idx Eur Hdg (ISIN LU0389812693), qui suit le JPM GBI Global Traded Index Hedged EUR et réplique la rentabilité des obligations d’Etat mondiales couvertes en EUR. Elle gère 2330 millions d’euros (au 28/02/2022) d’actifs. Il s’agit d’un fonds très diversifié, les 10 principales positions représentant 1,58% du fonds. Les coûts du fonds sont de 0,20%. Le fonds suit bien l’indice avec un écart de suivi de 0,20 %.

Un portefeuille de fonds ISR est-il meilleur qu’un portefeuille de fonds « traditionnel » ?

Cela dépend de chaque investisseur et du risque qu’il veut assumer. D’une part, nous savons qu’un portefeuille de fonds ISR a des coûts plus élevés et une diversification moindre qu’un portefeuille de fonds indexés pondérés en fonction de la capitalisation, ce qui nous amène à penser qu’à long terme, les rentabilités par rapport au risque seront inférieures. En outre, le processus de création des indices doit encore être affiné et dépend de la transparence des données et de l’algorithme d’évaluation des entreprises d’analyse, un processus plus complexe que le processus de pondération par capitalisation suivi par les indices « traditionnels ».

En revanche, en faveur de l’intégration de critères ISR, il s’agit de récompenser les entreprises cotées en bourse qui intègrent mieux les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance d’entreprise dans leur gestion. En introduisant un biais ISR dans l’investissement, l’investisseur encourage davantage d’entreprises à adopter ces critères et rend le capital plus cher pour les entreprises qui les intègrent dans une moindre mesure. Des études récentes montrent que les entreprises ayant une bonne notation ISR ont tendance à avoir une meilleure comptabilité financière à l’avenir (Khan, Serafeim et Yoon 2015).

Conclusion

À notre avis, l’investissement selon les critères de l’ISR est une tendance d’investissement qui restera avec nous à long terme. La décision individuelle d’y investir nous semble être une décision raisonnable que chacun peut prendre de son côté. Les deux choix d’investissement, avec ou sans biais ISR, nous semblent parfaitement raisonnables et c’est pourquoi nous avons décidé de les proposer à nos clients.

Chez Indexa, notre objectif est toujours d’offrir les meilleurs portefeuilles à nos clients, des portefeuilles diversifiés et avec les coûts les plus bas du marché, et c’est ce que nous faisons avec ce portefeuille de fonds ISR pour tous les investisseurs qui, en plus de rentabiliser leur investissement, veulent essayer de faire en sorte que leur investissement ait un impact plus positif sur notre planète et les personnes qui l’habitent.

Portefeuille de fonds : comment choisir le biais ISR

Si vous avez déjà votre portefeuille de fonds avec Indexa : Vous pouvez choisir d’introduire un biais ISR depuis votre espace personnel \ sélectionnant votre compte \ Plan \ Modifier mon profil investisseur \ Changer mes réponses.

Si vous n’êtes pas encore client d’Indexa Capital, vous pouvez effectuer notre bref test de profil investisseur (2 min) et choisir le portefeuille avec biais ISR ou non dans le parcours de souscription.

Actualisation 2022 des pronostics de rentabilité à long terme

Comme chaque année, nous avons actualisé les pronostics de rentabilité et de risque pour nos portefeuilles. L’objectif est que, chaque année, nous incluions les dernières informations disponibles afin d’estimer la rentabilité que nous pouvons espérer sur le long terme. Au cours des années précédentes, nous avons parlé de « perspectives » de rentabilité ou de rentabilité espérée à long terme, mais les termes « perspectives » ou « espéré » pourraient peut-être créer un faux sentiment de sécurité en termes de prévisions. Ce sont les termes couramment utilisés dans le secteur et dans la littérature académique, mais nous préférons désormais parler de « pronostics  » et d’”opinions  » des grands gestionnaires de fonds, ce qui, à notre avis, communique mieux le caractère incertain de ces données et le manque de pertinence de la rentabilité espérée par rapport à la rentabilité inespérée.

La méthodologie que nous utilisons pour calculer le pronostic de rentabilité et de risque est établie par notre conseil d’experts et est publiée sur la page de notre modèle de gestion. Pour estimer le pronostic de rentabilité à long terme des marchés d’actions, nous calculons la moyenne des opinions de quelques grandes maisons de gestion telles que Vanguard, JP Morgan, Franklin Templeton, State Street Global Advisors (SSGA) ou Blackrock, puis nous soustrayons les frais des fonds sélectionnés de nos portefeuilles. Ainsi, avant d’entrer dans les détails, il convient de rappeler que ces opinions sont celles des principaux gestionnaires de fonds, qu’elles ne constituent pas une garantie de rentabilité future et qu’elles ne sont donc absolument pas un indicateur fiable de la rentabilité future. D’autre part, la rentabilité réelle susceptible d’être atteinte différera de l’opinion moyenne des gestionnaires, car la rentabilité inespérée est beaucoup plus importante que la rentabilité espérée.

Cette année, les pronostics de rentabilité annuelle à long terme, que nous avons pris en compte pour les actions, sont les suivants :

Pour les classes d’actifs obligataires, nous prenons principalement en compte le taux d’intérêt à long terme. Par exemple, si les obligations d’entreprises européennes offrent actuellement un taux d’intérêt de 0,4%, la prévision de rentabilité à long terme de cet actif sera de 0,4% moins les frais du fonds sélectionné.

Ainsi, les prévisions de rentabilité à long terme pour les différentes classes d’actifs, actuelles et précédentes, sont les suivantes :

Comme on peut l’observer, les pronostics de rentabilité à long terme des actions sont généralement plus faibles qu’il y a un an en raison de la hausse des prix au cours de l’année passée. À l’inverse, les pronostics de rentabilité des obligations sont plus élevés en raison de la baisse généralisée des prix en 2021.

L’effet sur les pronostics de rentabilité de nos portefeuilles 10 à 100 mille euros (k€) est le suivant :

On constate que le pronostic de rentabilité est légèrement plus faible pour les portefeuilles les plus agressifs et augmente pour les portefeuilles les plus conservateurs. Avec ces nouvelles informations, nous ne voulons pas dire que nous savons ce qui va se passer à l’avenir, notamment à court terme, ni que nous incitons à réduire ou augmenter le risque des portefeuilles. Ces changements de pronostics ne sont donnés qu’à titre d’information et n’impliquent aucun changement dans les portefeuilles modèles attribués à nos clients, car notre modèle se base principalement sur la pondération des différentes classes d’actifs sur le marché et pas tant sur les pronostics de rentabilité à long terme.

Un exemple de l’insignifiance de ces actualisations peut être trouvé en utilisant les pronostics de volatilité pour le calcul des intervalles de pronostics de rentabilité. Pour un portefeuille 6/10, le pronostic de volatilité en mars 2021 était de 7,7% et en janvier 2022, est de 7,5%. Cela signifie qu’avec un niveau de confiance de 95%, l’intervalle de pronostic de la rentabilité qui se situait entre -13,0% et 17,3%, se situe maintenant entre -13,1% et 16,8%. Cette légère différence dans des intervalles aussi larges montre que la rentabilité inespérée est réellement plus importante que la rentabilité espérée.

Les pronostics pour les autres portefeuilles, de moins de 10 mille euros, de plus de 100 mille euros, sont tous disponibles sur notre page de modèle de gestion.

Si vous avez déjà un portefeuille ouvert avec nous, vous pouvez consulter les nouveaux pronostics de votre portefeuille depuis votre espace personnel \ Plan.

Si vous n’êtes pas encore indexé avec nous : n’hésitez pas à réaliser notre bref test de profil investisseur (2 minutes) pour découvrir quel portefeuille nous pouvons vous offrir, ses pronostics de rentabilité, ses coûts, … sans engagement et sans devoir nous transmettre de données personnelles.

Rapport de rentabilité 2016-2021, qui n’est pas un indicateur fiable de la rentabilité future

La rentabilité en 2021 a été très bonne, tout comme elle l’est sur les six dernières années. Nous reviendrons sur les détails plus tard.

