Le risque de liquidité

Nous continuons notre série d’article sur les différents risques. Après un premier article sur le risque de crédit, nous allons maintenant présenter le risque de liquidité des marchés financiers.

Le risque de liquidité est, selon Investopedia : « le risque dérivé d’un investissement ne pouvant pas être acheté ou vendu avec la rapidité suffisante pour éviter ou minimiser une perte ». Autrement dit, il s’agit du risque de ne pas trouver un acheteur au moment où nous souhaitons vendre notre actif pour obtenir de la liquidité, indépendamment du prix. Il s’agit d’un risque très important puisque sans acheteur nous ne pouvons pas liquider nos investissements, ce qui réduit notre pouvoir d’achat.

Chaque actif a un risque de liquidité différent qui dépend de la taille de l’investissement et du nombre d’investisseurs qui y participent. Plus la taille de l’investissement ou le nombre d’investisseurs est grand, plus l’investissement sera liquide. Si je suis le seul à posséder un actif, une maison par exemple, et je souhaite le vendre, il sera nécessairement plus difficile à vendre que des actions pour lesquelles il y a des milliers, voire des millions, de vendeurs et d’acheteurs impliqués.

Nous pouvons ordonner les principales classes d’actif en fonction de leur liquidité (ordre approximatif), du plus liquide au moins liquide :

  1. Actions de grandes entreprises cotées
  2. Obligations d’États
  3. Obligations d’entreprises de bonne qualité crédit (investment grade)
  4. Actions de petites entreprises cotées
  5. Obligations d’entreprises de faible qualité crédit (high yield)
  6. Immobilier
  7. Capital risque
  8. Émetteurs privés de dette

Si nous investissions dans un fonds d’investissement, pour connaître la liquidité de celui-ci, il faudrait analyser dans quoi investit ce fonds. Si le fonds investissait dans des actions de grandes entreprises cotées, il pourrait faire face à des remboursements beaucoup plus importants que s’il investissait dans de petites entreprises cotées. Par exemple, un fonds indexé sur l’indice S&P 500 ou MSCI Europe (tel qu’utilisé chez Indexa) a un risque de liquidité nettement moindre qu’un fonds d’investissements en valeur (value) qui investit dans des petites entreprises cotées.

En général, les fonds maintiennent un petit pourcentage du fonds en espèces pour pouvoir faire face aux remboursements quotidiens habituels. Si des remboursements supérieurs à cette réserve sont reçus, le fonds doit vendre sur le marché une part de ses investissements (actions ou obligations) pour pouvoir obtenir de la liquidité et donner l’argent aux participants qui souhaitent rembourser leurs parts d’un fonds. Si l’actif est peu liquide, il se peut que la valeur liquidative du fonds soit affectée ou qu’il soit impossible de faire face immédiatement aux remboursements demandés par les participants. Dans ce cas, les participants qui souhaitent rembourser leurs parts doivent attendre plusieurs jours pour recevoir l’argent.

Pour éviter cet impact négatif pour les participants qui ne vendent pas, certains fonds d’investissement appliquent un prix oscillant (dont nous parlerons dans un article postérieur), qui bénéficient à tous les participants actuels du fonds. De cette manière, les coûts de transaction pour non-liquidité sont assumés par les nouveaux participants.

Lors de la construction d’un portefeuille d’investissement, il faut faire très attention au risque de liquidité. Chez Indexa, les portefeuilles de fonds de nos clients, qui sont remboursables à n’importe quel moment, sont investis dans des classes d’actif avec une liquidité élevée : des actions d’entreprises cotées, des obligations d’État et des obligations d’entreprises de bonne qualité de crédit. Ainsi, le participant serait à peine affecté s’il décidait de rembourser sa participation. D’autre part, nous sélectionnons des fonds d’investissement de grande taille pour que les choix d’un participant n’affectent pas le fonds. Le fonds le plus petit, avec lequel nous travaillons actuellement, a un patrimoine de plus d’un milliard d’euros (voir le détail de nos portefeuilles).

Le cas spécifique des ETFs

Ces derniers temps, nous entendons parfois parler d’un potentiel problème de non-liquidité des ETF’s (Exchange Traded Fund, ou fonds d’investissement cotisé) qui sont négociés sur le marché et du risque de déviation entre la valeur de l’ETF et celle des actifs sous-jacents dans lesquels investit l’ETF.