Mais tout d’abord, il est extrêmement important de ne pas oublier, au risque de se répéter, que :

  1. L’avenir pourrait ne pas être aussi bon
  2. À un moment donné, l’avenir sera bien pire avec certitude.
  3. Les rentabilités passées ne doivent pas être extrapolées, car les rentabilités passées ne sont pas un indicateur fiable des rentabilités à venir.
  4. L’important est d’avoir le bon profil de risque pour être en mesure de supporter les pertes lorsqu’elles surviendront.

Rentabilité et retraits

Il y a deux mois, nous publiions : « les apports nets des clients d’Indexa ne suivent plus le marché ». C’est une excellente nouvelle, mais nous avons également constaté que les retraits augmentent avec les baisses de marchés, surtout quand il s’agit de baisses importantes, comme ce fut le cas en février et mars 2020.

Nous devons donc encore travailler pour essayer d’atténuer, dans la mesure du possible, ce comportement, car à long terme il pénalise la rentabilité des portefeuilles. Le mois où les retraits en pourcentage des actifs ont été les plus forts (4,6 %) est mars 2020, en plein milieu de la crise de la COVID-19, tandis que la rentabilité du portefeuille 6/10 sur les 12 mois suivants a été la plus élevée de l’histoire d’Indexa (+24%).

Si vous savez que des pertes sont à venir et que vous avez le bon profil, vous pouvez éviter de vendre à ce moment-là et cela améliorera votre rentabilité à long terme. Nous disposons d’une liste des plus grandes chutes historiques où vous pouvez consulter les crises passées et ainsi avoir une idée des mouvements qui pourraient se produire à l’avenir.

Les perspectives de rentabilité devraient être revues à la baisse

Nous actualisons chaque année la rentabilité et le risque espérés des portefeuilles. Les perspectives que nous avons publiées en janvier 2021 sont bien inférieures à ce que nous avons effectivement observé au cours des six dernières années. Par exemple, la rentabilité attendue que nous avons estimée il y a un an pour le portefeuille 6 est de 2,1%. Ce pourcentage est bien inférieur à ce que nous avions estimé il y a six ans et reflète les bonnes rentabilités passées.

Comme nous l’avons commenté lors de la révision de la rentabilité il y a six mois, cela ne veut pas dire que nous savons ce qui va se passer à l’avenir, surtout à court terme, et nous ne donnons pas un message de réduction ou d’augmentation du risque du portefeuille. Si l’on tient compte du fait que la volatilité attendue pour le portefeuille 6/10 est maintenant de 7,6%, cela signifie que la rentabilité sur un an est susceptible d’être comprise, avec un intervalle de confiance à 95%, entre -12,9% à +17,4%. C’est une autre indication de la pertinence des retours inattendus.

Nous ne voulons pas non plus dire qu’il faut chercher d’autres alternatives d’investissement sous prétexte que nous ne nous attendons pas à ce que les portefeuilles d’Indexa donnent la même rentabilité que par le passé. D’autres alternatives d’investissement se trouvent exactement dans la même situation de marché.

Ce que nous voulons dire, c’est qu’à long terme, le comportement le plus sensé est de revoir à la baisse nos attentes en matière de rentabilité en tant qu’investisseurs, malgré la rentabilité élevée que nous avons connue par le passé. Avec des taux d’intérêt négatifs, nous ne pouvons aspirer à une rentabilité similaire à celle obtenue lorsque les taux d’intérêt étaient nettement positifs.

Sommes-nous dans une bulle financière ?

À ce stade, en tenant compte de tout ce qui a été dit précédemment, nous aimerions faire une réflexion sur les différentes voix qui parlent périodiquement de l’existence de bulles dans les actions, les obligations ou les valorisations d’indices.

« Exubérance irrationnelle » est un terme utilisé par l’ancien président de la Réserve fédérale américaine, Alan Greenspan, dans un discours prononcé à l’American Enterprise Institute for Public Policy Research pendant le boom boursier des années 1990. Cette phrase a été interprétée par les experts comme un avertissement d’une possible surévaluation du marché.

Nous aimerions utiliser l’expression « Exubérance rationnelle » par opposition à l’expression originale, car nous pensons que les prix des marchés liquides sont les meilleurs indicateurs que nous puissions avoir de la valeur des actifs qui y sont cotés. L’équilibre du marché est un équilibre extrêmement informé, car il est construit à partir de très nombreux investisseurs, et il ne peut être pris à la légère. Parfois, certains peuvent être surpris par l’optimisme ou le pessimisme que reflètent les prix, mais il est plus probable qu’il existe des arguments vennant étayer cet optimisme ou ce pessimisme. Et ce qui est certain, c’est qu’à mesure que les inconnues se préciseront, le prix s’adaptera.

Un exemple paradigmatique est celui de la bulle Internet de l’an 2000, mal nommée pour nous. De notre point de vue de défenseurs de l’efficacité du marché, nous justifierions cette hausse des valorisations des entreprises technologiques par de fortes attentes de croissance, qui ne se sont pas concrétisées à court terme. Et puis les prix ont chuté, « éclatant la bulle », ce que nous justifierions simplement comme un réajustement des attentes. Quelque temps plus tard, il a été confirmé que les attentes du marché en matière de croissance des entreprises technologiques étaient correctes : la croissance a simplement pris plus de temps que prévu et ce sont d’autres entreprises qui ont réussi. Comme nous parlons de l’avenir, il est normal que le consensus du marché soit erroné, mais ceux qui remettent en question le consensus du marché seront tout aussi erronés, sinon plus.

Au cours des six dernières années, depuis que nous avons lancé Indexa, les marchés mondiaux des actions et des obligations ont enregistré de bonnes rentabilités, mais cela ne signifie pas que nous sommes maintenant dans une bulle. À titre d’exemple, nous pouvons réviser la rentabilité du portefeuille à risque 6/10, ainsi que le scénario positif et négatif attendu que nous avions estimé à l’époque. Ces scénarios ont été élaborés à partir de l’estimation d’une rentabilité de 4,6 % et d’une volatilité de 8,4 %.

L’évolution réelle du portefeuille 6 depuis 2015 (7,2% par an) a été supérieure à celle espérée (4,6%), mais loin d’un scénario exceptionnellement positif. La probabilité estimée il y a six ans d’une rentabilité supérieure à 7,2 % par an aurait été de 25 % et d’une rentabilité inférieure de 75 %. Sur la base de ces estimations (qui seront toujours une approximation grossière de la réalité), nous pouvons dire qu’au cours des six dernières années, il y a eu de la chance (la rentabilité inattendue a été positive) mais pas énormément de chance non plus.

Nous ne savons pas si nous sommes dans un moment d’exubérance ou non. Mais ce que nous aimons penser, c’est que dans tous les cas, l’équilibre actuel sera rationnel, et qu’il y aura des arguments que les acteurs du marché auront supposés pour le justifier.

Pertes maximales attendues à un niveau de confiance de 97,5%.

Et comme nous avons l’habitude de le faire dans ces bilans semestriels, avant d’entrer dans le détail des rentabilités, rappelons les pertes annuelles maximales que nous estimons pouvoir se produire sur nos portefeuilles, sachant que dans une année sur 40, il y aura probablement une perte encore plus importante, sont :

Portefeuille Perte maximale à 97,5% de confiance (%)
Portefeuille 1 -7,3%
Portefeuille 2 -7,5%
Portefeuille 3 -8,6%
Portefeuille 4 -10,5%
Portefeuille 5 -11,7%
Portefeuille 6 -13,0%
Portefeuille 7 -15,2%
Portefeuille 8 -16,5%
Portefeuille 9 -18,4%
Portefeuille 10 -19,4%

Rentabilité

En 2021, la rentabilité du portefeuille de fonds le plus conservateur a été de +2,9% et le plus agressif de +20,2%, ce qui fait de 2021 la deuxième année la plus rentable depuis que nous avons lancé notre service en 2015. Et une année de plus, nous avons surpassé la rentabilité des fonds d’investissement européens comparables (Morningstar Allocation Modérée Internationale EUR). Plus précisément, 3,7 points de pourcentage (p.p.) de plus dans l’année. Au cours de nos 6 années d’activité, cette différence était de 3,4 p.p. par an. Cela prouve une fois de plus que payer des frais moins élevés et se diversifier à l’échelle mondiale est bénéfique, quelle que soit la situation du marché.

Portefeuilles de fonds d’investissement

En 2021, la rentabilité de nos portefeuilles de 10 à 100 mille euros se situe entre +2,9% et +20,2% :

– +2,9% pour le portefeuille le moins risqué (profil 1/10)

– +20,2% pour le portefeuille le plus risqué (profil 10/10)

Benchmark : les indices de références de nos portefeuilles sont Morningstar Obligations Internationales Couvertes EUR (pour nos portefeuilles 1 et 2), Morningstar Allocation Prudente Internationale EUR (pour nos portefeuilles 3 à 5), Morningstar Allocation Modérée Internationale EUR (pour les portefeuilles 6 à 8) et Morningstar Allocation Agressive Internationale EUR (pour les portefeuilles 9 et 10). Morningstar est le fournisseur d’information sur les fonds d’investissement leader en Europe. Il s’agit des benchmarks qui représentent le mieux la rentabilité moyenne des fonds d’investissement en Europe.

L’année 2021 a été très positive en bourse (actions), mais négative pour les obligations (titres à revenu fixe). La rentabilité des actions varie de +4,5% (actions des économies émergentes) à +37,8% (actions états-uniennes). Du côté des obligations, la rentabilité a varié de -3,5 % (obligations d’États européens) à +6,5 % (obligations européennes indexées sur l’inflation).

Noms Classe d’actif Rentabilité 2021 (%)
Fonds d’actions    
Vanguard Global Stk Idx Eur -Acc Actions globales 31,0%
Vanguard European Stk Idx Eur – Acc Actions Europe 25,5%
Vanguard US 500 Stk Idx Eur – Acc Actions Etats-Unis 37,8%
Vanguard Japan Stk Idx Eur – Acc Actions Japon 9,2%
Vanguard Emrg Mk Stk Idx Eur – Acc Actions économies émergentes 4,5%
Vanguard Pacific Ex-Japan Stk Idx Eur – Acc Actions Pacifique sauf Japon 12,6%
Vanguard Global Small Cap Idx Eur – Acc Actions globales de petite capitalisation 24,4%
Fonds d’obligations  
Vanguard Global Bnd Idx Eur – Acc Obligations globales à long terme -2,8%
Vanguard Euro Inv Gr Bnd Idx Eur – Acc Obligations Entreprises Européennes -1,8%
iShares EM Gov Bnd Idx -I2 Eur Hdg Obligations pays émergents couvertes en Euro -2,9%
Vanguard Eur Gv Bnd Idx – Acc Obligations Etats Européens -3,5%
Vanguard Euroz Inf Lk Bnd Idx Eur – Acc Obligations européennes liées à l’inflation 6,5%
Vanguard U.S. Gv Bnd Idx Eur Hdg – Acc Obligations États-Unis couvertes en euros -3,3%
iShares US Corporate Bnd Idx Eur Hdg – Acc Obligations d’Entreprises États-Unis couvertes en euros -2,0%

Cette année est un autre exemple de la capacité de diversification qu’offrent les obligations. Nous constatons qu’en période de hausse du marché boursier, les obligations chutent, en particulier les obligations présentant un risque de crédit moindre, comme les obligations d’États européens.

Concernant le benchmark* (l’indice de référence) des portefeuilles, la rentabilité est comprise entre -1,6% et +15,8% :

– -1,6% pour le Benchmark des portefeuilles 1 et 2

– +3,7% pour le Benchmark des portefeuilles 3 à 5

– +9,2% pour le Benchmark des portefeuilles 6 à 8

– +15,8% pour le Benchmark des portefeuilles 9 et 10

Le graphique ci-dessus montre que la différence de rentabilité entre nos portefeuilles et leur benchmark en 2021 se situe entre +3,0 points de pourcentage (p.p.) pour le portefeuille 3 et +8,4 p.p. pour le portefeuille 8.

En moyenne, grâce à notre gestion automatisée et indexée et à nos frais radicalement bas, nous avons réussi à ajouter 5,3 p.p. de rentabilité à la moyenne des fonds européens d’obligations internationales mixtes, d’actions internationales mixtes et d’actions internationales en 2021.

Le graphique ci-dessous montre la différence de rentabilité cumulée sur les six dernières années entre les portefeuilles d’Indexa et la moyenne des fonds d’investissement européens comparables selon Morningstar (le fournisseur d’information sur les fonds leader en Europe). En moyenne, Indexa a surperformé les fonds européens comparables de 28,7 points de pourcentage au cours des six dernières années :

Cela signifie qu’après six ans, et après avoir connu un cycle complet de hausse et de baisse des marchés, les portefeuilles d’Indexa ont obtenu une rentabilité de 3,7 points de pourcentage de plus chaque année, ce qui équivaut à une rentabilité cumulée plus de deux fois supérieure (49,8 % contre 21,1 %).

Vous trouverez ci-dessous une comparaison de la rentabilité ajustée au risque des portefeuilles en utilisant le ratio de Sharpe (rentabilité/risque) :

On constate qu’en six ans d’activité, Indexa a obtenu un ratio de Sharpe compris entre 0,95 et 0,82 (bien supérieur au 0,46 attendu à long terme pour des investissements diversifiés en actions et obligations), alors que les benchmarks ont actuellement un ratio de Sharpe très faible (entre +0,39 et +0,63). Cela signifie que les investisseurs, avec Indexa, obtiennent dans leurs portefeuilles la rentabilité du risque offerte par le marché, tandis que les investisseurs dans les fonds communs de placement européens subissent le même risque, mais la rentabilité est perdue en frais. D’autre part, il faut s’attendre à ce que le ratio de Sharpe diminue avec le temps, ce qui implique une réduction de la rentabilité, une augmentation du risque (volatilité) ou les deux.

Portefeuilles de plus de 100 mille euros et de moins de 10 mille euros

Nous gérons de manière très similaire les trois tailles de portefeuilles que nous utilisons chez Indexa : les portefeuilles inférieurs à 10 mille euros, les portefeuilles entre 10 mille et 100 milles euros et les portefeuilles supérieurs à 100 mille euros. La principale différence est, dans les portefeuilles plus importants, l’ajout d’autres classes d’actifs afin d’accroître encore plus la diversification.

Ci-dessous, vous pouvez voir les différentes rentabilités annuelles des différents portefeuilles en fonction du profil au cours des quatre années et demie où ils ont été en activité (du 31/12/2016 au 31/12/2021) :

Les différences entre les portefeuilles de plus de 10 mille euros et les portefeuilles de plus de 100 mille euros ou de moins de 10 mille euros ne sont pas très appréciables : entre -0,3 point de pourcentage (p.p.) et +0,0 p.p. par an pour les portefeuilles de plus de 100 mille euros et entre -0,5 p.p. et +0,9 p.p. pour les portefeuilles de moins de 10 mille euros.

→ Si vous n’avez pas encore de compte Indexa Capital, vous pouvez essayer gratuitement notre test de profil investisseur (2 minutes) et voir quel portefeuille nous vous proposons.

Les benchmarks de nos portefeuilles

Le mois passé nous avons changé de benchmark (ou indices de référence). Nous nous comparons à présent avec les fonds d’investissement européens, au lieu de nous comparer avec les fonds d’investissement espagnols comme nous le faisions. Dans cet article nous allons vous présenter les benchmarks, leur utilité, comment nous les sélectionnons et quels sont ceux que nous allons utiliser à présent.

Selon Investopedia :

« Un benchmark ou indice de référence est un standard contre lequel la rentabilité d’une action, d’un fonds d’investissement ou d’un gestionnaire d’investissements peut se mesurer. En général, des indices représentant des actions et des obligations sont utilisés. »

Ainsi, un benchmark sert de comparaison et de mise en contexte de la rentabilité obtenue par un investissement. De cette manière, il est possible de vérifier si le pourcentage de rentabilité obtenu par un fonds d’investissement, ou par un portefeuille de fonds est bon, s’il est meilleur que son benchmark ou non, s’il est pire que son benchmark.