Dans le cas d’un ETF avec un grand volume de négociation, ce potentiel problème pourrait difficilement devenir significatif. Par exemple, l’ETF « SPDR S&P 500 ETF » traitent quelques 60.000 millions de dollars quotidiennement. Avec ce volume traité, n’importe quelle opération qui dévierait un peu de la valeur des sous-jacents serait rapidement corrigée.

Dans le cas où un ETF n’aurait pas tant de volume de négociation, mais investirait dans des actifs liquides, cela serait un problème très bref puisque si une différence de valeur entre cet ETF et ses actifs sous-jacents était suffisante pour couvrir les coûts de transaction et générer un bénéfice, les arbitres entreraient pour négocier le sous-jacent contre l’ETF et feraient disparaître cette différence. Nous pouvons par exemple voir ci-dessous le graphique du « flash-crash » d’un ETF qui investit dans des actions du S&P 500 équipondéré, qui a beaucoup moins de liquidité que le S&P 500 pondéré par capitalisation boursière :

Ce « flash-crash » s’est corrigé dans l’heure suivant l’ouverture. Néanmoins, si un ETF investit dans des actifs beaucoup moins liquides alors il peut donner une plus grande différence mais le prix est susceptible de finir par refléter la valeur des sous-jacents.

Chez Indexa, ces courtes variations du prix de certains ETF’s ne nous affectent pas car nous investissons dans des fonds indexés non cotés (pas dans des ETF’s).

Souhaitez-vous essayer nos services ? Découvrez quel est votre profil investisseur et quel portefeuille de fonds d’investissement nous pouvons vous recommander.

Rapport de rentabilité de 2020 – 5ème année d’Indexa

Avant toute chose, il faut toujours garder à l’esprit que les performances passées ne préjugent pas des rendements à venir.

Par la suite, nous allons analyser en détail l’année 2020 des portefeuilles de fonds proposés par Indexa mais d’abord, nous voudrions profiter de l’historique des cinq année complètes d’Indexa pour regarder en arrière et faire un bilan. Bien qu’il s’agisse d’une période encore relativement courte pour obtenir des résultats concluants d’un point de vue statistique, cet historique nous permet déjà d’observer avec une certaine perspective notre propre valeur.

En mettant de côté cette année 2020, ces cinq dernières années ont été relativement bonnes, tant sur le plan macroéconomique que sur le plan des marchés globaux. 2020, au contraire, a été l’année d’une crise économique généralisée comme nous n’avions pas vu depuis quelques années, et de grande volatilité des marchés. Nous pouvons affirmer par conséquent que les portefeuilles indexés, globaux, et à faibles coûts d’Indexa sont pratiquement déjà passé par un cycle économique complet.

La rentabilité cumulée de nos 10 portefeuilles de 10 à 100 mille euros (ceux avec le plus grand historique, car nous les offrons depuis notre début en 2015) au cours de ces 5 dernières années (du 31/12/2015 au 31/12/2020) et celle des fonds espagnols de risques similaires (Benchmark) a été la suivante :

Rentabilité cumulée Indexa* Rentabilité cumulée Benchmark* Différence avec le Benchmark
Portefeuille 1 18,9% 2,6% 16,3%
Portefeuille 2 20,7% 2,6% 18,1%
Portefeuille 3 25,5% 2,6% 22,9%
Portefeuille 4 29,5% 8,4% 21,1%
Portefeuille 5 32,5% 8,4% 24,1%
Portefeuille 6 34,9% 8,4% 26,5%
Portefeuille 7 39,4% 8,4% 31,0%
Portefeuille 8 42,8% 8,4% 34,4%
Portefeuille 9 44,9% 8,4% 36,5%
Portefeuille 10 46,3% 27,3% 19,0%
Moyenne 33,5% 8,6% 25,0%

* Rentabilité cumulée Indexa : rentabilité nette cumulée du portefeuille modèle de fonds de 10 à 100 mille euros d’Indexa avec Inversis comme banque dépositaire entre le 31/12/2015 et le 31/12/2020. La rentabilité quotidienne du portefeuille modèle est calculée comme la somme des rentabilités quotidiennes de chaque actif pondérées par le poids pris par chaque actif dans le portefeuille à chaque moment et soustraction est faite du cumul quotidien des frais de gestion du portefeuille moyen de tous nos clients actuellement (0,29% annuel, TVA incluse) et le cumul quotidien des droits de garde en vigueur actuellement (0,12% annuel, TVA incluse). Il s’agit de la rentabilité qui se rapproche le plus de celle obtenue en moyenne par nos clients bien que les clients puissent obtenir avec leur portefeuille des rentabilités légèrement inférieures ou supérieures en fonction des frais de gestion ou des moments concrets des réajustements de portefeuille.