Par exemple, un gestionnaire actif qui investit dans des actions des États-Unis peut être comparé à la rentabilité de l’indice S&P 500 (les 500 plus grandes entreprises cotées des États-Unis), ou à la moyenne des rentabilités des fonds d’investissement dans des actions états-uniennes.

À l’heure de choisir un benchmark, plusieurs critères doivent être pris en compte :

  1. Le risque du portefeuille et celui du benchmark doivent être similaires.
  2. Les actifs dans lesquels investit le benchmark doivent être représentatifs de la politique d’investissement du portefeuille.
  3. Le benchmark doit être public, réplicable et on doit pouvoir y investir.
  4. Un détail très important : souvent, les benchmarks utilisés par les gestionnaires actifs ne tiennent pas compte de la rentabilité des dividendes et comparent ainsi leur rentabilité avec dividendes à un benchmark qui ne les inclut pas. C’est une erreur. Pour comparer des pommes avec des pommes, nous devons tenir comptes des indices qui incluent les dividendes (ou indices total return).

L’article du CFA Institute “GUIDANCE STATEMENT ON BENCHMARKS” détaille les caractéristiques minimales que doit satisfaire un bon benchmark.

Benchmarks chez Indexa

Chez Indexa, nous utilisions jusqu’à présent des benchmarks reprenant la rentabilité obtenue en moyenne par les fonds d’investissement espagnols (le pays où nous avons démarré notre activité en 2015). Mais, à partir d’aujourd’hui, nous nous comparons aux fonds européens, plus représentatifs pour l’investisseur belge, ou européen en général. Nous obtenons les données de Morningstar, le fournisseur d’information sur les fonds d’investissements leader en Europe, pour différentes catégories de fonds avec lesquelles nous pouvons comparer nos portefeuilles, et nous les incluons sur notre page de statistiques, sur l’espace personnel de chaque client et dans le rapport mensuel que nous envoyons à chaque client.

De cette manière, l’évolution des portefeuilles d’Indexa est comparée à la rentabilité obtenue en moyenne par les fonds européens comparables.

Comparer la rentabilité des portefeuilles d’Indexa à un ensemble d’indices ne serait pas plus informatif car le résultat nous le connaîtrions à l’avance : le portefeuille d’Indexa offrirait la rentabilité des indices moins les coûts. La comparaison à la rentabilité des fonds d’investissement au lieu des indices nous semble plus instructive puisqu’elle nous compare avec la rentabilité moyenne que les investisseurs obtiennent de leur investissement en fonds d’investissement.

Nous réalisons l’assignation d’une catégorie spécifique à un portefeuille en nous basant sur la part d’actions contenue dans le portefeuille en question. En suivant la catégorisation de Morningstar, si le pourcentage d’actions est compris entre 70 et 90%, nous utilisons la catégorie Morningstar Allocation Agressive Internationale EUR, si le pourcentage d’actions est compris entre 50 et 70%, nous utilisons la catégorie Morningstar Allocation Modérée Internationale EUR, si le pourcentage d’actions est compris entre 20 et 50%, nous utilisons la catégorie Morningstar Allocation Prudente Internationale EUR, si le pourcentage d’actions est inférieur à 20%, nous utilisons la catégorie Morningstar Obligations Internationales Couvertes EUR.

Par niveau de risque, nous utilisons actuellement les benchmarks suivants :

Portefeuilles Part d’actions Catégorie Définition de la catégorie
1 et 2 13% à 18% Morningstar Obligations Internationales Couvertes EUR Rentabilité moyenne des fonds d’investissement européens qui investissent en obligations internationales ou cash. Il s’agit du benchmark qui représente le mieux la rentabilité moyenne des fonds d’investissement pour un profil de risque très prudent en Europe avec plus de 80% investis en obligations.
3 à 5 28% à 45% Morningstar Allocation Prudente Internationale EUR Rentabilité moyenne des fonds d’investissement européens avec 20 à 50% de leur investissement en actions internationales et le reste en obligations internationales ou cash. Il s’agit du benchmark qui représente le mieux la rentabilité moyenne des fonds d’investissement pour un profil de risque prudent en Europe.
6 à 8 51% à 66% Morningstar Allocation Modérée Internationale EUR Rentabilité moyenne des fonds d’investissement européens avec 50 à 70% de leur investissement en actions internationales et le reste en obligations internationales ou cash. Il s’agit du benchmark qui représente le mieux la rentabilité moyenne des fonds d’investissement pour un profil de risque modéré en Europe.
9 et 10 74% à 78% Morningstar Allocation Agressive Internationale EUR Rentabilité moyenne des fonds d’investissement européens avec 70 à 90% de leur investissement en actions internationales et le reste en obligations internationales ou cash. Il s’agit du benchmark qui représente le mieux la rentabilité moyenne des fonds d’investissement pour un profil de risque élevé en Europe.

Vous pouvez consulter l’évolution de nos portefeuilles et de leur benchmark sur notre page statistiques ou avec les rapports mensuels de votre portefeuille. Sur le graphique suivant nous montrons la comparaison du portefeuille de fonds nº6 entre 10 et 100 mille euros depuis 2016 et le benchmark de Morningstar Allocation Modérée Internationale EUR :

Comme nous pouvons l’observer dans les colonnes « Total » et « benchmark » du tableau au cours de nos 6 années d’existence, la rentabilité des portefeuilles d’Indexa a été supérieure à la moyenne des fonds d’investissement européens de risque similaire. Sur une courte période, il est toujours possible que la rentabilité de nos portefeuilles se situent en dessous de leur benchmark, mais à long terme nous espérons apporter une rentabilité nettement supérieure, principalement grâce à nos moindres frais et à la réduction des biais émotionnels de l’investisseur.

Impact du changement de benchmarks

Ce changement de benchmark obéit à un objectif de meilleure représentativité des benchmarks pour nos clients belges et européens et n’a pas d’impact significatif favorable ou défavorable pour Indexa. La rentabilité moyenne obtenue par les fonds espagnols comparables (benchmarks antérieurs) et les fonds européens comparables (nouveaux benchmarks) est en effet assez comparable dans l’ensemble, inférieure pour les portefeuilles 1 à 3 et 6 à 9, et supérieure pour les portefeuilles 4, 5 et 10 (voir graphe ci-dessous). En moyenne les fonds européens, avec lesquels nous nous comparons à présent, ont obtenu une meilleure rentabilité que les fonds espagnols et ce changement de benchmarks ne favorise pas Indexa.

Si vous n’êtes pas encore client d’Indexa Capital, découvrez quel portefeuille de fonds indexés mondialement diversifié nous vous recommandons en effectuant notre bref test de profil investisseur (2 min).

Si vous êtes déjà client, n’hésitez pas à inviter vos amis pour bénéficier d’une réduction des frais de gestion d’Indexa, tant pour vous que pour eux.

6 ans en faits marquants et en données

Ce 15 décembre 2021, cela fait 6 ans que nous offrons des services d’investissement à nos clients et un peu plus d’un an que nous sommes présents en Belgique. Nous avons développé ces services comme nous les voulons pour nous-mêmes : avec une diversification mondiale, indexés, automatisés, avec des frais réduits et en plaçant toujours votre intérêt au-dessus de tout. Au cours de cette sixième année, nous avons consolidé notre position de quatrième gestionnaire d’investissement automatisé indépendant en Europe, et le premier rentable au monde. Nous avons poursuivi notre croissance de plus de 100 % par an, ce qui nous permet de réduire à nouveau nos frais à partir du 1er janvier 2022.

Portefeuilles de fonds indexés

Nos portefeuilles de fonds ont obtenu une rentabilité annuelle moyenne de 7,1 % depuis leur création (portefeuille 6 de 10 à 100 mille €, 31/12/2015 – 30/11/2021), soit 3,4 points de pourcentage de plus par an que la moyenne des fonds d’investissement européens comparables (Morningstar Allocation Modérée Internationale EUR).

Le 1er janvier 2021, nous réduisons nos frais de gestion de 0,01 point de pourcentage sur tous les portefeuilles de fonds de moins de 500 mille €.

En juin 2021, nous avons atteint le milliard d’euros d’encours sous gestion ou sous conseil.

En juillet 2021, nous avons intégré des obligations américaines et des actions à faible capitalisation dans les portefeuilles de plus de 10 mille euros.

Ce même mois de juillet, nous avons également ouvert les portefeuilles de fonds pour enfants. Avec toujours le même objectif : des moindres frais et une meilleure rentabilité à long terme.

Nous avons averti nos clients d’être prudents avec les extrapolations de données passées sur celles futures (les rentabilités ne seront pas toujours aussi bonnes qu’elles le sont depuis mars 2020).

Et tout au long de l’année, nous avons apporté de nombreuses autres améliorations continues au service et nous avons poursuivi notre engagement en faveur de la formation financière de nos clients par le biais de divers articles de formation financière publiés sur notre blog.

Grandir avec nos clients

Nous sommes passés de 29 mille clients il y a un an à plus de 48 mille aujourd’hui, avec un investissement total qui a également augmenté de plus de 100 % en un an, passant de 636 millions d’euros sous gestion ou sous conseil il y a un an à plus de 1,3 milliard d’euros aujourd’hui, dont 30 millions d’euros sont investis par notre équipe et nos partenaires.

En ce qui concerne les avis des clients, vous nous attribuez 4,8 étoiles sur 5 sur Trustpilot (1.140 avis) et 4,9 étoiles sur 5 sur Google (490 avis). Notre client moyen commence avec un investissement initial de 10 mille € et apporte ensuite une moyenne de 900 € par mois. L’investissement moyen actuel est de 26 mille € par client et ceux qui sont avec nous depuis 5 ans ont investi en moyenne 62 mille €.

Vous nous recommandez également à vos amis et à votre famille : en 2021, 62 % des nouveaux clients du portefeuille de fonds sont venus sur invitation d’un autre client.

Notre deuxième exercice complet positif

Nous clôturerons 2021 avec un chiffre d’affaires total d’environ 2,7 millions d’euros (contre 1,3 million d’euros en 2020, +113%) et avec un bénéfice net d’environ 600 milliers d’euros (contre 44 milliers d’euros en 2020, +1 200%). Nous restons le seul gestionnaire automatisé indépendant rentable en Europe, et probablement aussi dans le monde selon les informations publiques actuellement disponibles.

Nous sommes en pleine croissance et nous réduisons nos frais

Notre rentabilité et notre forte croissance démontrent qu’il est possible d’offrir des portefeuilles de fonds d’investissement avec des frais en moyenne 5 fois inférieurs à ceux des banques, d’être rentable et de pouvoir continuer à baisser ces frais de manière. C’est notre cercle de réussite : plus nous sommes nombreux, plus nous réduisons les frais.

Comme prochaine étape, nous annonçons maintenant une nouvelle réduction de frais, à partir du 01/01/2022 :
-0,01 point de pourcentage (p.p.) de frais de gestion sur les portefeuilles de fonds inférieurs à 500 mille € (k€).

  • 0,43% sur les portefeuilles de fonds de moins de 10 k€ (contre 0,44% auparavant)
  • 0,41% pour les portefeuilles de fonds entre 10 et 100 k€ (contre 0,42% auparavant)
  • 0,38% sur les portefeuilles de 100 à 500 k€ (contre 0,39% auparavant)
  • TVA incluse

Pour l’instant, nous ne baissons pas les frais de gestion pour les portefeuilles de plus de 500 k€ car ils bénéficient déjà de frais nettement inférieurs (de 0,15% à 0,30% selon la taille).

Expansion internationale

Nous continuons à travailler pour internationaliser notre proposition de valeur et devenir le champion européen de la gestion automatisée et indexée. Nous travaillons également déjà sur notre prochain lancement en France en 2022.

Prochaines étapes

Ce n’est que le début. Avec votre aide, nous avons pu prouver que notre modèle fonctionne et est viable à long terme. Nous avons maintenant la possibilité de poursuivre notre croissance, de réduire nos frais et d’offrir une rentabilité toujours plus élevée à nos clients car, comme vous le savez, de moindres frais impliquent une meilleure rentabilité.

Nous vous souhaitons de bonnes fêtes de fin d’année et une longue période de prospérité.

Invitez vos amis

N’oubliez pas que vous pouvez inviter vos amis, à partir de votre espace personnel, ce qui vous permettra de ne pas payer nos frais de gestion sur 10 000 € dans votre portefeuille de fonds.

Comment définissons-nous le profil de nos clients ?

Définir le profil d’un client a traditionnellement été plus un art qu’une science et un art complexe. Très souvent le client ne sait pas quel niveau de risque il veut assumer et quand il croit le savoir, il ne sait pas réellement comment réagir quand il voit son portefeuille grimper ou baisser. D’autre part, le banquier qui évalue le profil du client peut ne pas être dans un bon jour ou être particulièrement pessimiste ou optimiste et biaiser les réponses et les indications données par le client.

Chez Indexa, nous avons voulu résoudre ce problème de la subjectivité de l’évaluateur avec une approche quantitative et scientifique : nous avons créé un processus reproductible, évaluable et révisable. Cela ne signifie pas qu’il s’agit de la seule manière de définir le profil investisseur du client, mais nous pensons qu’il présente de nombreux avantages, en particulier celui d’être totalement objectif quant à l’évaluateur (une fois le processus défini) et de pouvoir être évalué et amélioré.

Nous avons défini une série de questions avec leurs réponses possibles et, sur la base de ces dernières, nous utilisons un algorithme, qui est public, pour obtenir le profil. Avec ce processus, deux clients qui répondent de la même manière à un test, obtiendront le même profil investisseur. Cela ne sera pas toujours le cas avec une méthode traditionnelle de questions et réponses qualitatives.

La première chose dont nous avons besoin pour évaluer le profil de risque d’un client est de connaître sa capacité à assumer les risques (quel niveau de risque peut-il assumer) et sa tolérance à les assumer (quel niveau de risque veut-il assumer).

La capacité à assumer les risques

La capacité à assumer les risques dépend des variables objectives suivantes :

  • Le patrimoine actuel du client (plus le patrimoine est important, plus la capacité à assumer les risques est grande)
  • Les revenus (pour les plus jeunes, plus les revenus sont importants, plus la capacité est grande : pour ceux proches de l’âge de la pension, plus le revenu est grand, plus la capacité est réduite, car nous visons le maintien de leur pouvoir d’achat une fois pensionnés)
  • La stabilité de ces revenus (plus la stabilité est importante, plus la capacité est grande)
  • Le pourcentage de revenus consacré aux dépenses (plus les dépenses sont importantes, moins la capacité est grande)
  • L’âge du client (plus la retraite est loin, plus la capacité est grande)
  • L’horizon d’investissement (plus l’horizon temporel est long, plus la capacité est grande)

Avec ces données, nous évaluons la capacité du client à pouvoir supporter ses dépenses à la retraite. Si le client a un patrimoine, des revenus et des dépenses qui lui permettent de supporter plus de 20 ans de coûts fixes, sa capacité à assumer les risques est considérée comme élevée. La valorisation est comprise entre 1 (faible capacité) et 10 (haute capacité).

L’âge est le paramètre le plus important de l’évaluation de la capacité à prendre des risques. Un investisseur jeune qui ne va pas avoir besoin de liquidité, aura toujours le temps de récupérer d’éventuelles pertes sur son portefeuille d’investissement ou dues à une situation de chômage.

La tolérance, ou volonté d’assumer les risques

La tolérance à prendre des risques s’évalue en fonction d’un ensemble de questions, nécessairement subjectives, à travers lesquelles s’établit l’attitude de l’investisseur face à différentes situations. Ainsi, l’expérience passée du client avec des investissements à risque est également évaluée. Si à partir des réponses, nous détectons un manque de cohérence, la valorisation globale de la tolérance aux risques diminue sensiblement. La valorisation est également comprise entre 1 (faible tolérance) et 10 (haute tolérance).

Calcul du profil investisseur

Une fois la tolérance à prendre des risques et la capacité à les assumer connues, nous calculons le profil total. Quatre situations sont possibles : faible ou haute tolérance avec faible ou haute capacité. Si la tolérance et la capacité vont dans le même sens, il n’y a pas de problème, mais s’il y a dissonance alors il faut définir une procédure.