* Benchmark : les indices de référence sont les indices d’obligations mixtes internationales (pour les portefeuilles 1 à 3), d’actions mixtes internationales (pour les portefeuilles 4 à 9) et d’actions internationales (pour le portefeuille 10) calculés par Indexa à partir des données Inverco (l’association espagnole des établissements d’investissement collectif et des fonds de pension). Ce sont les indices qui représentent le mieux la rentabilité moyenne des fonds espagnols qui investissent internationalement. Ces données historiques sont nettes de frais de gestion de portefeuille et de droits de garde pour les portefeuilles d’Indexa mais non pour le Benchmark avec lequel la comparaison est faite.

Nous comparons nos portefeuilles avec un benchmark espagnol pour ce rapport parce que nous ne disposons par pour le moment de données représentatives du marché belge.

Les données parlent d’elles même. En moyenne sur cinq ans les portefeuilles d’Indexa ont offert une rentabilité de 33,5% tandis que les fonds d’investissements espagnols repris par Inverco ont donné une rentabilité de 8,6%. Il s’agit d’une rentabilité 3,9 fois moindres, soit annuellement, en moyenne 4,3 points de pourcentage (p.p.) en plus obtenu par les portefeuilles Indexa.

Dans quelques jours, nous publierons les perspectives de rentabilité et de risque à long terme que nous actualisons chaque année. Les perspectives de rentabilité à venir sont beaucoup plus faibles que celles que nous avons réellement vues ces cinq dernières années. Il est normal qu’il en soit ainsi : la rentabilité des marchés d’actions et d’obligations a été élevée ces dernières années et moins de revalorisations sont attendues dans les années à venir. Par conséquent, il est moins probable que le futur des marchés financiers globaux soit aussi bon qu’il ne l’a été ces dernières années.

Cependant, nous sommes convaincus que la différence de rentabilité entre les portefeuilles d’Indexa et les fonds de gestion active continuera d’être importante à l’avenir puisque le diagnostic n’a pas changé : les fonds d’investissements continuent de facturer des commissions élevées, la majorité de ces fonds est gérée par des gestionnaires appartenant à des groupes bancaires qui préfèrent toujours la gestion active. Quand nous avons lancé Indexa, il y a 5 ans, nous espérions obtenir une rentabilité supplémentaire de 3,3 points de pourcentage par rapport à la moyenne. Maintenant, nous observons que cette différence a été de 4,3 points de pourcentage par an. À l’avenir cette différence pourrait être moindre, mais elle continuera, très probablement, d’être positive et significative.

Cela étant dit, même si le passé a été positif, il convient de rappeler que nous aurions pu vivre tout autre chose. Nous aurions pu subir une période de décroissance économique continue, des guerres commerciales agressives, un désastre naturel, une guerre, une nouvelle crise bancaire globale, une nouvelle pandémie, une perte de confiance dans les principales monnaies ou d’autres choses qu’en ce moment même nous ne pouvons pas imaginer. Mais ce que nous savons, c’est que des portefeuilles ont chuté, chute et chuteront, parfois de beaucoup, et il en sera toujours ainsi de temps à autre. Le plus important est d’être conscient que cela peut arriver et d’assumer que nous ne pouvons pas anticiper ou prévenir les chutes. Personne ne le peut. Vous pouvez au plus espérer les surmonter, sachant qu’un investissement diversifié et global peut éventuellement revenir sur le chemin de la croissance. C’est pourquoi, il est important de connaître les pertes maximales annuelles que nous estimons pouvoir se produire sur nos portefeuilles, sachant qu’une fois tous les 40 ans, il y aura probablement une telle perte, peut-être même supérieure :

Perte maximale avec un intervalle de confiance à 97,5% (%)
Portefeuille 1 -7,4%
Portefeuille 2 -7,6%
Portefeuille 3 -8,7%
Portefeuille 4 -10,3%
Portefeuille 5 -11,4%
Portefeuille 6 -12,5%
Portefeuille 7 -14,5%
Portefeuille 8 -15,7%
Portefeuille 9 -17,7%
Portefeuille 10 -18,5%