Profil investisseur
selon la capacité / la tolérance
Faible tolérance Haute tolérance
Faible capacité Profil conservateur ?
Haute capacité ? Profil risqué

Avec les méthodes de profilage traditionnelles, le jugement du banquier entrait ici en compte avec le risque qu’il engendrait. Chez Indexa, à avoir une donnée numérique tant pour la capacité que pour la tolérance, nous pouvons prendre une décision cohérente. Ainsi, le profil investisseur du client est calculé comme une moyenne pondérée donnant toujours plus d’importance à la caractéristique (capacité ou tolérance) ayant obtenu le moins de points (80% à celle ayant le moins de points et 20% à celle en ayant le plus). En cas de dissonance, cette règle tend à attribuer un profil plus conservateur.

Par exemple, une capacité de 8 et une tolérance de 4 donneraient un profil de 5 (0,2 * 8 + 0,8 * 4 = 4,8, arrondi à 5).

Si vous souhaitez découvrir le détail de l’algorithme de profilage utilisé par Indexa, vous pouvez le consulter sur notre page modèle.

Connaissez-vous votre profil investisseur ?

Vous pouvez le calculer en seulement 2 minutes en répondant à notre bref test de profil.

Le profil actuel de nos clients

La distribution actuelle de nos 44.000 clients entre les 10 profils investisseur est la suivante :

Quant à la rentabilité et à la volatilité espérées de chaque profil, vous pouvez les trouver après le test de profil, ou également sur notre page modèle de gestion, dans la partie « Répartition optimale de chaque classe d’actif ».

Vous pouvez également consulter la rentabilité, la volatilité et le ratio de Sharpe (rentabilité / volatilité) des dix profils de risque sur la page de la rentabilité de nos portefeuilles.

Si vous n’êtes pas encore client d’Indexa Capital, découvrez quel portefeuille de fonds indexés mondialement diversifié nous vous recommandons en effectuant notre bref test de profil investisseur (2 min).

Si vous êtes déjà client, n’hésitez pas à inviter vos amis pour bénéficier d’une réduction des frais de gestion d’Indexa, tant pour vous que pour eux.

Incorporation d’obligations des États-Unis et d’actions d’entreprises à petite capitalisation

Nous incluons les obligations des États-Unis et les actions à petite capitalisation dans les portefeuilles de plus de 10 mille €

Comme vous le savez, l’un de nos objectifs est d’offrir la plus grande diversification globale possible à nos clients, car plus la diversification est grande, moindre est le risque attendu des portefeuilles. Avec cet objectif en tête, nous sommes constamment attentifs aux fonds indiciels qui deviennent disponibles en Belgique. Lorsque nous identifions un fonds de qualité (qui réplique fidèlement son indice), suffisamment grand et dont les coûts sont suffisamment faibles, nous envisageons de l’intégrer à nos portefeuilles et le proposons à notre Conseil d’Experts, qui examine, modifie et valide au préalable les modifications que nous apportons à nos portefeuilles.

Dans les jours à venir, nous allons ajouter un fonds d’actions à moyenne et petite capitalisation, un fonds d’obligations d’État des États-Unis avec couverture de change en euros et un fonds d’obligations d’entreprises des Etats-Unis, avec couverture de change en euros, aux portefeuilles de plus de 10 mille euros :

  1. Nous incluons un fonds d’actions à petite capitalisation dans les portefeuilles de plus de 10 mille euros. Il s’agit du fonds Vanguard Global Small-Cap Index Fund EUR Acc (n° ISIN IE00B42W4L06), qui reproduit l’indice MCSI Small Cap World en euros, conçu pour répliquer le comportement des segments des petites et moyennes capitalisations du marché mondial des actions. C’est un fonds très diversifié : les 10 principales positions du fonds pèsent 1,5 % (données au 30 juin 2021) et celui-ci compte 4.343 positions. Les trois premières positions sont actuellement AMC Entertainment Holdings Inc (0,2%), Entegris Inc. (0,2%) et Diamondback Energy Inc (0,2%). Le coût de ce fonds est de 0,29% par an et sa rentabilité annuelle moyenne espérée à long terme par les grands gestionnaires est de +5,5% par an.
  2. Nous ajoutons un fonds d’obligations d’État des États-Unis. Il s’agit du fonds Vanguard US Government Bond Index Fund EUR Hedged Acc (n° ISIN IE0007471471), qui suit l’indice Bloomberg Barclays U.S. Government Float Adjusted Bond. Le fonds d’obligations d’État investit exclusivement dans 336 obligations émises par le Trésor des Etats-Unis, avec une durée moyenne de 6,7 ans et une rentabilité annuelle espérée en dollars US de 0,92%. Le coût de ce fonds est de 0,12% par an et sa rentabilité espérée couverte en euros est de +0,2% par an.
  3. Nous ajoutons un fonds d’obligations de grandes entreprises américaines. Il s’agit du fonds iShares US Corporate Bond Index Fund (IE) Institutional Acc EUR Hedged (n° ISIN IE00BL6VHD58), qui suit l’indice FTSE Eurodollar USD. Le fonds investit dans des obligations émises par des sociétés de haute qualité de crédit basées aux États-Unis. Il s’agit d’un fonds très diversifié : les 10 premières positions du fonds pèsent 1,05 % et il compte un total de 4.375 positions (données du 30 juin 2021). La durée moyenne du portefeuille d’obligations est de 7,5 ans et la rentabilité annuelle espérée du fonds en dollars est de 2,0 %. Les trois principales positions sont General Electric (0,17%), la Federal National Mortgage Association (0,16%) et Anheuser-Busch (0,15%). Le coût de ce fonds est de 0,19% par an et la rentabilité espérée couverte en euros est de +1,3% par an.

Pourquoi inclure les actions à petite et moyenne capitalisation ?

Nous avons inclus cette classe d’actif dans les portefeuilles afin de diversifier davantage l’exposition aux actions d’entreprises et d’augmenter légèrement la rentabilité espérée des portefeuilles. Ce fonds représente une participation dans des entreprises à petite et moyenne capitalisation (moins de 55 milliards de dollars) dans les pays développés (principalement les États-Unis, l’Europe et le Japon). Les petites capitalisations offrent une diversification, grâce à une exposition à des secteurs de niche, une volatilité et une rentabilité, associés à une liquidité moindre et à des perspectives de croissance à long terme plus élevées. D’autre part, ces entreprises sont pertinentes au niveau mondial car elles pèsent environ 10% de la capitalisation boursière mondiale.

Pourquoi inclure les obligations d’État et d’entreprise américaines couvertes en euros ?

Nous avons inclus cette classe d’actif dans les portefeuilles afin de diversifier davantage l’exposition aux obligations. Ces catégories d’actif, des obligations gouvernementales et d’entreprises des États-Unis, diversifient les obligations d’État et d’entreprise européennes que nous détenons déjà dans nos portefeuilles et exposent le portefeuille à l’inflation et à la croissance économique états-unienne. De cette façon, nous réduisons le risque de crédit des portefeuilles et diversifions également le risque de taux d’intérêt, puisque les politiques monétaires européenne et états-uniennes ne sont pas parfaitement synchronisées.

Les États-Unis sont la plus grande économie mondiale et leurs obligations pèsent à peu près le même poids que le total des obligations émises en euros.

Pourquoi ne couvrons-nous pas la devise du fonds d’actions et couvrons-nous celle du fonds d’obligations ?

Car la couverture a un coût, même si faible, qui réduit légèrement la rentabilité espérée, mais ne réduit le risque total que dans l’investissement des obligations, pas dans celui des actions.

Pourquoi maintenant ?

Les décisions que nous prenons au sein du Comité d’Investissement sont prises pour le long terme et ne tiennent pas compte de la situation du marché à un moment donné. Il s’agit de décisions visant à diversifier davantage les portefeuilles à long terme ou à réduire les coûts.

Pourquoi Vanguard ?

Car ce sont les fonds qui nous permettent d’investir dans les classes d’actif les moins coûteuses avec une taille et un suivi de l’indice convenables. Indexa n’est pas rémunéré pour choisir les fonds de Vanguard ou d’autres gestionnaires de fonds indiciels. Il s’agit simplement des fonds réunissant les meilleures conditions.