A propos de l’année 2020. A la fin du premier semestre 2020, nous avons initié une des remontés les plus importantes des dernières décennies après les chutes rapides que nous avons vu en février et mars. Le second semestre 2020 a continué sur cette voie laissant la rentabilité annuelle complète à un niveau ne laissant rien paraître des événements de cette année. En 2020, la rentabilité du portefeuille de fonds le plus conservateur a été de +4,3% et celle du plus agressif de +5,5%. Par conséquent, malgré les forts mouvements à la baisse et à la hausse au cours de l’année, nous pouvons dire que la rentabilité annuelle de 2020 a été positive et se situe clairement dans les prévisions.

La volatilité de 2020 a été une excellente opportunité pour pouvoir comparer dans un scénario turbulent la rentabilité de nos portefeuilles globalement diversifiés et indexés avec la rentabilité des fonds d’investissement en gestion active et de risque similaire. En théorie, l’existence de la volatilité génère plus d’opportunités pour le gérant actif, plus d’opportunité de gagner plus mais aussi plus d’opportunité de perdre plus.

Une fois encore, notre diversification globale et nos faibles commissions ont fourni une meilleure rentabilité et une meilleure rentabilité en prenant en compte le risque. Comme nous pouvons le voir ensuite, nos portefeuilles de fonds ont offert une rentabilité, en 2020, en moyenne 4,3 points de pourcentage (p.p.) de plus que les fonds avec un risque comparable repris par Inverco, chiffre qui par coïncidence est égal aux 4,3 p.p. de plus annuel que nous obtenons para rapport aux fonds espagnols depuis notre lancement à la fin 2015. Ainsi de cette manière, nous pouvons constater que payer moins de frais et diversifier globalement convient à n’importe quelle situation de marché.

Nous allons maintenant reprendre la rentabilité au cours de l’année 2020 et plus généralement celles obtenues au cours de ces 5 années avec nos portefeuilles de fonds d’investissement.

Au cours de l’année 2020, la rentabilité de nos portefeuilles de 10 à 100 mille euros a été comprise entre +4,3% et +5,8% :

  • +4,3% pour le portefeuille de moindre risque (profil 1/10)
  • +5,8% pour le portefeuille pour un profil 8/10

2020 a finalement été une année positive en bourse (marché d’actions), excepté pour l’Europe et le Pacifique sauf Japon qui ont légèrement chuté, et positive également pour le marché d’obligations. Le marché d’actions a obtenu une rentabilité comprise entre +8,3% (actions de pays émergents) et -3,1% (actions européennes). Du côté du marché obligataire, la rentabilité se trouve entre +4,8% (obligations globales) et -2,7% (obligations d’entreprises européennes).

Nom Classe d’actif Rentabilité 2020 (%)
Vanguard Emrg Mk Stk Idx Eur -Ins Plus Actions de marchés émergents 8,3%
Vanguard European Stk Idx Eur -Ins Plus Actions européennes -3,1%
Vanguard Global Stk Idx Eur -Ins Plus Actions globales 6,3%
Vanguard Japan Stk Idx Eur -Ins Plus Actions Japon 4,9%
Vanguard US 500 Stk Idx Eur -Ins Plus Actions États-Unis 8,0%
Vanguard Pacific Ex-Japan Stk Idx Eur -Ins Plus Obligations d’entreprises européennes -2,2%
Vanguard Eur Gv Bnd Idx -Ins Plus Obligations d’États européens 4,7%
Vanguard Euro Inv Gr Bnd Idx Eur -Ins Plus Obligations d’entreprises européennes 2,7%
Vanguard Euroz Inf Lk Bnd Idx Eur -Ins Plus Obligations liées à l’inflation 3,8%
Vanguard Global Bnd Idx Eur -Ins Plus Obligations globales 4,8%
iShares EM Gov Bnd Idx -I2 Eur Hdg Obligations de pays émergents couvertes en Euro 3,2%

La classe des fonds Vanguard que nous avons incluse dans ce tableau est la classe Institutional Plus, que nous proposons dans nos portefeuilles en Espagne depuis le mois de mai. Les fonds dans les portefeuilles de nos clients en Belgique ont obtenu une rentabilité légèrement moindre puisque nous n’avons pas encore accès à cette classe de fonds en Belgique (la classe disponible pour nos clients en Belgique est pour le moment en moyenne 0,07% plus chère).