Nouveaux portefeuilles de plus de 100 mille euros

Le fonds d’entreprises de moyennes et petites capitalisations apparaît dans les portefeuilles à partir du profil 3 lorsque l’exposition aux actions est suffisamment pertinente. Ainsi, les portefeuilles du profil 3 à 10 auront une attribution variant entre 2% et 7% respectivement. Pour financer ce nouvel achat, nous transférerons principalement le fonds d’actions européennes, qui était jusqu’à présent surreprésenté dans les portefeuilles les plus agressifs et marginalement les fonds d’actions états-uniennes ou de pays émergents.

Les fonds d’obligations états-uniennes (d’État et d’entreprise) apparaissent dans les dix profils de risque et leur poids diminue à mesure que le niveau de risque augmente. Le fonds d’obligations d’État des États-Unis pèse 22% pour le profil 1 et tombe à 4% pour le profil 10 et le fonds d’obligations d’entreprises pèse 15% pour le profil 1 et 4% pour le profil 10. Pour financer ce nouvel achat, nous allons transférer les obligations d’État et d’entreprises européennes vers celles états-uniennes et européennes pour avoir une répartition 50-50% pour les profils les plus conservateurs. Quant aux profils plus agressifs, le financement s’effectuera par la vente du fonds d’obligations liées à l’inflation qui était jusqu’à présent surreprésenté dans les portefeuilles les plus agressifs. Les obligations liées à l’inflation représentent 10% des obligations d’État mondiales et pour les portefeuilles agressifs, leur poids était beaucoup plus élevé (jusqu’à 100% pour les portefeuilles 10). Cette surreprésentation est un élément que nous avons reporté de la configuration initiale des portefeuilles d’Indexa, nous avons profité de ce changement pour la corriger. Ces changements augmentent légèrement la rentabilité espérée des portefeuilles (en moyenne 0,1%) et réduisent la volatilité espérée (en moyenne -0,5%). Vous trouverez ci-dessous les portefeuilles et les principales données les concernant.

Pour plus d’information sur nos portefeuilles (cette page sera mise à jour, une fois le changement effectué, dans les semaines à venir).

Nouveaux portefeuilles de 10 à 100 mille euros

Les changements apportés aux portefeuilles de 10 à 100 mille euros sont très similaires à ceux présentés ci-dessus pour les portefeuilles de plus de 100 mille euros.

Pour plus d’information sur nos portefeuilles (cette page sera mise à jour une fois le changement effectué, dans les semaines à venir).

Portefeuilles de moins de 10 mille euros

Les portefeuilles de moins de 10 mille euros restent inchangés, avec la même composition depuis janvier 2017 (voir plus de détails sur nos portefeuilles), avec un fonds d’actions globales indexé sur l’indice MSCI World et un fonds d’obligations globales indexé sur l’indice Barclays GA Float Adjusted Bond.

Nous incluons deux fonds dans les portefeuilles de moins de 10 mille euros, car en dessous de ce montant, les portefeuilles se rééquilibrent mieux avec deux fonds qu’avec plusieurs fonds. En outre, avec deux fonds mondiaux, vous obtenez une diversification presque égale à celle des portefeuilles de plus de 10 mille euros, qui comprennent maintenant 8 à 12 fonds.

Nous incluons davantage de fonds dans les portefeuilles de plus de 10 mille euros, car nous pouvons ainsi mieux ajuster la pondération des classes d’actif dans ces portefeuilles et réduire le coût moyen des fonds. Plus d’information dans notre question fréquente : De 2 à 12 fonds selon la valeur du portefeuille.

Changements automatisés : vous ne devez rien faire

Ce changement se fera automatiquement au cours des prochains jours. Vous recevrez un e-mail au début du processus de modification de votre portefeuille, pour vous informer de la composition de votre nouveau portefeuille modèle et quelques jours plus tard pour confirmer les opérations effectuées.

Le changement se fera avec le remboursement de parts de certains fonds pour acheter les parts des nouveaux fonds inclus dans les portefeuilles, sans impact fiscal pour les résidents belges, sauf une taxe Reynders sur les remboursements de fonds d’obligations.

Grâce à ces changements, nous poursuivons notre mission consistant à offrir à nos clients des portefeuilles indexés à faible coût et diversifiés à l’échelle mondiale.

→ Si vous n’avez pas encore de portefeuille avec Indexa Capital, vous pouvez effectuer gratuitement notre test de profil investisseur et découvrir quel portefeuille nous vous recommandons, avec une diversification maximale, et des frais en moyenne 5 fois plus faibles que la moyenne.

Révision semestrielle de la rentabilité : attention aux extrapolations

Avant tout, un avertissement : il faut toujours garder à l’esprit que les rentabilités passées ne préjugent pas des rentabilités à venir.

Une des plaisanteries statistiques favorites d’Unai Ansejo (co-fondateur d’Indexa) est celle d’un professeur recommandant à une jeune mariée d’aller négocier un prix avec le pâtissier de la pièce montée car dans les prochains mois elle aura quatre douzaines de maris. La raison ? Car en extrapolant d’aucun mari hier à un mari aujourd’hui, l’évolution, pour le mois qui vient, est somme toute évidente !

Bien sûr, il ne s’agit rien de plus qu’une plaisanterie, mais elle nous sert de rappel quand nous tentons d’extrapoler quelques résultats sur la base de peu de données ou de données non représentatives du futur.

Nous avons souhaité commencer cet article semestriel de révision des résultats des portefeuilles d’Indexa par ce petit trait d’humour car après quelques conversations avec certains clients, nous avons perçu un risque d’extrapolation des très bonnes rentabilités passées d’Indexa sur le futur, alors que les perspectives devraient être moins bonnes.

Nous ne connaissons pas l’évolution des portefeuilles dans le futur car, comme nous l’expliquerons dans un autre article, la rentabilité inespérée est bien supérieure à la rentabilité espérée. Mais ce que nous pouvons d’ores et déjà dire, avec un certain niveau de confiance, est : la rentabilité espérée est moindre à présent qu’il y a quelques années quand nous avons lancé Indexa.

Nous publions annuellement la rentabilité et le risque espérés des portefeuilles. Les perspectives publiées en janvier 2021 sont beaucoup plus faibles que celles réellement obtenues sur la période 2016-2021. Il est normal qu’il en soit ainsi : la rentabilité des marchés d’actions et d’obligations ces dernières années a été élevée et moins de revalorisations sont espérées dans le futur. Par conséquent, il est moins probable que le futur des marchés financiers mondiaux soit aussi bon qu’il ne l’a été ces dernières années.

C’est pourquoi ce n’est pas un bonne idée d’extrapoler des résultats passés d’Indexa sur le futur. Par exemple, notre portefeuille 6/10 de 10 à 100 mille euros a donné une rentabilité de 7,0% annuelle entre le 31/12/2015 et le 30/06/2021 avec une volatilité annuelle de 8,4%. Avec cette donnée, certains pourraient arriver à la conclusion qu’avec un échantillon qui semble suffisant de cinq ans et demi, le portefeuille 6/10 d’Indexa “donnera” 7,0% de rentabilité avec ses hauts et ses bas. Toutefois, nous estimons la rentabilité espérée de ce portefeuille 6/10 pour le futur à 2,1%. C’est-à-dire, nous nous attendons à ce que la rentabilité future soit inférieure à celle réellement obtenue dans le passé. Ou autrement dit, nous croyons qu’il est plus probable qu’à l’avenir nous observions une rentabilité inférieure au 7,0% qu’une rentabilité supérieure.

Avec le paragraphe précédent, nous ne voulons pas dire que nous savons prédire l’avenir, en particuliers à court terme et nous ne sommes pas en train de délivrer un message appelant à réduire le risque des portefeuilles. En tenant compte de la volatilité espérée pour le portefeuille 6/10 à 7,6%, cela signifie qu’à un an le mieux que nous puissions dire est que la rentabilité obtenue sera, avec un intervalle de confiance de 95%, comprise entre -12,1% et +16,6%. Cela est une preuve de la pertinence de la rentabilité inespérée.