Bien que le premier semestre 2020 fut négatif, au cours du second semestre une grande partie des pertes a pu être récupérée. Une fois encore, la capacité de diversification offerte par les obligations d’États a été démontrée malgré leur rentabilité espérée pratiquement nulle : le fonds d’ « Obligations d’États européens » a donné une rentabilité de +4,7% et le fonds d’ « Obligations globales » +4,8%. Nous devons plus que jamais penser les fonds obligataires comme des assurances pareilles à celles que nous payons dans d’autres domaines de la vie courante (comme les assurances-habitation).

Quant au benchmark* (indice de référence) des portefeuilles, il a obtenu une rentabilité entre +0,4% et +2,8% :

  • +0,4% pour le Benchmark des portefeuilles 1 à 3
  • +0,8% pour le Benchmark des portefeuilles 4 à 9
  • +2,8% pour le Benchmark du portefeuille 10

Sur le graphique ci-dessus, nous pouvons apprécier la différence de rentabilité entre nos portefeuilles et leur benchmark respectif. Elle est comprise entre +2,7 points de pourcentage (p.p.) pour le portefeuille 10 et +5,0 p.p. pour le portefeuille 8. En moyenne, avec notre gestion indexée, automatisée et avec des frais réellement faibles, nous avons pu ajouter sur l’année 2020, 4,3 p.p. de rentabilité sur la moyenne des fonds espagnols obligations mixtes internationales, actions mixtes internationales et actions internationales.

Sur le graphique ci-dessous, nous pouvons observer la différence de rentabilité cumulée au cours des quatre dernières années entre les portefeuilles d’Indexa et la moyenne des fonds espagnols. En moyenne, Indexa a obtenu une rentabilité avec 25 points de pourcentage de plus que les fonds espagnols comparables au cours des 5 dernières années :

Cela signifie qu’après cinq années, et après avoir vécu un cycle complet de hausse et de baisse des marchés, la moyenne des fonds espagnols peine à augmenter de valeur, tandis que nos portefeuilles chez Indexa ont offert la rentabilité des marchés à nos clients avec de faibles frais.

Nous incluons ensuite, une comparaison de la rentabilité corrigée par le risque des portefeuilles en utilisant le ratio de Sharpe (rentabilité / risque) :

Nous pouvons observer qu’au cours des cinq années où nous venons d’opérer, Indexa a obtenu un ratio de Sharpe entre 0,93 et 0,64 (largement supérieur au 0,46 espéré à long terme pour des investissements diversifiés en actions et obligations), tandis que les benchmarks ont actuellement un ratio de Sharpe pratiquement nul (entre +0,14 et +0,34). Cela signifie que les investisseurs obtiennent, avec Indexa et ses portefeuilles proposés, la rentabilité pondérée par le risque offerte par le marché tandis que les investisseurs dans des fonds d’investissement espagnols repris par Inverco subissent le même risque mais la rentabilité se perd dans les frais.

Portefeuilles de fonds de plus de 100 mille euros et de moins de 10 mille euros

Nous avons une gestion très similaire pour les trois tailles de portefeuilles que nous proposons chez Indexa : portefeuilles de moins de 10 mille euros, portefeuilles entre 10 et 100 mille euros et portefeuilles de plus de 100 mille euros. La principale différence est que dans les portefeuilles plus grands, nous pouvons ajouter plus de classes d’actifs pour augmenter un peu plus la diversification.

Ci-dessous, vous pouvez voir les différentes rentabilités annuelles des différents portefeuilles en fonction du profil au cours des quatre années que nous venons d’opérer (du 31/12/2016 au 31/12/2020) :

Les différences entre les portefeuilles de plus de 10 mille euros et les portefeuilles de plus de 100 mille euros ou de moins de 10 mille euros ne sont pas très notables : entre -0,3 points de pourcentage (p.p.) et +0,0 p.p. annuel pour les portefeuilles de plus de 100 mille euros et entre -0,1 p.p. et +0,0 p.p. pour les portefeuilles de moins de 10 mille euros.

Si vous êtes intéressés, nous vous invitons à effectuer gratuitement notre test de profil investisseur (2 minutes) et découvrir quel portefeuille nous vous recommanderions, avec une diversification maximale et des coûts réellement faibles.