D’autre part, nous ne voulons pas non plus dire qu’il serait nécessaire de chercher d’autres alternatives d’investissements parce que nous n’espérons pas la même rentabilité passée des portefeuilles d’Indexa. Les autres alternatives d’investissements se trouvent exactement dans la même situation de marché.

Ce que nous voulons en revanche dire est qu’à long terme le plus raisonnable que nous puissions faire est réviser à la baisse nos perspectives de rentabilité en tant qu’investisseurs malgré la rentabilité élevée obtenue par le passé. Avec des taux d’intérêts dans les négatifs, nous ne pouvons pas aspirer aux mêmes rentabilités qu’avec des taux significativement positifs.

Dans tous les cas, nous devons être préparés à des mouvements de marché aussi brusques que ceux que nous avons connus l’année dernière au premier semestre à cause de la crise mondiale de la COVID-19. Le plus important est d’être conscient, d’autres périodes très négatives pour la bourse arriveront et assumer que nous ne pourrons pas les anticiper, ni les empêcher. Personne ne le peut. Le maximum auquel nous pouvons aspirer est les surmonter en sachant qu’un investissement diversifié et globalisé retourne éventuellement sur le chemin de la croissance. Pour cela, il est important de connaître les pertes maximales annuelles que nous estimons pouvoir rencontrer sur nos portefeuilles, en sachant qu’au moins une fois en 40 ans, il y aura probablement une telle perte, peut-être même supérieure :

Perte maximale à 1 an
avec un intervalle de confiance à 97,5%
Portefeuille 1 -7,0%
Portefeuille 2 -7,3%
Portefeuille 3 -8,3%
Portefeuille 4 -10,1%
Portefeuille 5 -11,0%
Portefeuille 6 -12,1%
Portefeuille 7 -13,8%
Portefeuille 8 -15,0%
Portefeuille 9 -16,7%
Portefeuille 10 -17,5%

Au cours du premier semestre 2021, la rentabilité du portefeuille de fonds le plus conservateur a été de +1,0% et celle du plus agressif de +12,0%, ce qui fait de 2021 pour le moment une très bonne année quant à la rentabilité des marchés mondiaux.

Ensuite, nous allons reprendre la rentabilité du premier semestre 2021 et depuis cinq ans et demi.

Au cours du premier semestre 2021, la rentabilité de nos portefeuilles de 10 à 100 mille euros s’est située entre +1,0% et +12,0% :

  • +1,0% pour les portefeuilles de moindre risque (profil 1/10)
  • +12,0% pour les portefeuilles les plus risqués (profil 10/10)

Le premier semestre 2021 a été très positif en bourse (actions), mais négatif pour les obligations. Les actions ont eu une rentabilité comprise ente +4,4% (actions du Japon) et +18,7% (actions des États-Unis). Du côté des obligations, la rentabilité se situe entre -2,9% (obligations d’États Européens) et +1,6% (obligations européennes liées à l’inflation).

Nom Classe d’actif Rentabilité 2021-S1 (%)
Fonds d’actions
Vanguard Global Stk Idx Eur Acc Actions globales 16,6%
Vanguard European Stk Idx Eur Acc Actions Europe 15,6%
Vanguard US 500 Stk Idx Eur Acc Actions États-Unis 18,6%
Vanguard Japan Stk Idx Eur Acc Actions Japon 4,4%
Vanguard Emrg Mk Stk Idx Eur Acc Actions Pays Émergents 10,7%
Vanguard Pacific Ex-Japan Stk Idx Eur Acc Actions Pacifique sauf Japon 13,0%
Fonds d’obligations
Vanguard Global Bnd Idx Eur Acc Obligations globales -2,3%
Vanguard Euro Inv Gr Bnd Idx Eur Acc Obligations d’entreprises européennes -1,1%
iShares EM Gov Bnd Idx -I2 Eur Hdg Obligations Pays Émergents couvertes en euros -1,2%
Vanguard Eur Gv Bnd Idx Acc Obligations d’États européens -2,9%
Vanguard Euroz Inf Lk Bnd Idx Eur Acc Obligations européennes indexées sur l’inflation 1,5%

Ce semestre montre une fois encore la capacité de diversification offerte par les obligations. Nous voyons comment en période de hausse de la bourse, les obligations chutent, particulièrement les obligations avec moins de risque de crédit comme les obligations d’États européens.

Quant au benchmark* (indice de référence) des portefeuilles, celui-ci a obtenu une rentabilité entre +1,9% et +15,6% :

  • +1,9% pour le Benchmark des portefeuilles de 1 à 3
  • +4,8% pour le Benchmark des portefeuilles de 4 à 5
  • +15,6% pour le Benchmark du portefeuille 10

Sur le graphique ci-dessus, nous pouvons remarquer que la différence de rentabilité entre nos portefeuilles et leur benchmark au cours du premier semestre 2021 se trouve comprise entre -3,6 points de pourcentage (p.p.) pour le portefeuille 10 et +6,8 p.p. pour le portefeuille 9.

En moyenne, avec notre gestion indexée, automatisée et avec des frais réellement faibles, nous avons réussi à ajouter au premier semestre 2021, 1,8 p.p. de rentabilité sur la moyenne des fonds espagnols d’obligations mixtes internationales, actions mixtes internationales, actions internationales.

Sur le graphique ci-dessous, nous pouvons observer la différence de rentabilité accumulée ces cinq dernières années et demie entre les portefeuilles d’Indexa et la moyenne des fonds espagnols. En moyenne, Indexa a obtenu une rentabilité 28,9 points de pourcentage supérieure à celle des fonds espagnols comparables au cours de ces cinq dernières années et demie :

Cela signifie qu’après cinq années et demie et en ayant connu un cycle complet de hausse et de baisse des marchés, les portefeuilles d’Indexa ont obtenu 4,3 points de pourcentage de plus de rentabilité chaque année, ce qui équivaut au triple de rentabilité cumulée (43,1% contre 14,2%).

Nous incluons ci-dessous, une comparaison de la rentabilité corrigée par le risque des portefeuilles en utilisant le ratio de Sharpe (rentabilité / risque) :

Nous pouvons observer qu’au cours de ces cinq dernières années et demie depuis lesquelles nous opérons, Indexa a obtenu un ratio de Sharpe entre 0,92 et 0,78 (bien supérieur au 0,46 espéré à long terme par des investissements diversifiés en actions et obligations), bien que les benchmarks aient actuellement un ratio de Sharpe très faible (entre +0,23 et +0,52). Cela signifie que les investisseurs avec Indexa obtiennent dans leur portefeuille la rentabilité pondérée par le risque offerte par le marché tandis que les investisseurs en fonds d’investissement espagnols repris par Inverco souffrent du même risque, mais la rentabilité se perd dans les frais.

Portefeuilles de plus de 100 mille euros et de moins de 10 mille euros

Nous effectuons une gestion très similaire pour les 3 tailles de portefeuilles que nous utilisons chez Indexa : portefeuilles de moins de 10 mille euros, portefeuilles entre 10 et 100 mille euros et portefeuilles de plus de 100 mille euros. La principale différence est le nombre de classes d’actif. Plus le portefeuille est grand, plus nous pouvons ajouter des classes d’actif pour incrémenter un peu plus la diversification.

Ci-dessous, nous pouvons voir les différentes rentabilités annuelles des différents portefeuilles en fonction du profil au cours des quatre années et demie durant lesquelles ils ont été opérationnels (du 31/12/2016 au 30/06/2021) :

Les différences entre les portefeuilles de plus de 10 mille euros et les portefeuilles de plus de 100 mille euros ou de moins de 10 mille euros ne sont pas très notables : entre -0,3 points de pourcentage (p.p.) et +0,0 p.p. par an pour les portefeuilles de plus de 100 mille euros et entre -0,4 p.p. et +0,1 p.p. pour les portefeuilles de moins de 10 mille euros.

→ Si vous n’avez pas encore de portefeuille avec Indexa Capital, vous pouvez effectuer gratuitement notre test de profil investisseur et découvrir quel portefeuille nous vous recommandons, avec une diversification maximale, et des frais en moyenne 5 fois plus faibles que la moyenne.